Nous ne sommes pas le seul pays dans le monde à souffrir d'un manque de compétitivité quand il s"agit d'exporter les produits que nous fabriquons. Dans le nord de l'Europe, où les pays membres de l'Union Européenne sont en général en bonne santé financière et industrielle, le "mauvais élève" est la Finlande. Celui çi en effet considère qu'il a perdu de 15 à 20 pct de competitivité par rapport à ses voisins immédiats, l'Allemagne et la Suède, dans les quatre à cinq dernières années qui s'est traduit par une baisse de ses exportations de l'ordre de 20 pct.

ScFinlandeCoutTravail383

Le nouveau Premier Ministre,de cendre droit, Juha Sipilä,un ancien créateur et dirigeant d'entreprise qui a vendu sa société de composants électroniques en 2011 et s'est fait élire ensuite et est devenu Premier Ministre en 2015. Il a essayé depuis de reduire le coût du travail en essayant d'arracher aux syndicats finnois des accords pour le réduire.Ses efforts viennent d'aboutir après un an de négociation.

Voici ce qu'il a obtenu. D'abord plus de travail pour le même salaire grace à une augmentation du nombre de jours travaillés de 24 hrs ou 3 jours de plus dans l'année.

La répartition des cotisations chomage et retraite a été modifiée avec plus de cotisations pour le salarié et moins pour l'entreprise.Et la rémunération des congés payés a été réduite de 30 pct jusqu'en 2019.La confédération syndicale Akava a déclaré: "C'est le prix à payer pour améliorer la compétitivité-coût des entreprises, la soutenabilité des finances publiques et surtout pour augmenter les emplois".

Le patronat s'est engagé à investir davantage et a créer des emplois. Le gouvernement enfin s'est engagé à compenser les pertes de pouvoir d'achat par des baisses d'impots pour un montant de l'ordre de 500 millions à 1 milliard.

L'ensemble de ces mesures devrait baisser le coût du travail de 3,7 pct d'içi 2019.On est encore loin de l'objectif de combler les 10 à 15 pct avec les voisins allemands ou suédois mais le gel des salaires l'année prochaine qui pourrait être prolonger d'un an devrait aider. 

Par contre, le gouvernement n'a pas réussi à faire passer un équivalent de l'article 42 de notre Loi Travail pour renvoyer au niveau des entreprises les négociations salariales. Apparemment, en Finlande, c'est justement les négociations salaires au niveau des branches qui sont supposées, par leur laxisme, avoir contribué à provoquer des hausses de salaires qui ont amené à la perte de compétitivité du pays.

La question a été évacué pour l'instant pour le bénéfice de l'accord négocié, mais la question est prévue revenir au coeur du débat. En d'autre termes, il a été prouvé en Finlande que l'article 42 est bien une question cruciale dans la maitrise des salaires et de la compétitivité.Mais pourquoi ne nous l'a t on pas dit plus tôt ??

Au moins nous aurions eu une premiere justification à cet article 42 !