C'est fou ce que nos politiques peuvent agir au détriment du pays pour le plus grand bien de leur gloriole personnelle!! Dernier exemple en date de ce type de comportement, la manière dont Ségolène Royal a géré l'affaire de la tricherie de Volkswagen dans la mesure des émissions de CO2 et NOx de ses véhicules en utilisant un logiciel qui permette de masquer le niveau de ces émissions en baissant la puissance du moteur, au moment même où s'effectuait leur mesure. Tricherie hallucinante par rapport au risque pris pour la réputation de la marque et donc ses ventes et reconnue par Volkswagen.

Dans de telles circonstances, on aurait pu penser que les autres hommes politiques européens, qui se devaient d'être solidaires de l'Allemagne, comme partenaires au sein de l'Union Européenne ou comme fournisseurs du dit constructeur, auraient éviter d'en rajouter sur ce sujet et laissé les pouvoirs publics et judiciaires allemands et américains instruire la tricherie.Quant aux constructeurs, dans de telles circonstances, ils évitent de jeter de l'huile sur le feu en sachant que cela peut leur arriver aussi et se hâtent de tirer le bénéfice des ventes additionnelles qu'une telle affaire suscite pour leur propre marque, ses usines et ses personnels !

Que pensez vous que fit notre Ministre de l'Environnement, dont les connaissances scientifiques et techniques semblent à tout le moins limitées, elle se hata de constituer une Commission Technique excusez du peu, pour investiguer les performances d'émission de polluants divers de toutes les voitures du marché, une centaine. Mais pas suivant les normes officielles qui s'imposent à nos constructeurs et que les véhicules de ces constructeurs passent pour pouvoir mettre leurs nouveaux modèles en vente sur le marché. Dans la nature et dans des conditions où elles sont quasi impossibles à mesurer avec la sécurité scientifique et technique qui s'impose pour une norme officielle.

La dite commission trouva ce que tout le monde savait depuis trente ans que la norme ECE15 puis NEDC existent, que les valeurs enregistrées sur chassis à rouleau en salle fermée qui sont censées reproduire un roulage urbain à vitesse faible, ne correpondent pas à celles que l'on peut relever sur circuit à vitesse élevée. De même que tout le monde sait que la consommation de carburant à 50 km/h est bien inferieure à celle observée à 130 km/h

ScEmissionsRenaultRoyal289

Fallait il vraiment tester à grand frais une centaine de voiture sur l'anneau de vitesse de Monthléry pour s'apercevoir de ce que tout le monde , et les gens de l'Utac en particulier, savait? J'en doute. Par contre rien n'empéchait le legislateur, c'est à dire Mme Royal ou ses nombreux prédécesseurs, de changer de cycle d'essai sur chassis à rouleau pour le rendre plus sévère et plus proche de la réalité sur route.Ou d'essayer des voitures ayant 20 000 km au compteur.

Ca n'a pas empéché la technique d'évoluer et les émissions de CO2 et NOx dans des conditions d'essai comparable de diminuer de manière considérable, 6 fois moins en 15 ans quand même.

Reste a discuter de l'utilisation médiatique des résultats de cette vaste campagne d'essai.Renault vend il des voitures qui ne respectent pas les normes européennes? Non bien sur. A  t il triché pour passer les tests d'homologation comme l'a fait Volkswagen? Non plus.

Pourtant dans l'esprit des français, grace aux perquisitions commandées par la DGCC, grace à la suspicion de trichérie avérée que de telles méthodes policières reflétaient, et grace à la fréquence exagérée avec laquelle la Ministre est venu quasiment tous les jours répéter que les Renault émettaient 5 ou 8 fois plus de polluants que les limites européennes, la réputation de Renault  a été entachée et l'image de ses produits ramenés au niveau de celle des modèles de Volkswagen. Respecter les normes officielles a été considérée au même niveau d'infamie que la tricherie de Volkswagen  et la valeur de l'action Renault dont l'Etat français possède 19,7 pct du capital est passée de 92 à 76 euros. C'est le bon moment, pour les japonais de Nissan, de racheter des actions Renault et d'inverser en leur faveur le leadership du groupe ! Madame Royal ne pouvait elle y penser... avant?

Passons sur l'attitude, toute aussi irréfléchie de la CGT qui a cru astucieux d'informer le monde des perquisitions effectuées par la DGCC au Centre de recherche Renault de Lardy. Si d'aventure les ventes des Captur, modèle à succès de Renault, venaient à s'écrouler, ira t elle se feliciter auprès des intérimaires renvoyés, de leur brillante action? C'est ce que l'on appelle se tirer une balle dans le pied.

Désolant...