C'est parti! Le débat public sur la transition énergétique que va provoquer le passage annoncé à un mix énergétique à 50pct de nucléaire seulement pour 2030 commence à se mettre en place en ce moment. C'est une obligation légale française qui date d'une vingtaine d'année et prend d'ailleurs un temps certain.

ScDebatTransitionenergetiquejpg

Voici donc un certain nombre d'éléments pour suivre ce débat national et ses enjeux, car, de ses résultats, dépendra pour nous tous de pouvoir disposer ou non d'électricité  dans sa région, à sa prise électrique, en quantité suffisante et en toute période de l'année. Tout d'abord ci contre le calendrier des activités de ce débat national pour lequel ont été constitués Cinq groupes de travail sur l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables,le futur mix énergétique,la compétitivité et les relations sociales.Comme vous voyez l'objectif est d'arriver à un projet de loi pour le mois d'octobre sur ce mix d'énergies et à embrayer sur la programmation de ce vaste chantier. 

ScMixenergetique

Autre élement de base dans ce débat, le point de départ du mix existant, toutes utilisations incluses y compris la route et le transport routier ci contre.

Autre élément inquiétant, la déclaration du Secrétaire Général de l'UFIP, le syndicat professionnel de l'industrie pétrolière, et Vice Président du Medef, Jean Louis Schilansky, comme suit: "Je ne vois pas comment nous pourrons parvenir à une position commune sur des scenarii qui imaginent que l'on pourrait se passer des énergies fossiles et du nucléaire". Une réaction préliminaire qui montre l'écart qui existe entre les,producteurs et distributeurs de produits énergétiques et certains milieux écologistes. En d'autres termes nous aurons de la chance, si au terme de ce débat, nous avons encore suffisamment d'énergie pour satisfaire nos besoins et ne pas repartir vers un Moyen Age énergétique que certaines approches nous promettent !

Autre élement de départ de ce débat, les propositions d'un groupe de travail constitué d'utilisateurs incontournables, les industriels producteurs ou distributeurs de produits énergétiques sous toutes leurs formes, les gros consommateurs, et les producteurs d'énergies renouvelables. Principal soucis, de ces industriels, le maintien de la compétitivité de l'énergie sur notre territoire par rapport aux pays voisins qui provient essentiellement du nucléaire qui est considéré comme un "atout fondamental" de la France.

Un rappel final sur cette position, non plus d'un point de vue compétitivité de l'accès à l'énergie, mais du point de vue des émissions de CO2 qu'elles génèrent. Se souvenir que la France est deux fois plus performante que l'Allemagne en matière d'émissions de CO2. 

A suivre.