CaDerange

25 septembre 2016

Grande victoire pour la technologie de puces française! Bravo

La bataille dans le domaine des puces électroniques consiste à pouvoir les graver de plus en plus petit pour pouvoir leur apporter de plus en plus de performance et si possble sans nécessiter une forte consommation d'énergie qui veut dire aussi dégagement de chaleur  

Intel qui est le plus gand producteur mondial de puces, même s'il est fortement concurrencé en ce moment dans les applications mobiles, utilise la gravure 3D ou Finfet qui permet de graver les puces horizontalement et verticalement. La filière française dans ce domaine, composée du CEA-Leti, Soitec et de ST Microélectronic autour de Grenoble, a développé une autre technologie qui consiste à ajouter une couche d'isolant sur la galette de silicium et de la graver directement.On l'appelle la technologie FD-SOI et elle est couramment utilisée par StMicro ou Samsung avec une finesse de gravure de 28 nanometres.

Son principal avantage est de consommer beaucoup moins d'energie que la gravure FinFet et d'être donc mieux adaptée aux applications mobiles alors que les produits Intel sont mieux adapté aux PC, en baisse de vitesse, et aux serveurs, en forte demande et progression.Le monde industriel de l'électronique attendait en quelques sorte de savoir laquelle de ces deux technologies allait prendre le pas sur sa concurrente.

Si je vous en parle aujourd'hui, c'est parce qu'une annonce récente, semble indiquer une avancée très significative pour la technologie FD-SOI. Il s'agit du choix par le second plus grand fondeur mondial après le taiwanais TSMC, Globalfoundries, de la technologie FD-SOi en ...12 nanomètres de finesse de gravure pour son usine de Dresde.Un investissement à 250 millions de dollars pour l'américain qui lui permettra de passer de la gravure à 22 nanomètres à celle à 12 pour production des premiers composants en 2019. 

Voila qui confirme l'intérêt de cette technologie qui sera particulièrement bien adaptée pour les applications nouvelles en mobilité, comme l'Internet des objets qui arrive ou l'amélioration de certaines applications comme les GPS, jusqu'içi très consommateur d'énergie qui vont devenir permanent, voire intégré à votre montre.

Un Grand Bravo pour le succés de cette filière dans un domaine technologique essentiel Le génie français existe toujours!!!

NB Nos médias vous ont parlé à satiété de la vente des 36 Rafales à l'Inde, mais sont passé à coté de cette nouvelle tout aussi importante...Dommage   

Posté par CaDerange à 06:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2016

Comment résorber le déficit de la SNCF?

Vous savez, ou ne savez pas, parce que le montant de ce déficit est soigneusement réservé à nos députés et sénateurs, que la SNCF, depuis des années, accumule tous les ans des déficits qui sont compensés par une subvention d'équilibre payé par l'Etat et inclus dans le budget, c'est à dire facturé au contribuable. A signaler l'astuce pour "cacher" cette situation désastreuse des finances de la SNCF, qui date de 1997 à l'initiative de nos politiques de l'époque, de séparer les réseaux sous le nom de RFF, Réseaux Ferrés de France, de la SNCF qui devint ainsi une compagnie d'exploitation qui ne vendait plus que des prestations de voyage. Les lourdes dettes de la SNCF qui avoisinaient à l'époque les 20 milliards furent cantonnés chez RFF où elles continuèrent à faire des petits au rythme de 1,5 à 2 milliards de dettes supplémentaires tous les ans qui étaient plus ou moins apurées par la subvention d'équilibre tandis que la SNCF équilibrait à peu près ses comptes  

Lors des Assises du Ferroviaire glorieusement menées par Mme Kosiusko Morizet alors Ministre des Transports, il fut décidé de remettre ensembles RFF et SNCF pour refaire la SNCF à l'ancienne d'avant 1997. L'inconvénient c'est que cela voulait dire faire apparaitre à nouveau l'énormité des dettes de la SNCF les comptes, contrairement à ceux de RFF, étaient accessibles publiquement. On vit donc réapparaître un chiffre que j'ai grand peine à croire tellement il est important, une dette globale de 41 milliards.

Si je vous en reparle aujourd'hui, c'est que la presse s'est faite l'écho récemment de la demande de Monsieur Pepy pour que l'Etat prenne en charge une partie de ce déficit. Alors  que ce déficit est essentiellement du au fait que la SNCF est bien trop chargée en personnel et en retraités ce qui lui coute les yeux de la tête par rapport à ses recettes, que ces déficits existait déjà en 1997  et qu'elle n'a cessé de poursuivre de lourds investissemment dans des lignes TGV nouvelles .Et donc quoi de plus facile que de réclamer un soutien financier plutôt que de serrer sa gestion dans tous les domaines, rationaliser son réseau et la circulation de ses trains et en baisser les prix pour rendre les voyages qu'elle offre plus accessibles aux voyageurs .

Le gouvernement, en situation budgétaire et financière difficile et en situation préélectorale, a fini par refuser à Monsieur Pepy une telle prise en charge. Personne pour autant, dans toute la classe politique, ne s'est scandalisé qu'un PDG de societé nationale ait osé demander une telle aide au détriment du contribuable alors qu'il porte lui même quelque responsabilité dans la constitution et la croissance régulière de ce déficit! 

 

ScGareLyonSNCF009

Or j'ai appris récemment toujours par les journaux que la SNCF disposait de .... 3000 hectares à urbaniser sur les 20 000 hectares qu'elle possède, essentiellement situés en coeur de ville et dont 20 pct sont en Ile-de-France Rhônes Alpes et PACA . A titre d'exemple elle dispose tout autour de la Gare de Lyon de 10 hectares disponibles qui servaient de voies de remisage ou de Centre de tri pour les TGV postaux.

Super vous dites vous! Voila  comment rembourser une partie des dettes de la SNCF qui coûtent si cher au contribuable! Pensez vous, Que nenni! La SNCF va créer en 2017 une société foncière qui gèrera tous ces hectares et qui compte bien en tirer des revenus! Car elle dispose dejà de 250 millions d'euros de recettes immobilières annuelles auxquelles elle va rajouter, en exploitantt ces terrains, 140 millions d'euros supplémentaires.

La SNCF Immobilier dispose d'une filiale d'aménagements de ses emprises, Espace Ferroviaires, et d'une filiale qui gère les logements sociaux qu'elle y construit ( 100 000 logements!) .Grace à ces filiales et à ces hectares de terrains urbanisables, elle est prévue développer une vingtaine de projets urbains, en centre ville et proche des gares, qui vont remodeler des quartiers entiers dont une douzaine dans le Grand Paris.

C'est dire que vous n'êtes pas prêt de ne plus renflouer la SNCF tous les ans, alors qu'elle utilisera pour des activités tout à fait en dehors de son objet, des terrains qui lui ont sans doute été donnés gracieusement à sa naissance, quand la France construisit son réseau ferré à partir de 1850.... Curieux non ? Ou scandaleux... 

Posté par CaDerange à 05:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 septembre 2016

Fortunes diverses dans les gaz industriels

                  Comme dans tous les métiers, la bataille est intense également entre les producteurs et distributeurs de gaz industriels pour en être ou rester le Premier mondial. Car cette industrie, de taille moyenne au niveau d'un pays, installée au plus proche des implantations industrielles qu'elle alimente en continu en gaz plus ou moins rares qu'elle produit sur place, s'est très vite internationalisée et mondialisée.Les deux leaders mondiaux, le français Air Liquide et l'allemand LInde viennent de se livrer une bataille farouche pour la suprématie mondiale du secteur qui vient de se terminer par la victoire...du Français

                   Le lieu de la bataille fut le
continent nord américain où Air Liquide, le premier, entama les hostilités en tentant  de s'emparer de troisième gazier sur ce marché, l'américain Airgas.Il offrit aux actionnaires 13,4 milliards de dollars, prix qui fut jugé élevé par les observateurs. Le montage de l'opération dura plus de six mois jusqu'à son bouclage final ces jours derniers. Les avantages pour l'Air Liquide sont d'accroître largement sa présence sur le marché Nord américain, le plus important du monde et celui qui progresse le plus vite, et de se renforcer également dans le marché qui monte avec l'essor de l'hospitalisation à domicile, celui de la santé.

                    Un marché d'un type différent de celui, traditionnel, de l'approvisionnement de grandes usines, puisqu'il s'adresse aux particuliers à domicile et qu'il se passe par des livraisons de bouteilles. Un
marché de détail en quelque sorte pour lequel une forte implantation sur internet est necessaire. C'est exactement ce qu'Airgas apportait au groupe français avec ses 11 millions de bouteilles,- dont la valeur du contenant peut être dix fois plus forte que celle du gaz qi'elle contient-, et un réseau de e-commerce très développé.Une activité dont la gestion va rendre utile le deploiement de l'internet des objets.

                    Quant au montant de cette acquisition qui avait été ressenti comme élevé, il tombe juste au moment où les taux d'accès au crédit sont tellement bas qu'un tel achat aurait pu facilement être financé en totalité par du crédit. Du fait des liens étroits qu'Air Liquide depuis de décennies entretient avec ses actionnaires, il a pu être fait appel pour une partie de la somme, 3,3 Milliards d'euros, à une levée de fonds attractive auprès des actionnaires avec droit préférentiel de souscription.

                     Un Grand Bravo donc à Air Liquide pour cette brillante opération de rachat d'Airgas.


                     .L'allemand Linde, lui, prit le parti de faire un choix similaire, s'emparer du numéro 1 des producteurs de gaz industriels aux Etats Unis, Praxair, avec lequel il avait déjà fait des échanges en Europe pour reprendre sa place de Numéro 1 mondial.Sauf que , dans son cas à lui, l'Affaire ne se passa pas bien et Praxair refusa l'offre de Linde pour une cause, très pratique, du positionnement du siège social du groupe

                      Il était admis que le siège social devait etre implanté en Europe mais pas en Allemagne. Le choix se limitait donc à Londres, les Pays Bas ou l'Irlande. Les discutions tournèrent court pour autant et les deux partenaires furent obigé d'officialiser la rupture de leur négociation. Pour un siège social !

                      Le lendemain de cet  échec, le directeur financier de Linde, Georg Denoke, qui était en principe hostile au projet, démissionnat. Le Président du Directoire, Wolfgang Büchele, qui était en conflit avec le précédent, annonça aussi sa démission pour la fin de son mandat en Avril.Et donc,  le trésorier du groupe,Sven Schneider, fut  nommé pour assurer l'interim du Directeur Financier.

                       Au total, toute la diection de Linde fut décapitée brutalement....  

Posté par CaDerange à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2016

Les Tweets de CaDerange

  • Savez vous qu'il y a plus de joueurs français dans l'équipe anglaise d'Arsenal qu'au PSG?

  • Partout où notre industrie, dans une branche donnée, a ses représentants qui ne sont pas dans les trois premiers européens de leur profession ils sont, immédiatement ou à terme, menacés de disparition. C'est ce que montre par exemple l'annonce que le fusil qui équipe nos forces arméees, le FAMAS, serait remplacé par un fusil allemand à la suite de l'appel d'offre, maintenant européen et automatique comme comme font semblant de l'ignorer nos gouvernants, lancé il y a deux ans par la DGA, Direction Générale de l'Armement.

    Il s'agit du modèle HK 416 du constructeur allemand Heckler und Koch qui équipe déjà les soldats ds forces spéciales françaises. Il était en concurrence avec des modèles de l'italien Beretta, du germano suisses SigSauer, du croate HS Product et du belge FN Herstal. Le fabricant du Famas, la Manufacture d'Armes de St Etienne est passé à la trappe depuis longtemps et celui d'armes de chasse et de défense Verney-Carron, qui avait essayé de monter une offre avec un israélien, n'avait pas la surface suffisante, financière et de production, pour pouvoir être retenu.

    J'ai cru comprendre qu'à Bratislava, nous gouvernants européens ont parlé d'armée européenne. il serait temps d'y penser en effet car de toutes façons, ils vont bientot avoir tous le même équipement!

  • La cuisine japonaise a ses propres ingrédients et assaisonnements que l'on ne trouve parfois qu'au Japon. En s'étendant à toute la planète, elle se trouve confronté à des difficultés d'approvisionnement et vient de décider d'investir... en France. C'est la ccopérative japonaise Makurazaki qui vient d'investir 2 millions d'euros pour monter, à Concarneau, une usine de "katsuobushi" , un ingrédient produit à partir de thon séché, fumé,et découpé en copeaux pour être utilisé dans les soupes et bouillons dont le traditonnel dashi.

    Il est prévu que la CFTO, Compagnie Française de Thon Océanique, approvisionne l'usine de Concarneau en thon Listao péché dans l'océan indien au rythme d'une tonne/jour pour produire 200 Kilos /jour de katsuobushi. On leur souhaite Bonne Chance pour cette production d'excellence qui se vendra partout en Europe à 100 euros le kilo !

  • Ca fait plus de 50 ans que le traité de Rome, fondateur de l'Europe, a été signé. On vient pourtant seulement de mettre au point le système de gestion des opérations de règlement-livraison pour les achats de titres cotés au travers de l'Europe. Et encore ce système baptiséT2S n'a  t il été accepté que par 4 pays dont la France tout récemment.
    On se demade parfois si nous sommes sérieux pour qu'il nous faille autant de temps pour mettre en place des réformes aussi insignifiantes...

  • Autre réforme qui serait en principe d'importance insignifiante mais qui va poser problèmes pour cause de statut des personnels, la réforme des centres financiers de la Banque Postale. Ceux çi ont été mis en route au moment de la création de la dite Banque Postale et à une époque où les personnels n'avaient pas à avoir de contact avec les clients

    Avec l'arrivée d'Internet, la clientèle communique désormais en tous temps et en particulier le samedi matin ou en dehors des horaires des bureaux. Or les horaires de travail avaient été définis pour coller aux besoins des salariés et pas des clients et il n'y a que 10 pct des effectifs de salariés le samedi matin alors que les activités futures seront davantage tournéees vers les entreprises et les clients professionnel ou patrimoniaux.A suivre avec atttention... 

  • ScTiOne006

    Vous vous demandez parfois quand on vous parle d'economie numérique comme de la technique du futur incontournable de quoi il s'agit et à quoi et à qui elle peut s'appliquer concrètement.En voiçi une application nouvelle pour le monde agricole, le robot TiOne qui pousse les poules à aller pondre dans leur pondoir. Car ces dernières ont la mauvaise habitude de pondre parfois sur le sol, ce qui rend les oeufs souillés et invendables.Le dit Robot va leur faire la chasse pour les ramener vers le pondoir.

  • Vous vous souvenez peut être de la décision brutale de Monsieur Pinault d'abandonner le projet de construction d'un musée sur l'île Seguin pour aller exposer sa collection d'oeuvre d'art à Venise à la Pointe de la Douane, ce qu'il fiit. Son excuse, son age qui faisait que, s'il voulait un jour pouvoir voir sa collection exposée et qu'étant donné la lenteur de l'administration française et de ses politiques, il serait mort avant de l'avoir vu exposée.

    On reparle, 12 ans plus tard, de l'installation d'un ensemble d'espace d'exposition, de galeries,d'ateliers d'artistes...etc par un autre collectonneur dans un batiment conçu par Jean Nouvel à la pointe de l'île Seguin. François Pinault a eu bien raison de ne pas attendre. C'est peut être même d'avoir échappé aux tracas de nos non décideurs qui le maintient en vie et en bonne forme      
     

Posté par CaDerange à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2016

Calais et mini Calais....

ScCalais008

Monsieur Cazeneuve a pris l'engagement de fermer la jungle de Calais où "résident" 10 000 migrants environ dans l'espoir de pouvoir passer un jour en Angleterre où ils disposent de famille susceptible de les accueillir et où l'on peut touver du travail sans formalités.

L'embêtant, c'est que, pour pouvoir fermer la dite jungle, il faut pouvoir transférer ailleurs les dites 10 00 personnes. Et pas en Angleterre, car Madame Téresa May n'a pas l'intention de revenir sur le traité que ses prédécesseurs avaient signé avec Nicolas Sarkozy quand ce dernier voulait ,déjà, fermer le centre de Sangatte.. Et comme elle a déjà à négocier le fameux Brexit avec l'Union Européenne, elle a d'autres chats à fouetter!

Il a donc pris la méthode forte classique des gouvernants en difficulté, je décide sans prevenir qui que ce soit ni leur demander leur avis et j'agis.Sauf que tout se sait et que personne dans le reste de la France n'est pressé d'offrir à ses électeurs un cadeau aussi contraignant et dangereux, y compris pour une réélection éventuelle un jour. Car hélas les électeurs ont de la mémoire.

Ses services ont donc concocté une carte de répartition des dit migrants çi jointe en fonction des places disponibles, en petit nombre, et à condition d'en créer de nombreuses autres. Petit détail, il n'a pas été demandé l'avis ou l'accord des présidents de région sur cette répartition des migrants ce qui a provoqué des réactions négatives de ces derniers

L'Etat avait pourtant mis en place fin 2015 des CAO,  Centre d'Accueil et d'Orientation, et des CADA, Centres d'Accueil pour Demandeurs d'Asile pour accueillir les migrants mias sans doute pas en assez gand nombre et pas près des lieux de pssage vers d'autres pays comme c'est le cas des migrants de Calais. Difficile de croire que les candudats au passage vers la Grande Bretagne vont accepter de se retrouver au coeur de l'Aquitaine  ou de la Bourgogne sans essayer de repartir immédiatement vers la frontière qui les attire.

Quand à la recherche d'une solution européenne, il ne faut pas vraiment y compter avec la montée du rejet allemand et l'opposition franche  du groupe de Wisegrad , Pologne, Tchéquie,Slovaquie et Hongrie.

Alors? Il est a craindre que, avec les élections présidentielles de 2017 en plus, rien ne change à Calais d'içi là....

Posté par CaDerange à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2016

Le billet de banque plastique arrive !

Nos billets de banques sont imprimés sur du papier fabriqué à base de coton à l'intérieur duquel on peut introduire un ou plusieurs éléments de sécurité comme le fil de séurité que vous pouvez observés dans les billets en euros. La production de nos billets reste une activité délicate entre les contraintes de sécurité qui s'y applique , la complexité des dessins imprimés et la résistance à l'usage (déchirure et usure) des billets qu'ils impliquent.

Elle est soumise également à concurrence, en particuler depuis l'arrivée de l'leuro qui  a élargi largement le nombre d'imprimeries susceptibles de les fabriquer et donc la concurrence entre elles. Une concurrence largement biaisée néanmoins pour cette activité régalienne par excellence et où chaque pâys tache surtout de conserver son imprimerie natonale, même si ,comme toute activité industrielle, les "grosses" imprimeries des grands pays à forte production et gros diviseur s'opposent aux plus petites des pays à bas coût du travail.La Banque de France, par exemple, exporte la moitié de sa production qui se monte à 2,5 à 3 milliards de billets par an!

Sur le plan de la technique, le papier de plus en plus sophistiqué tient toujours le haut du pavé alors qu'il semblerait qu'il puisse y avoir des avantages à passer au billet en matière plastique, plus résistant. La banque d'Australie a franchi ce pas il y a une trentaine d'année et vient d'ailleurs de renouveler ce 1er septembre son billet de 5 dollars. La Banque d'Angleterre vient d'annoncer, elle, qu'elle passait au billet plastique pour son billet de 5 livres sterling à l'enseigne de Winston Churchill.

Avantage annoncé, une durée de vie deux fois et demi plus longue de celle du billet en papier. Un billet protégé de la saleté, de la moisissure et qui ne craindra plus l'eau. Enfin une sécurté renforcée du fait d'une fenêtre transparente dans laquelle on voit ...Big Ben en surbrillance! D'après la Banque de France, néanmoins, le plastique 'prend' moins bien l'encre et les visuels sur le billet s'effacent plus vite à l'utilisation. En fonction des conditions climatiques  et de la circulation des billets plus intense dans les pays à faible bancarisation, l'option plastique ou l'impression papier peuvent s'avérér plus ou moins bien adaptée.

Sur le plan des coûts, le plastique coute 2 à 3 fois plus cher à irmprimer mais comme il dure 2 à 3 fois plus longtemps ça revient à peu près au même. L'industrie travaille aussi sur des hybrides ou sur des papiers vernis qui ont une durée de vie plus longue. Le choix final résulte de la prise en ompte globale des avantages et inconvénients des deux formules pour des conditions d'utilisation très variables d'un pays à l'autre.Pour l'instant, en tous cas, et avant l'arrvée de la live sterling,le plastique ne représente que 5 pct de la production mondiale.

Une chose est sure néanmoins. Le moins couteux et le plus pratique, c'est la carte bancaire, voire le paiement par téléphone au point que les gouvernements devrait peut être en sponsoriser l'usage !  

Posté par CaDerange à 06:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2016

Quand la règlementation va bouleverser le marché des Deux Roues...

L’impact des modifications de règlementation dans l’industrie est généralement étalé dans le temps et n’affecte pas fondamentalement les gammes de produits et donc l’activité des industriels, même si leur effet peut être important. Voiçi pourtant une industrie dont l’activité va être bouleversée par la mise en oeuvre de nouvelles normes. Je veux parler de l’industrie de la moto  et des deux roues en général.

A partir du 1er janvier 2017, les modèles à la vente de plus de 125 cm3  vont devoir en effet respecter la norme d’émission Euro 4  alors que, précédemment, ils ne devaient respecter que les normes Euro 1 et 2. Au 1er janvier 2018 ce sera au tour des plus petites cylindrées, les 50 cm3. En même temps ils devront être pourvus de l‘ABS et d’une prise diagnostic pour en faciliter la maintenance. Ca fait beaucoup d’un seul coup me direz vous !

En effet la conséquence va en être la disparition pure et simple de certains modèles et motorisations. Les moteurs 2 temps en particulier que la norme  Euro 1 et 2 avait déjà tué en 125 cm3 verront leurs versions 50 cm3 disparaitre également  à compter de janvier 2018.Les constructeurs commencent dores et dejà à supprimer ces modèles de leurs gammes. Cette industrie va perdre ainsi un marché de l'ordre d'une centaine de milliers de machines qui ne pourront pas toutes être converties en machines de la classe au dessus. 

Même topo pour des machines des classes au dessus qui ne pourront pas supporter physiquement par manque de place l'arrivée de l'ABS, contraignant de ce point de vue là, ou économiquement les nouveaux moteurs plus sophistiqués et plus couteux. Ce sont les modèles d'entrée de gamme  et leur clientèle qui vont faire les frais de cette évolution. Qand donc on nous raconte que l'environnement et le développement durable vont créer des emplois, ce n'est malheureusement pas automatique et pas nécessairement dans notre pays.

Enfin dernier sujet qui inquiète davantage les distributeurs, la prise diagnostic, autrement appellé port OBD, qui arrve va sans doute affecter le poste de recettes de leurs ateliers d'entretien qui contribuent pour une part non négligeable à l'équiibre financier des concessions en incitant encore davantage à l'auto-entretien, ou à l'associativité (ou ubérisation) de cette activité.Sans compter l'arrivée des chaines de boutique de réparation indépendante type Feu vert, Norauto ou autre à l'occasion de cette automatisation du diagnostic qui risque de déstabiliser ce marché. 

Bref une profession et une activité qui risque de vivre une année 2017 difficile...  

Posté par CaDerange à 07:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2016

La WiFI bientot dans les avions?

Ce monde décidément ne peut plus se passer d’être « connecté », par téléphone, par internet, ou par Wifi, l’outil de la connectivité en mobilité.  Ce n’est pas que les tonnes de banalité que nous émettons soient essentielles à la bonne marche de notre planète, mais c’est un fait de société que de constater que dès qu’on lui en donne la possibilité, la race humaine éprouve un violent besoin de rester connectée avec sa tribu, qu’elle soit familiale ou professionnelle.

Le problème c’est que ce n’est pas techniquement possible partout et en particulier pas dans tous les moyens de déplacement mobiles que nous utilisons et, quand ça l’est, c’est souvent avec des limitations qui ne permettent pas d’effectuer toutes les taches que nous avons l’habitude de confier à ces outils de communication.

Il reste en particulier à assurer ces connections dans …les avions, alors que, dans certains cas, cela pourrait, ou aurait pu, être particulièrement utile d’en disposer. On s’est aperçu par exemple à l’occasion de l’attentat du 11 septembre que l’avion du Président des Etats Unis, dans lequel en urgence on avait embarqué Georges Bush pour le mettre à l’abri d’attentats éventuels au delà de ceux des tours du World Trade center, ne lui permettait pas de maintenir le contact avec la terre ferme.

Je vous rassure, si je vous en parle c’est que les choses sont en cours d’évolution dans ce domaine. Pour aller au delà en qualité de service de ce que l’on trouve dans quelques compagnies aériennes au dessus du territoire américain, il faut pouvoir disposer de satellites de télécommunication prévus pour fonctionner sur ce mode.

C’est l’alliance de Thalès et de l’opérateur mondial de satellites SES annoncé à l’occasion de la World Satellite Business Week de Paris, qui devrait le permettre. Thalès est le numéro 2 dans le monde derrière Panasonics dans  ce que l’on appelle le multimédia de cabines tandis que SES vient de commander à Thalès Alenia Space un satellite baptisé SES 17 qui sera doté de 200 faisceaux de télécommunications en bande de fréquence ka pour fournir de la bande passante aux sociétés de télécom de capacité et de puissance de transmission bien supérieures à celles existantes et surtout assurée sur la totalité du parcours de l’avion.

Dans une premier temps, c’est à dire 2020, date prévue du lancement du SES 17, ce service sera déployé au dessus du territoire des Etats Unis où se concentre l’essentiel du trafic aérien mondial. 5000 avions seulement sont déjà connectés et 5 à 10 pct des passagers seulement se connectent. On envisage  qu’avec le SES 17, le nombre d’appareils connectés passera à 23 000  et que le taux de passagers utilisateurs puisse tripler à court terme avant que cela de devienne une prestation standard disponible. Le voyageur du futur est prévu regarder un film en streaming sur son écran tout en lisant ses mails sur sa tablette!

L’être humain multitache s’approche. Aura t il pour cela, lois de l’évolution obligent, un plus gros cerveau, l’avenir le dira !

Posté par CaDerange à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2016

Gouverner, c'est prévoir: Comment a t on pu louper la catastrophe industrielle d'Alstom?

Pourquoi donc un tel clash d'annonces contradictoires de la part d'Alstom a t il pu se produire tout d'abord et sans que les pouvoirs publics, qui possèdent 20 pct du capital d'Alstom et ont deux administateurs à son Conseil d'Administration, prétendent n'en avoir rien su.!

Constatons d'abord que nos sociétés nationales vont de catastrophe en catastrophe sans que cela ne semble inquiéter personne, gouvernement de gauche ou de droite confondus. En ce moment, c'est le cas d'Alstom, qui n'est pas le pire, car globalement sur son marché mondial Alstom va bien. Citons comme catastrophes annoncées celle, dramatique, d'Areva qui risque d'être suivie de celle d'EDF, très mal engagée maintenant dans son aventure nucléaire britannique. Chacune de ces sociétés disposent d'administrateurs de l'Etat à leurs Conseil d'Administration qui, bien sur, avertissent leurs ministres de tutelle de la manière dont ces entreprises sont dirigées et des risques de catastrophent qu'elles courent.

Nos Ministres mentent donc effrontement en affirmant ne pas être au courant,-ils le sont-, parce qu'ils savent que  ce genre de désastres industriels n'affecte pas trop les vôtes des électeurs et que de toute façons on pourra toujours en attribuer la faute au PDG, aux actionnaires ou au système capitaliste. C'est exactement ce qui est en train de se passer pour Alstom dont le PDG aura beaucoup de peine à échapper à un éviction rapide de son poste, avec indemnité néanmoins. Il faut juste savoir tenir un peu, le temps que le problème se tasse, le temps que les fusibles fassent leur office.

Deuxièmement, on nomme Ministre tout et n'importe qui pourvu qu'il ait participé à l'élection du chef, qu'il soit un "politique" qui sache bien tenir son "paquet de voix" . Sa compêtence dans son domaine technique n'a pas grande importance pourvu qu'il sache noyer le poisson publiquement et rendre grace au chef d'avoir su touver et promouvoir la solution du problème qu'il lui a d'ailleurs soufflée. C'est le cas de Monsieur Vidalie, Ministre des transports et avocat de formation, très loin des contingences industrielles, mais qui sait vous affirmer que, tous ensembles avec le chef qui le leur a ordonné, ils vont résoudre le problème, aussi insolvable soit il.

Troisièmement, les problèmes industriels ou sociaux dont nous parlons sont bien connus, parfois depuis des dizaines d'années sans que personne, toutes tendances confondues, n'ait eu le courage de s'y attaquer par incompétence, passage trop court dans le poste ou parce que ça tomberait au mauvais moment. Dans le cas Alstom, le problème final est la combinaison de 25/30 ans de non résolution du problème de la SNCF dont on sait depuis les années 87 que son réseau est en très mauvais état, dont le déficit est passé de 7 à 30 milliards dans le même temps malgré des dotations annuelles significatives, dont on sait depuis le même temps que la cause majeure en est le surcoût du statut des personnels et de la masse des retraités et que l'on a forcé à investir à tout va par gloriole présidentielle dans l'aventure TGV.

Rajoutez la dessus la mondialisation du ferroviaire, l'obligation de passer par des appels d'offre européens pour tout achat, la moindre compétitivité du ferroviaire par rapport aux low cost aériennes et les nouvelles manières de vivre, Blablacar ou autobus Macrons, la poursuite des investissemenst en infrastructures et vous comprendrez que tout ce qui nous arrive était infiniment prévisible, même pour un énarque moyen;

Ce qui est plus surprenant c'est qu'un Président comme le nôtre, dans un certain affolement, vienne nous raconter que lui et tout le gourvernement allait amener des commandes dans les jours à venir à Alstom pour sauver le site. Comme s"il pensait sérieusement quil pouvait donner ordre à la SNCF par çi, au Stif par là, ou aux régions de passer commandes de trains de tous le types  dans les 10 jours à venir pour remplir le plan de charge de l'atelier de Belfort. De qui se moque t il ?  

Monsieur Gallois, grand industriel et ancien PDG de la SNCF l'a sèchement rappelé à l'ordre en lui rappellant que ce n'était pas à la SNCF de payer pour des trains inutiles. 

L'ennuyeux dans cette affaire, c'est que nous sommes en pleine période pré électorale et que nos politiques vont tous essayer de proposer la bonne solution, aussi stupide soit elle, et se payer la tête du Président en place. Une pensée oru es pauvres salarés qui croient peut être à et attendent la solution miracle...

Posté par CaDerange à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2016

Gouverner c'est prévoir: L'avait on oublié dans l'affaire Alstom?

Alstom n’a pas de chance. A quelques jours d’intervalle, il a annoncé deux nouvelles également importantes mais d’impacts médiatiques  très contrastés. L’une est l’annonce de l’obtention du marché du matériel roulant de la ligne à très grande vitesse Boston Washington en desservant au passage les villes de New York, Philadelphie et Baltimore, l’autre est la possible fermeture de la production de trains dans l’atelier historique de Belfort pour concentration  de cette production dans l'autre atelier de production d'Alstom, à Reichoffen en Alsace.

La première est l’annonce d’une très grande victoire technique et commerciale car il s’agit de la première ligne TGV jamais construite aux Etats Unis et de la combinaison, sur les 28 trains qui seront fournis, de la technologie TGV à la française et de la technologie pendulaire en  provenance des Pendolino italiens que produit également Alstom dans ce pays et qui permet de passer 30 pct plus vite les courbes de la voie en faisant s’incliner davantage le train.

La seconde est bien sur très triste du fait qu’elle menace d’entrainer la fermeture du site historique de Belfort tout en se traduisant, heureusement, par un transfert potentiel vers un autre site proche qui devrait minimiser les problèmes sociaux. La production de train, industrie lourde, n’est pas, hélas, une activité qui puisse se transférer d’un pays à un autre et la bonne nouvelle de la commande américaine ne peut pas compenser l’absence de plan de charge du site de Belfort .

Il est donc question, dans cette affaire très médiatisée de détecter comment un tel clash d’annonces contradictoires a pu se produire et spécialité bien française, montrer du doigt le ou les coupables de cette catastrophe industrielle !

A suivre

Posté par CaDerange à 06:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2016

Brexit or not Brexit? That is the question !

L'affaire du Brexit britannique devient de plus en plus opaque, incertaine voire carrément foireuse! Par rapport aux lendemains du réferendum qui semblaient devoir être chantants pour ceux qui avaient gagné le vote, tout semble se déliter de manière désastreuse. 

Les deux gagnants majeurs, Boris Johnson et Nigel Farage, ont disparu ou sont très en retrait par rapport à la position de pointe qu'ils avaient pris dans cette bataille. Vous avez assisté au repli peu glorieux de Boris Johnson, sac au dos, le lendemain de ce qui était en principe sa victoire personnelle qui devait être couronné par le poste de Premier Ministre! Quant à Mr Farage, après une intervention insupportable de fatuité et d'égocentrisme au Parlement européen, il s'est carrément évaporé dans la nature en démissionnant de son parti, l'UKIP, qu'il avait pourtant fondé, et en admettant que les "Leave" avaient menti sur les supposés 350 millions de livres payés en trop toutes les semaines à Bruxelles qui étaient supposer revenir immédiatement pour alimenter le NHS, National Health Service.

Sur le plan économique, on ne sait pas vraiment ce quel va en être le résultat. L'avis immédiat, supporté par la position de la banque centrale qui avait pris de mesures immédiates pour éviter la fuite des capitaux et la chute de la livre, était que cela allait être difficile économiquement pour l'économie britannique. Trois mois plus tard, la livre a en effet baissé de 10 pct ce qui s'est traduit par une certaine hausse des produits importés mais sans que cela apparaisse comme dramatique.

Sur le plan industriel il y a par contre des menaces diverses que certaines usines et que certaines sociétés du secteur bancaire puisse quitter la Royaume Uni si elles ne peuvent pas continuer à bénéficier de l'accès au marché unique. Or, pour ce faire, il faudrait que  le Royaume Uni veuille bien renégocier un accord de libre échange avec l'Union Européenne pour maintenir le caractère européen des productions sur le territoire britannique et l'absence de droits de douanes. Mêmes contraintes pour le secteur bancaire dont certains établissements devraient être réinstallé sur le continent ou pour l'industrie pharmaceutique qui bénéficiait des budgets de recherche européens.

Les européens, bien entendu, n'ont aucune envie de faire des cadeaux à la Grande Bretagne qui a choisi librement ce destin. Les pays, comme la Norvège, la Suiise et d'autres "petits" pays qui benéficient de tels accords de libre échange ont exprimé publiquement leur désaccord à ce que la Grande Bretagne puisse rejoindre leur groupe qu'elle déséquilibrerait par sa taille et son importance industrielle.

Tokyo lors du récent G20 a transmis à Theresa May une liste massive de groupes menacant de quitter le Royaume Uni si les conditions d'accès au marché européen n'étaient pas maintenues. Or la Grande Bretagne captait la moitié des investissements japonais en Europe.

Par ailleurs, le vote britannique a crée une situation de gel des investissements tant que l'industrie britannique, européenne et mondiale ne sait pas dans quelles conditions ils pourraient investir et avec quels statuts. Le PIB de la Grande Bretagne devrait en être affecté mais également celui des autres pays européens. Par exemple, le PIB de l'Allemagne dont la croissance en 2016 est  attendu en hausse de 1,9 pct, est désormais prévu tomber à 1,0 pct pour 2017.               

L'autre raison majeure du vote pour le Leave était la question de l'immigration que les britanniques jugeaient excessive, en particuliers dans les provinces, et dictée par Bruxelles. Les votants pro Brexit attendaient que dans les semaines après leur vote gagnant,les frontières soient de nouveau sous controle et l'immigration stoppée. Or trois mois plus tard, rien ne s'est passé et on sait maintenant que le fameux article 50 qui devait permettre d'engager le processus du 'Leave' ne sera activé que dans un an ou deux s'il l'est jamais. La mise en place d'un système d'immigration dit " à point", comme en Australie, dont Boris Johnson et Nigel Farage avaient vanté les qualités pendant la campagne a été jugé par Theresa May comme inapproprié et repoussé aux calendes grecques.

Les électeurs Pro Brexit commencent donc à se sentir frustrés de ne pas voir leurs votes respectés malgré le  " Le Brexit c'est le Brexit" de la Première Ministre et commençent à craindre.... qu'il n'y ait jamais de Brexit.

C'est dire que la situation est très délicate et peut se retourner brutalement si le peuple s'aperçoit que l'on s'est moqué d'eux et que ce sont les considérations du "business" qui risquent d'être gagnantes et les leurs qui soient réniées.

Une situation pas facile à gérer donc pour Theresa May entre les attentes industrielles et celles de électeurs qui ont des exigences oposees pour les satisfaire. Une situation qu'il va falloir suivre avec une grande attention    

Posté par CaDerange à 07:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2016

Réchauffement climatique: Et l'accroissement sans fin des populations....?

Je regardais récemment une xième émission sur le réchauffement climatique dans lesquelles on nous annonce les catastrophes à venir qui vont en résulter et où les participants, d'un air docte, nous font part de nos responsabilités personnelles dans cette situation et des efforts que nous devrions faire tous et que nous sommes soupçonnés d'y être réticent  pour, tout au moins, améliorer la situation future.

Pour les solutions à appliquer, ces émissions sont en général beaucoup plus pauvres, sauf à se féliciter des résultats de la COP 21 dont je rappelle néanmoins qu'ils ne sont que des engagements volontaires de certains efforts dont nul n'est très confiants qu'ils seront réalisés effectivement et qui constatent qu'ils seront de toutes façons insuffisants. Tout au plus permettront ils de rétarder l'inévitable arrivée de ce réchauffement de....50 ans, ...100 ans. Qu'est ce que sont ces 50 ou 100 ans à l'échelle de temps de la vie de notre planète?

Curieux quand meme qu'avec des milliers de personnes venus à cette COP 21, personne n'ai osé prononcer la cause fondamentale de cette crise majeure pour notre survie à tous. Et cette cause fondamentale c'est l'accroissement permanent et sans limite ni controle de la population humaine à la surface de notre planète, encore amplifié par la  l'extension de la durée de vie et la tendance à l'égalisation des niveaux et des modes de vie à travers le monde.

La COP 21 c'est en quelque sorte le cautère sur la jambe de bois, qu'il faut appliquer bien entendu mais qui ne règlera pas le problème global alors que dans le même temps, on nous dit que la population mondiale va gagner 1 à 1,5 milliards d'habitants sur la planète d'içi 2050. Pointer du doigt telle ou telle corporation, les pétroliers les producteurs de charbon, la déforestation et ses responsables, voire l'utilisation du feu de bois, ne fait que repousser de quelques décennies, si on arrivait à les éradiquer, l'échéance de la catastrophe.

J'avais dit dans ce blog qu'il était important que les scientifiques fassent le point sur les expériences de régulation des populations, dont l'expérience de l'enfant unique en Chine qui a donné des résultats problématiques, si nous voulons vraiment tenter de résoudre les problemes auxquels nous n'échapperons pas, à échéance 50 ou 100 ans. Si déjà lors de la COP 22 on admettait de nommer le vrai ennemi, l'envahissement de la planète par notre espèce, nous ferions un grand pas en avant et le climat des futures COP devrait en être largement modifié.

A suivre.      

Posté par CaDerange à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 septembre 2016

Le Tweets de CaDerange

  • L'usine Renault de Tanger, au Maroc qui fabrique certains modèles de la gamme low cost du groupe, Dacia,va dépasser cette année les 300 000 véhicules produits. D'autres constructeurs s'implantent dans le pays  et derrière ces constructeurs, les équipementiers français ou étrangers. Ca marche bien pour le Maroc...

  • La France est un pays de start up. Elle vient de dépasser en montant d'argent levé le milliard d'euros pour le premier semestre 2016, ce qui lui permet de dépasser l'Allemagne et de devenir le second pays d'Europe dans ce domaine. La Grande Bretagne reste le pays le plus important en terme d'argent levé mais nous l'avons dépassé néanmoins en nombre de start up crées.

  •  Vous savez que le "pape" de la gastronomie française, Paul Bocuse, prenait comme nous tous une année de plus chaque année et venait d'atteindre les 90 ans et que son "empire" suscitait bien des concupiscences. Sa succession vient de se régler et c'est son fils Jérôme, qui vient d'en reprendre la barre. Il est peu connu en France car ayant fait toute sa carrière aux Etats Unis mais connait très bien la restauration pour y exploiter le Pavillon Fançais du Disney World de Floride (un 1200 couverts/Jours).

    Il avait racheté la participation du fond Naxicap  et controle désormais Pôl Développement qui gère les restaurants et brasseries Bocuse. Il exploite également la Brasserie des Lumières du nouveau stade de l'OL à Decines et s'intéresse à la Cité Lyonnaise de la Gastronomie en cours d'aménagement sur les quais du Rhône dans l'ancien Hôtel Dieu.

    C'est dire qu'il a toutes les capacités pour prendre la site de son père. Nous lui souhaitons Bonne Chance dans cette aventure. 

  • Peut être ne savez vous pas, par contre, qu'Air France a été la première compagnie aérienne européenne à relier l'Europe à la Chine, deux ans seulement après la reconnaissance de ce pays par la France, en 1964. A l'époque le voyage passait par quatre escales et durait 22 hrs.

    Alors que notre compagnie nationale vit des jours parfois difficiles, il n'est pas inutile de fêter le 50 ème anniversaire de cette desserte aérienne, d'autant plus qu'Air France KLM demeure aujourd'hui la compagnie europenne la plus active en Chine avec 7 villes desservies contre 5 à Lufthansa et 3 à British Airways.Bravo Air France!

  • La retenue à la source sur les salaires des impôts sur le revenu qui va devenir la règle va créer quelques soucis aux sociétés et à leur DRH. Outre la connaissance du montant approximatif du niveau de patrimoine des salariés par leur patrons qui va forcement déplaire à ces derniers, la baisse du solde payé en bas de la feuille de paye risque de se traduire par le mécontentement des salariés qu vont se rendre compte de l'aspect confiscatoire de notre système fiscal qui ne leur était pas nécessairement apparu lorsque les sommes salaire et impôts faisait l'objet de processus de calcul et de perception différents.

    Comme il n'existe pas de manière de se plaindre de la lourdeur de ce prélèvement (à qui d'ailleurs dans notre monde informatisé) cela risque de se traduire par une demande accrue....d'augmentation de salaire auprès de la société, de son patron ou de son DRH. A suivre donc.
     
  • La baisse des taux de l'argent initiée par la BCE et Mario Draghi, si elle est bénéfique pour les consommateurs et pour la relance industrielle, l'est beaucoup moins pour les banques qui commencent à souffrir énormément avec de très faible marges au niveau du taux du crédit auquel le margé est arrivé ( 1,4 pct ).

    Autres opérateurs financiers qui souffrent en ce moment, les fonds de pension dont les actifs sont investis sur le très long terme pour pouvoir payer les retraites des salariés. Les actifs totaux des 300 plus importants fonds de pension dans le monde qui s'élèvent à 14 800 millards de dollars ont vu leur valeur diminuer cette année de 3,8 pct soit quand même 560 milliards.C'est le résultat de la baisse des taux, du ralentissement de la croissance et de l'augmentation de l'espérance de vie. Heureusement, l'horizon des fonds de pensions est le très long terme. Ca donne le temps de se refaire...            

Posté par CaDerange à 06:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2016

Où étiez vous le 11 septembre 2011?

J'étais personnellement ce jour là à Douala, au Cameroun, où j'étais le PDG d'une filiale de mon groupe pétrolier, américain, et je me  trouvais entre 13 et 14hrs chez moi pour y déjeuner quand je recus un coup de téléphone d'un de mes collaborateurs, un jeune camerounais brillant qui gérait la logistique dans ma société, et qui me diit de mettre immédiatement ma télé car il s'y passait un évènement d'importance mondiale, l'attaque du 11 septembre des  tours du World Trade Center.

Je mis immédiatement ma télévision pour y assister à la collision entre les dites tours et les avions chargés de les percuter. Un évènement auquel vous avez les uns et les autres été confrontés depuis et que, simplement, j'ai vu en direct du fait d'avoir été prévenu en temps voulu.

Le plus effrayant  en a été l'écroulement inattendu de ces tours; lié à la constitution tout acier des structures de ces tours, puis le chaos dans lequel les pompiers de New York ont du se débattre pour faire face aux évènements.

Il en a résulté plus de 3800 victimes, (dont 1000 toujours non identifés),dont bon nombre en se jetant par les fenétres des immeubles dans le vide. Vous voyez peut être sur nos écrans des reportages sur cette journée là et l'attitude des pompiers  dans ce chaos. Ce fut effrayant et choquant. IIs se souviennent encore de la pluie de morceaux de corps dégringolant de part et d'autres des deux tours et du bruit effrayant des corps s'écrasant au sol de ceux qui avaient fait le choix de se jeter par les fénètres! 

Vous le revoyez en ce moment sur vos écrans et ça reste consternant et effrayant. Espérons seulement que ça ne se reproduira plus jam,ais.... 

Posté par CaDerange à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2016

Quand l'esprit start up s'invite dans les Ressources Humaines...

L'impact de la révolution numérique et industrielle que nous vivons continue à s'étendre un peu partout dans le monde, les manières de penser, les types d'activités et de fonctions et peut être un jour, - espérons le du moins-, chez notre personnel politique et dans l'administration.

Voiçi une fonction nouvelle, les Ressources Humaines qui semblent changer de régime alors qu'elles s'étaient enracinés depuis quelques décennies dans les entreprises et dans ses méthodes d'évaluation de la performance et de lien entre cette performance et les augmentations salariales qui en résultaient. C'est du moins ce que l'on peut penser du virage à 180 dégrés d'une entreprise au leadership affirmé dans ce domaine, General Electric.

Le fleuron des Ressources Humaines actuelles c'est la gestion par objectifs, l'entretien annuel qui permet de juger du degré de réalisation de ces objectifs, d'évaluer les qualités et défauts des personnels, de définir leurs besoins de formation et de juger de l'évolution de leurs conditions salariales et de leur évolution hiérarchique. Tout ceci s'appliquant d'abord aux grosses sociétés, aux multinationales mais s'étant largement répandu  dans tous types de sociétés.

Par contre il faut constater que ce système, administrativement lourd, ne s'adaptait pas du tout au start ups, aux sociétés de la Silicon Valley et plus généralement à la haute technologie. Et donc si vous souhaitiez que votre entreprise continue à se situer dans cette frange des entreprises de haute technologie, il fallait peut être que ses personnels acquièrent ou démontrent un esprit start up dans leur travail journalier. C'est sans doute ce que les dirigeants de General Electric ont du penser en ... éliminant la traditionnelle notation annuelle et son augmentation annuelle attachée!

L'industriel américain, qui emploie plus de 300.000 personnes dans le monde, vient en effet de décider d'abandonner cet exercice dans toutes ses filiales, et de le troquer pour un système d'évaluation permanent, fonctionnant à partir d'une application mobile! Un système de revues annuelles dont le PDG précédent, Jack Welch, avait fait la pierre angulaire de son management, un système dit Rank and Yank, Classer et Virer.

Le monde et la technique n'évoluant plus à un rythme annuel, il était important de pouvoir évoluer plus rapidement que précédemment et de savoir saisir les moindres tendances de l'évolution des activités plutôt que de poursuivre sans fin des projets déjà condamnés.C'est le programme Fast Works dans lequel les salariés sont encouragés à tester leurs idées, à passer d'une activité à une autre et se voient donner tout au long de l'année des priorités qui évoluent plutot que des objectfs annuels

Mac Kinsey, autre gourou américain de l'organisation des entreprises, brule aujourd'hui ce qu'il préconisait hier en nous affirmant que l'exercice de l'entretien annuel est chronophage et essentiellement subjectif et qu'il incarne les absurdités de la vie d'entreprise. Nul doute que le dit Mac Kinsey va venir proposer à l'industrie et à ses entreprises des formations, fort coûteuses au demeurant, à ces nouvelles méthodes moins chronophages.

Derrière l'élimination de l'entretien annuel et son remplacement par des priorités à géometrie variable, se trouve le point crucial de l'augmentation salariale. GE nous affirme se demander s'il n'existerait pas une manière plus "moderne" d'augmenter les salaires, chaque fois que les performances du salarié le mériterait, tout au long de l'année! Je crains que tout cela ne se termine par la promotion des show men, les beaux parleurs et faiseurs de vent que l'on trouve beaucoup dans le monde anglo-saxon, et dans celui de la politique, au détriment des personnalités moins brillantes peut être mais plus utiles de nos ingénieurs et scientifiques. 

A suivre avec quelques inquiétudes...

Posté par CaDerange à 07:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2016

Les Tweets de Caderange

  • De Jean Jaurès, cette maxime d'un grand connaisseur en hommes politiques: "N'ayant pas la force d'agir, ils dissertent" . Très actuel n'est ce pas?

  • Connaissez vous les obligations Panda? C'est ainsi que l'on appelle les emprunts émis dans la monnaie chinoise, le Yuan, par les entreprises qui investissent en Chine. Traditionnellement, les entreprises en besoin de financement émettaient des obligations dans leur pays et dans la monnaie de leur pays, dollar, euro ou autres.

    Avec la mondialisation, des marchés comme des préteurs, elles ont commencées à emprunter sur des marchés étrangers avec les inconvénients que ça comporte, risque de change au remboursement et moindre facilité d'accès pour des entreprises étrangères sur des marchés qui ne reconnaissent que les plus grosses et les plus connues.

    Emprunter pour investir en Chine, plus grosse économie du monde, posait un problème particulier en ce sens que sa monnaie, en plus, n'était pas convertible librement.Des pays, pourtant, s'y sont convertis récemment. Aujourd'hui, c'est la société française Véolia, qui lance le plus gros emprunt Panda d'une telle envergure, 1 milliard de Yuans, pour refinancer ses investissements dans le pays...
     
  • Savez vous, en cette période de rentrée des classes, comment notre Président surnomme sa Ministre de l'Education Nationale, Najat Valleau-Belkacem? Pimprenelle, la petite fille du couple d'enfants que Gros Nounours et le Marchand de sable endormaient tous les soirs il y a quarante ans sur notre télé nationale d'alors.

    Et savez vous pourquoi? Parce que d'après notre Président, "elle endort les professeurs" !

  • La population des éléphants en Afrique n'arrète pas de diminuer, essentiellement en raison du braconnage pour la vente de leurs défenses et de leur ivoire.

    Une recensement panafricain à l'initiative de Paul Allen, confondateur de Microsoft et financeur de cette opération, a permis en suvolant 18 pays africains de constater que leur population avait diminué de 30 pct entre 2007 et 2014, un résultat profondément inquiétant, d'après ses promoteurs

  • L'affaire du non respect des normes d'émissions polluantes par les constructeurs automobiles se poursuit et met en lumière l'habileté des constructeurs à les contourner et la naiveté des autorités pour en fixer les limites et établir les tests pour les mesurer. Ce n'est pas faute de disposer de services de recherches conséquents dans nos administrations pour les établir.

    Le dernier constructeur en date accusé d'avoir contourné ces spécifications est l'italo-américain Fiat-Chrysler qui est accusé de "débrancher" son dispositif de dépollution après 22 minutes de fonctionnement du moteur. Or le test d'homologation officiel ne dure que 20 minutes ce qui veut dire qu'effectivement les véhicules diesels de ce constructeur respectaient les normes pendant le test d'homologation mais pas au delà!

    Est une pratique délicteuse pour autant? Non, car les dits constructeurs avaient réussis à faire admettre la nocivité de ces systèmes pour la durée de vie de leurs moteurs et à faire accepter leur interruption éventuelle au delà d'une certaine durée pour éviter d'endommager les moteurs, par une règlement européen de 2007. Si ces dispositifs sont en effet dangereux pour les moteurs, on peut comprendre que les constructeurs se hâtent de les bypasser dès que la règlementation le leur permet.

    Un commentaire additionnel tiré de mon expérience personnelle de ce genre d'essai. Le trajet moyen effectué par le conducteur européen, lorsqu'il prend sa voiture le matin pour rouler avec, est de 15 à 18 kilomètres, c'est à dire moins que le test d'homologation C'est, en plus la période de fonctionnement, moteur froid, qui est la plus critique en terme d'émission.Pourquoi donc s'étonner qu'au délà de cette distance, on ne diminue pas les contraintes d'émission pour protéger les moteurs?

  • De Milan Kundera: " Etre dans l'air du temps, c'est le destin des feuilles mortes". Une phrase très actuelle, non ?
     
  • Notre Président va participer au G20, la réunion des Présidents des 20 pays les plus riches du monde à l'occasion duquel il va se féliciter de l'avancement de la lutte contre le réchauffement climatique et de la contribution très importante qu'y a contribué la France par sa gestion de la COP 21.

    Pas de chance, en même temps que notre Président y atterri, on annonce que, si nous avons été le premier état à ratifier l'accord de Paris,nos émissions de CO2 ont augmenté de 0,9 Pct en 2015 alors que la tendance sur les années précédentes étaient à la baisse de 0,7 pct tous les ans depuis 2004.C'est apparemment le transport qui contribue à hauteur de 30 pct au total de nos émissions de CO2 qui est à la hausse et plus précisement celui de la circulation des voitures particulières....

    Dommage, non?  

Posté par CaDerange à 06:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2016

Voiture Autonome:La France en tête?

ScNavyaConfluence005

Vous venez peut être d'apprendre, à notre grande surprise, que la France faisait partie des pays de tête dans le développement des voitures autonomes !

Voiçi çi contre la photo du vehicule responsable de cette surprise. Il s'appele Navya  et va entrer en service à Lyon, dans le nouveau quartier de la Confluence dès Lundi 5 septembre à 7h30 du matin pour transporter, de l'arrêt du tramway face au batiment du Conseil Régional vers les immeubles de bureau nouveaux construits récemment tout au long de la Saône dans ce nouveau quartier de Lyon entre Rhône et Sâone

Ce n'est pas un véhicule individuel comme la voiture Google que nos médias vous présentent complaisamment tout au long de l'année, ou comme le Tesla dont la version autonome vient  de monter ses limites. C'est un véhicule de transport collectif destiné à compléter le transport public sur le dernier kilomêtre, celui que nous parcourons à pied pour aller du dernier arrêt du transport public à son lieu de travail.

Si je vous en parle, c'est qu'étant allé le voir, j'ai pu constater que c'était un véhicule très achevé, infiniment plus que la Google car, qui peut transporter jusqu'à 15 personnes et qui est d'ores et déjà industriel. Je suppose qu'il représente au moins 5 à 6 ans de développement par ses concepteurs, la construction d'une usine pour le produire, et la constitution d'une chaine de fournisseurs pour pouvoir passer à court terme dans une production industrielle.

Le tout sans que qui que ce soit, apparemment, dans nos médias ne nous en ait jamais parlé alors qu'il s'agit d'une première mondiale et d'une preuve concrète que notre pays, si souvent décrié, se trouve bien dans tel ou tel domaine d'avenir à la pointe de la technique mondiale. Bien sur, c'est une initiative et une réalisation provinciale et sans doute nos médias parisiens cherchent ils davantage leur documentation sur les dépèches des agences de presse internationales qu'au fin fond de nos provinces industrieuses. Le prédécesseur de Navya avait pourtant obtenu un prix au CES de Las Vegas en 2014 et il n'était donc pas difficile d'en suivre les développements ultérieurs. 

Sachez qu'une vingtaine de ces navettes ont déjà été fabriquées et que la toute dernière va partir aux Etats Unis pour aller y transporter les visiteurs du M-City, le plus grand circuit de test mondial de voitures autonomes. Une réference donc!

Son coût de fabrication, à ce stade de prototype, est de l'ordre de 200 000 euros la navette. Derrière Navya, on trouve Bruno Bonnell, ancien patron d'Infograme et son fond Robolution Capital.Il existe par ailleurs un autre intervenant français dans ce domaine d'avenir, Easymile, une coentreprise du groupe Ligier et de la société de robotique toulousaine Robosoft.

Dommage que tout cela ne se sache pas, ou si épisodiquement    

Posté par CaDerange à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2016

Les Bravos de CaDerange

Ils vont cette semaine aux personnes, sociétés ou organismes suivants:

  • ScSEBmg003

    A la société bien connue SEB dont les activités se développent harmonieusement dans le monde entier et dans des domaines complémentaires de ses productions d'origine.

    Une expansion commencée plus particulièrement en Chine par le rachat progressif du fabricant local de petit électroménager Supor qui continue à tirer la croissance (+17 pct) avec ses produits "asiatiques", cuiseurs à riz en particulier.Au global, malgré un environnement difficile sur les devises et un marché en recul en Amérique du Nord, SEB a vu son chiffre d'affaire progresser de 6 pct mondialement et son résultat de 18 pct.

    Pour l'avenir, SEB racheté récemment le spécialiste allemand des machines à café WMF, son concurrent, également allemand EMSA et 8 pct supplementaires du capital de Supor. De quoi confiorter part de marché et profitabilité pour les années à venir et de voir se poursuivre son appéciation boursière au dela de son plus haut historique actuel.
     
    Une société de toutes évidences bien gérée et qui mérite un Grand Bravo de notre Part 

  • A une start up marseillaise dénommée Traxens pour ses dispositifs électroniques qui permettent de suivre tout au long de leurs parcours les containers maritimes et leurs contenus. Des dispositifs qui sont sur la voie de dévenir le standard de ce marché avec les développements massifs que cela supposent.

    C'est la CMA CGM, le local de l'étape et 3ème mondial du transport maritime conteneurisé , qui les a adopté en premier , bientot suivi du numéro 2, le suisse MSC et ses 450 conteneurs. C'est déjà 3,5 Millions de boites et 20 pct de ce marché émergent que Traxens a su capturer.Les dits dispositifs comprennent différents capteurs qui permettent de suivre en continu les températures, particulièrement critiques pour les conteneurs frigorifiques, l'humidité, les gaz environnants ou émis, la géolocalisation et même le code douanier.Tous éléments qui permettront d'améliorer la productivité de leurs manipulations.

    Traxens espère équiper 60 pct du parc d'içi à 5 ans et atteindre un chiffre d'affaire de 600 millions par an.CMA CGM et MSC ne s'y sont pas trompés qui ont ,tous les deux, pris une participation significative dans Traxens. Au delà du transport maritime, le ferroviaire et le terrestre ainsi que le transport de produits à très haute valeur ajoutée, s'y intéressent de près. La production de ces dispositifs se partagera entre la France et la Chine.

    Un Grand Bravo à Traxens et à son président Michel Fallah.
  • A l'un de nos champions français des traitements de l'eau, Véolia en l'occurence, pour avoir remporté le marché du complexe pétrochimique de Yanshan à 50 kilométres de Pekin, qui appartient à une filiale du pétrolier chinois Sinopec qui y traite 10 millions de tonnes de pétrole par an pour y produire de nombreux dérivés du pétrole, éthylène et acétone, caoutchouc ou résines.

    L'objectif est de réduire la consommation d'eau et d'augmenter significativement le taux de recyclage de cette eau. Le contrat se monte à 130 millions d'euros par an pour une durée de 25 ans soit une valeur globale de 3,3 Milliards d'euros.

    Grace à cette opération dont le PDG de Véolia entend être le fleuron de la technologie de son groupe, Véolia espère doubler son chiffre d'affaire dans le pays qui s'élevait à 600 milions d'euro en 2015   

Posté par CaDerange à 06:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2016

Brexit: Quand les conséquences commencent à apparaitre....

Chaque jour qui passe fait apparaitre une conséquence ou deux, en Grande Bretagne ou sur le continent, sur telle ou telle industrie, ainsi que telle ou telle opportunité dans tel ou tel autre domaine et des chiffres qui font parfois peur. Quelques commentaires comme suit sur cet après Brexit:

  • Sur la manière dont s'est déroulé ce référendum, de nombreux bonnet d'ânes a distribuer aux uns et aux autres: A Boris Johnson pour son incroyable retournement d'opinion qui ne faisait que traduire la légèreté avec lequel l'intéressé avait abordé sa reflexion personnelle sur la logique et les conséquences de ce référendum. On aurait pu le penser capable de conduire son pays. Les événements ont démontré qu'il n'avait pas l'étoffe du rôle.

    Un autre Bonnet d'âne bien mérité à Monsieur Nigel Farace, dont on savait qu'il était loin d'avoir la personnalité d'un leader politique susceptible d'approcher, même de loin, le pouvoir. Sa suffisance extraordinaire au Parlement européen est une confirmation que nous n'avions affaire qu'à un petit homme. Il est dommage qu'un si petit personnage ai pu entrainer des millions de Britanniques

    Un 'petit' Bonnet d'âne à David Cameron pour avoir joué à pile ou face l'avenir de son pays en choisissant pour mode de scrutin un référendum dans lequel le sort de la Grande Bretagne voire de l'Union Européenne s'est joué à la majorité simple, même pas à une majorité qualifiée, comme s'il s'agissait de l'élection du maire d'une petite bourgade campagarde.Un référendum qui , sans doute comme protection ultime, avait été annoncé comme une exression d'opinion populaire  et pas une vote décisionnel, mais dont personne parmi les politiques n'a osé rappelé le caractère de sondage grandeur nature une fois le résultat connu!

    A la pauvreté d'une campagne durant laquelle les sachants et experts sérieux, comme le gouverneur de la Banque d'Angleterre, ont été écartés du débat par un gent médiatique   nullissime s'appuyant sur des sondages biaisés et par une classe politique qui a su afficher que son moteur réel était l'ambition personnelle et pas le bien être de ses électeurs    

Un Bonnet d'âne collectif à tous les acteurs de ce triste vaudeville. A suivre

Posté par CaDerange à 07:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 août 2016

Connaissez vous le SAVA?

Probablement pas.Ce n'est pas une boisson nouvelle, c'est un acronyme pour Silence Administratif Vaut Acceptation, le bras armé supposé du choc de simplification annoncé et promis par notre président dès 2013 pour la mise en oeuvre duquel, il avait nommé un secrétaire d'Etat qui reportait directement au Premier Ministre. C'est dire si le sujet était important.

Il donna lieu en effet à une loi, celle du 12 novembre 2013 qui en instituait le principe du renversement de la preuve en quelque sorte,en reconnaissant la primauté de la demande d'autorisation en cas de silence de l'administration dans les deux mois ayant suivi cette demande. Les modalités d'application devaient en être précisé ensuite par le secrétariat d'Etat.

Comme vous savez, dans notre beau pays, les lois doivent toujours ensuite être précisées par décret, qui est/sont le talon d'Achille de notre système car les dits décrets peuvent prendre des années à être émis, voire ne jamais l'être. En l'occurence, pour cette loi, le décret d'application fut émis "rapidement" puisque il le fut à la date anniversaire de la loi, le 12 novembre 2014.Décret d"application qui entérinait le principe du SAVA, le Silence Administratif Vaut Accord.

C'est par la suite, que la dite simplification, grande ambition du quinquennat pourtant, dérapa.Car au lieu d'appliquer rapidement le principe, les administrations commencèrent à pondre par décret les exceptions au nouveau principe. Avec, signés dès le 23 octobre 2014, pas moins de 41 exceptions au nouveau principe pas encore officialisé ! 

Par la suite, les administration centrales ont décidé de modifier encore le principe en créant de nouvelles categories de délais de SAVA, à trois, quatre, cinq six et neuf mois !!! C'est dire si le semblant de simplification accordé avait été réduit et complexifié quasi immédiatement! A croire que ce que dit le Président, le Premier Ministre et son Secrétaire d'Etat ne sert à rien face à un administration omnipotente.

Il a fallu pour que ce système kafkaien arrive à fonctionner que l'administration mette en ligne un guide de plus de 100 pages pour arriver à savoir à quelle sauce votre demande serait assaisonneé. Par la sute, on en rajouta une couche de plus avec, à coté du SAVA initial à 2 mois, ceux à 4,5,6,ou 9 mois, et ceux pour lesquels notre administration s'etait arrogé le droit que son silence equivaille à un rejet sans aucune justfication de leur part ! Etonnant.

Nos députés, sans doute vexés que l'administration puisse autant se moquer d'eux, ont décidé de se battre en faisant appel à l'arme legislative en proposant une proposition de loi 3730, relative à l'effectivité et l'efficacité du principe SAVA au vôte éventuel de l'Assemblée Nationale. Passera t elle jamais dans l'agenda serré de notre Chambre des députés, je ne sais. Et quand bien même passerait elle que notre administration surpuissante se contenterait de ne pas l'appliquer !!

C'est bien connu, là où il y a de la gène, il n'y a pas de plaisir !

Posté par CaDerange à 06:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]