La mise en place du marché de la voiture électrique passe par l'équipement incontournable du territoire et des garages dans le logement collectif en prise de recharge rapide, comme j'avais eu  de fréquentes occasions de vous le dire. Pourtant, on a pu constater un écart abyssal entre le discours de promotion de la voiture électrique par les pouvoirs publics et leur manque de volontarisme pour la mise en place effective de tels moyens de recharge!

A l'occasion de la présentation de la Renault Zoe, premier modèle véritablement abouti de notre constructeur national, on a pu constater que le concept de la voiture électrique allait passer par la location au mois du pack batterie par le constructeur et par la recharge rapide sur des bornes spéciales à 800/1000 euros à faire installer vous même dans votre garage ou votre box. Et nos constructeurs de voiture ou de petit matériel électrique, Schneider, DBT et Legrand, de profiter de l'occasion pour vous présenter leurs nouvelles gammes de modèles de prise de recharge.

L'ennuyeux, c'est que quelques semaines plus tard, on apprend que l'Union Européenne vient de décider des spécifications techniques des bornes de recharge européenne et qu'elle a choisi...le modèle allemand et pas le modèle français! Derrière le lancement des voitures électriques se cachait donc une bataille industrielle entre fabricants de matériel électrique que nous venons de perdre.On aurait peut être pu penser, me direz vous, qu'il fallait d'abord se mettre d'accord au niveau européen sur le standard des prises de recharge avant de lancer la fabrucation et de commercialiser de telles prises. Apparemment, nous n'avons pas su attendre ou nous avons cru, trait de caractère très français que l'on nous reproche souvent à l'étranger, que nous allions gagner car nos propositions techniques étaient les meilleures! Patatras, ça n'a pas marché.

Nous avions choisis des prises dite de type 3 qui sont nos prises de forte puissance équipées d'un cache pour éviter que les enfants n'y mettent les doigts. Les allemands et sans doute une bonne partie des pays de l'Union Européenne n'équipent pas leurs logements de telles prises mais de prise dite type 2, sans cache,plus simple et sans doute moins coûteuses. Or c'est le choix de ces prises que vient de faire l'Union, peut être parce qu'elle etaient largement plus répandues que les prises 3 ou que l'écart de prix avec les prises de type 2 en était très important. Le mieux était l'ennemi du bien, en quelque sorte!

Montebourg  est monté en ligne, parait il, pour contester ce choix. Gageons, le connaissant, que cela n'a du que renforcer l'Union Européenne dans ces choix. La décision finale, néanmoins, appartient au Parlement Européen qui doit appouver officiellement la Directive de la Commission de Bruxelles. Ca ressemble néanmoins fortement à une bataille perdue d'avance.On peut, peut être, aussi, en dernière minute, trouver un accord pour une prise de type 2 avec cache. Que ne l'avons nous fait bien avant?

Nous avons, neanmoins, d'ores et déjà demandé des compensations financières pour, je suppose, compenser les frais de développement des matériels mis au point en pure perte par nos fabricants de matériels électriques. A moins que ce ne soit pour l'ensemble des français qui vont devoir remplacer les prises de type 3 de leurs maisons ou appartements! 

Ca laisse réveur néanmoins de voir la futilité de certains sujets qui remontent jusqu'au parlement européen. Si nous n'arrivons pas à nous mettre d'accord sur un problème de prise européenne, il n'est pas étonnant que nous ne puissions pas y arriver pour des sujets autrement plus graves comme ceux d'une défense commune, d'une intervention commune au Mali ou ailleurs, de l'harmonisation fiscale ou de la politique économique !!!