ScDepensesRecettesJuin2013Je vous parlais hier dans mes Brèves de Blog ...économiques  de l'évolution favorable vers la sortie de la récession de l'économie de l'Espagne, le pays de l'Union Européenne venant immédiatement après la Grèce pour ce qui est de la sévérité de la crise économique chez lui et de la Grande Bretagne qui semble aussi être sur la bonne voie dans ce domaine.

Je pensais, à écouter notre Président et son Ministre des Finances nous affirmer que nous étions sortis de la récession et que la reprise était en vue, que nous allions pouvoir bientot féter cette sortie et entrer dans une nouvelle phase de développement économique avec son cortège d'espoirs de réduction du chomage, promis ferme pour décembre, de la dette (Moi Président, la dette n'augmentera pas durant mon quinquennat) et de stabilisation de la pression fiscale.Oh, nous n'attendions pas de miracle, quelques petits dizièmes de pour cent de croissance, et la traduction dans le budget 2014 de cette stabilisation des impôts et des charges nous auraient suffit.

Or ne voila t il pas que les signaux donnés par l'économie réelle annoncés hier vont dans le mauvais sens !!! Après une certaine reprise technique de la production industrielle en avril/mai, la voila  t il pas qu'elle chute de 1,4 pct en juin, malgré les efforts de Montebourg. Au total sur le trimestre, elle a quand même progressé mais elle est toujours inférieure de 0,3 pct à celle du même trimestre de 2012.

Quant aux recettes et dépenses, si les recettes ont augmentées de 5pct, grace essentiellement au matraquage fiscal, les dépenses ont progressées encore plus à 5,9pct. Ce qui se traduit par un déficit en argent en hausse par rapport à celui de l'année dernière à la même époque. Déjà 59,3 milliards d'euros de déficit constaté à fin juin contre 56,7 en 2012.A ce rythme là,ce sont plus de 100 milliards d'euros de déficit que nous constaterons à la fin de l'année 2013.

Constatons à cette occasion la duplicité qu'il y a à exprimer le déficit en pourcent du PIB, Produit Intérieur Brut c'est à dire la richesse totale produite par les français. Quand on vous parle de 3,7, 3,9 voire 4,5 pct de PIB de déficit la modestie du chiffre vous fait penser que ce n'est pas très grave. Or notre PIB sera de l'ordre de 2033 milliards en 2013. Le déficit à 3,9 pct auquel Monsieur Moscovici prépare les français et les économistes font 80 milliards d'euros, dont à 59,3 à fin juin nous ne sommes déjà pas très loin. Il y a, c'est vrai, une certaine saisonalité des recetttes et dépenses et des élements exceptionnels en juin, mais il m'étonnerait beaucoup que nous arrivions à inverser la tendance sur le semestre à venir et que nous ne dépassions pas les 100 milliards de déficit en fin d'année.

Ce déficit va venir s'ajouter à notre dette globale d'une part et se traduit par des emprunts réguliers d'un montant équivalent faits au fil de l'Eau par France Trésor pour pouvoir assurer la paye de nos fonctionnaires. La machine est bien en marche, vous pouvez vérifier. Le paiement des intérêts de ces 100 milliards supplémentaires viendra grever dans le budget 2014 ce qu'on appelle la charge de la dette qui est déjà plus élevé que le plus gros budget de l'Etat, celui de l'Education Nationale !

Comme nous avons la chance, comme 2ème économie de la zone euro d'être assimilé à son coeur d'activité avec l'Allemagne,nous bénéficions des taux d'emprunt très bas due à cette proximité. Tant mieux! Le risque existe néanmoins que les prêteurs jugent un jour que nous ne méritons pas de tels taux, surtout en mentant tout le temps et en ne faisant aucun effort de réduction de nos dépenses. Le jour où cette prise de conscience se produira, nous verrons les taux qui nous sont demandés passer, comme ce fut le cas pour l'Espagne, le Portugal ou l'Italie, de leur niveau actuel à des 4, 5 voire 6 pct! Et là nous saurons réellement ce que crise veut dire.

Comme vous voyez notre Président et notre Gouvernement jouent à un jeu très dangereux qui peut se terminer en désastre économique et social. Espérons que je me trompe et que la reprise chez nos voisins nous aide à nous en sortir sans faire les efforts douloureux que nous ne voulons pas nous imposer.

A bientot