J'ai eu l'occasion il y a quelque temps d'assister à une conférence sur la transition énergétique en Allemagne et sa première phase, la fermeture de 8  centrales nucléaires en 2012. Une expérience à risque qu'il est important de suivre de près pour en tirer éventuellement quelques enseignements qui pourront nous être utiles un jour.L'orateur en était un Allemand.

Comment s'est passé l'année 2012 après l'arrêt des 8 centrales nucléaires? : Correctement du point de vue de la capacité de production. Celle çi qui bénéficiait d'un fort accroissement de la capacite de production en éolien maritime, a pu répondre à la demande en faisant appel à l'importation pour pallier à l'intermittence des vents (mais pas plus qu'à l'habitude) et à la substitution des 8,4MW de nucléaire par des centrales au Charbon et au Lignite dont l'Allemagne est riche. Le gaz par contre n'est pas compétitif en ce moment    

                                                                                                              : Beaucoup de difficultés par contre dans les réseaux pour amener l'électricité d'origine éolienne là où il y en avait besoin, c'est à dire au sud de l'Allemagne. La modification senslble du système d'approvisionnement a mis sous pression les réseaux allemands mais également ceux des pays voisins Pays Bas, Tchéquie et Pologne qui n'étaient pas préparés à ce surcroit de travail.Le nombre d'incidents a néanmoins été considéré comme excessifs.

                                                                                                               : Des résultats de réduction des émissions de gaz à effet de serre en ligne avec les objectifs qui visent à les réduire de 40 pct d'içi 2040. Le résultat pour 2012 a été de 26,4pct de diminution d'émission, très proche du chiffre théorique attendu de 28pct    

Il avait été prévu de mettre en place les réseaux dont on savait qu'ils seraient indispensables pour gérer l'intermittence de la production des énergies renouvelables qui en est le vrai problème. Or, ce qui n'a pas vraiment fonctionné dans cette transition c'est justement la mise en place de ces réseaux nouveaux. Il aurait du être construit 193 000km de réseaux à Très Haute Tension  et optimisé 25 000 km de lignes existantes. Ce programme qui est financé par des taxes nouvelles a entre 2 et 7 ans de retard.

Par contre,le prix de l'électricité a fortement monté du fait de la montée en puissance de la taxe sur les ENR, Energies Renouvelables, qui a été instituée pour financer le développement du Photovoltaïque en Allemagne puis celui de l'éolien. Une hausse des taxes trois fois plus élevées sur la période 2008/2011 que l'inflation.

Globalement donc une transition avec des cotés positifs, la capacité de production qui a permis d'assurer la demande y compris celles des pics et la réduction des émissions, et des effets négatifs, les difficultés sérieuses d'exploitation des réseaux et le fait que l'Allemagne soit devenue un pays à l'électricité chère.

L'auteur de cette présentation pense qu'en fonction de cette année de transition, l'Allemagne ne reviendra pas sur sa décision de sortir du nucléaire. Par contre, il sera très difficile de le faire d'içi 2022, comme prévu par les engagements gouvernementaux. il faudra impérativement réaliser le programme de quasi doublement des réseaux et améliorer la coordination entre les Landers et le gouvernement.Il faudra également travailler à assurer une meilleure coordination des flux avec les pays limitrophes et leurs réseaux pour assurer la couverture des pics et des périodes d'intermittence.

A signaler que les industiries fortement consommatrices ont bénéficié d'une exemption de la taxe sur les ENR, ce qui pose la question de savoir si le consommateur ou le contribuable doivent contribuer au financement de ces industries.

Autre sujet, la déconstruction des centrales nucléaires qui coutera de l'ordre de 30 milliards d'euros partiellement provisionnés seulement.Le stockage des déchets a été autorisé jusqu'en 2046 sur le site des centrales et devra être résolu d'içi là pour les dechets hautement radioactifs.

Enfin, à la question de savoir si en France ou dans d'"autres pays d'europe, nous pourrions, sur la base de cette experience réussie, sortir nous aussi du nucléaire, l'orateur a répondu que l'Allemagne avait une spécificité qui ne se retrouvait pas ailleurs, celle de pouvoir disposer de gisements de charbon et de lignite important et bon marché pour remplacer l'électricité d'origine nucléaire.Une situation miroir de celle de la France où nous avons pu remplacer le charbon par le nucléaire il y a cinquante ans alors que l'Allemagne va pouvoir faire exactement le contraire maintenant