Nous vivons une fois de plus une grève des pilotes d'Air France qui durera sans nul doute encore jusqu'au moment des grands départs en vacances et en même temps que d'autres grèves tout aussi impopulaires dans d'autres secteurs des transports. 

Pour l'instant, elle s'est traduite par 1030 vols annulés pour la premiere séquence de 4 jours de grèves et 127 500 passagers touchés par ces annulations et va repartir pour autant. Financièrement il en a couté 40 millions d'euros de manque à gagner à Air France qui vont sans doute se renouveler le week end prochain.

L'embétant pour les pilotes c'est qu'Air France est une compagnie à deux têtes, une en France et une en Hollande.Les deux compagnies ont été soumises aux mêmes exigences de réduction des coûts pour être compétitives avec les compagnies low cost ou les compagnies du golfe qui détournent la clientèle à leur profit.Or KLM et ses pilotes ont acceptés les sacrifices financiers demandés par leur compagnie et pas ceux d'Air France.

Il en résulte que du coté néerlandais, on considère avoir rempli le contrat de réduction des coûts ce qui se retrouve dans l'augmentation de 3,7 pct du nombre de passagers transportés tandis que celui d'Air France a baissé de 0,3 pct.8 mois de négociation, sans grève, ont été nécessaire pour arriver à une remise à plat des conditions de travail des 2800 pilotes de KLM. Augmentation des heures de vol, gel des salaires pendant 3 ans,recul de 2 ans de l'age de départ en retraite à 58 ans et la perte de certains avantages de retraite ont été au menu de ces négociations.

Unutile de dire que leurs pilotes jugent l'attitude de la direction française face à ses pilotes particulièrement passive. Leur PDG, lui, a déclaré devant ses salariés que "les actions du personnel français sont destructrices alors que le groupe vient d'opérer un retour aux bénéfices après des années de pertes".

Chaude ambiance entre les deux branches de la compagnie, comme vous voyez! Ambiance encore affectée par les rumeurs de transfert de certains vols KLM vers Air France ce qui pénaliserait l'aéroport d'Amsterdam.Du coté des pilotes français, on exige un rééquilibrage des activités entre KLM et Air France et la préservation du périmètre d'Air France vis à vis des filiales ( low cost) et partenaire ( KLM).

C'est dire que nous sommes loin d'un début de commencement de solution.A suivre