Vous connaissez la situation d'EDF, filiale de l'Etat à 87 pct, en principe chargée de la fourniture de l'électricité aux français et de ce fait responsable de l'équipement du pays en moyens de production et de distribution d'électricité et que les pouvoirs publics ont laissé se lancer dans une expansion extérieure au pays et à sa vocation naturelle en allant racheter British Energy pour se lancer dans un programme d'investissement nucléaire considérable dont on n'est pas sur qu'EDF en ait les moyens financiers.

On aurait pu penser que nos responsables politiques de tous bords auraient pu se poser la question du rôle d'une société nationale comme la nôtre dans une telle expansion, par exemple par un débat à l'Assemblée nationale au moment de la démission de son Directeur financier. Ça n'a apparemment interpellé personne et le Ministre de l'Economie et le PDG d'EDF ont confirmé au gouvernement britannique le programme de construction de centrales nucléaires en Grande Bretagne et donc peut être à terme son financement partiel par le contribuable ou le consommateur français.

La "machine" EDF poursuit donc sa route sans se poser de question, cette fois dans l'énergie éolienne via sa filiale EDF Energies nouvelles et...en Chine. Elle vient d'annoncer en effet l'acquisition de 80 pct du capital de la société UPC Asia Wind Management basée à Hong Kong et qui compte des unités éoliennes en opération pour 174 MW de puissance maximale installée et des unités en installation pour 130 MW.

La dite société appartenait à des fonds d'investissement américains, UPC Renewable et le Global Environment fund qui en conserveront 20 pct et dont on peut penser qu'ils ont tiré leur bénéfice de leur investissement à cette occasion. Pour le directeur d'EDF EN, Antoine Cahuzac, c'est simple, cette opération lui permet de prendre pied sur le plus grand marché du monde pour les renouvelables et dans un pays où les perspectives de développement y sont énormes.Une réaction d'industriel que je comprends parfaitement comme tel mais dont je  constate qu'elle se déroule sans controle des pouvoirs publics qui sont censés nous rerésenter tous.

EDF EN a l'ambition d'arriver à 2GW d'içi 5 ans dans cette société, d'en profiter également pour se développer dans le photovoltaique et de se rapprocher de son objectif, dont on apprend qu'il a été fixé l'année dernière à doubler son parc en renouvelables de 28 à 50 GW.Elle vient également de faire une opération similaire d'acquisition d'une société en Inde, Stac Wind Management and Developpement.

Des objectifs pour lesquelles je n'aurais aucun état d'âme si EDF et EDF EN étaient des sociétés privées qui se developpaient naturellement là où elles trouvent des opportunités d'investissement profitables. La question que je pose est justement de savoir si une société nationale de ce type a vocation à aller équiper le monde entier alors que ses besoins d'investissement nationaux sont énormes et dépassent ses capacités et sans qu'apparemment la représentation nationale n'ai eu à en discuter et à encadrer l'expansion de ses activités avec ce qui a une chance (?) de se terminer par la contribution capitalistique des consommateurs ou des contribuables français?