Quand on voit l'extraordinaire succès de l'extraction des gaz de schiste aux  Etats Unis qui va permettre à ce pays de s'abstaire de plus en plus de l'importation de brut et de produits pétroliers du moyen orient et de redevenir exportateur de gaz, on peut à juste titre se demander si nous ne sommes pas allés un peu vite en interdisant l'exploration de gisements de gaz de schistes par la méthode de la fracturation hydraulique comme nous l'avons fait en votant la loi de 23 juillet 2011. 

La loi ci dessus a eu pour résultat d'annuler de facto les permis d'exploration accordés aux compagnies françaises et américaines qui les avaient déposés et de réorienter les recherches de ces compagnies vers d'autres pays comme la Pologne, les Etats Unis ou la Chine.Ceci dit, la loi du 13 juillet 2011 prévoyait la création d'une commission nationale d'orientation,de suivi et d'évaluation des techniques d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux. 8 mois plus tard nous étions comme Soeur Anne en ne voyant toujours rien venir.

Surprise, cette commission vient d'être crée par le nouveau Ministre de l'écologie en remplacement de Nathalie Kosciusko Morizet, le Premier Ministre lui même, François Fillon, En même temps qu'il mettait en place la dite commission, il publiait également le rapport d'étude définitif de la mission d'évaluation interministérielle sur les gazs de shistes.Celle çi, constituée de hauts fonctionnaires des conseils généraux de l'industrie et de l'environnement, vient dans ce rapport rappeller que les dites techniques de fracturation hydraulique avec des additifs chimiques sont utilisées depuis des années aux Etats Unis mais aussi en France ! L'américain Vermilion a ainsi foré 17 puits dans la Brie avant l'interdiction de la technique sans que les populations de la Brie ne s'en émeuvent ni ne fassent mention d'inconvénients lourds.

Bien sur nous sommes en période électorale et toute décision sur l'autorisation d'expérimentations scientifiques serait prématurée. mais la voie est désormais ouverte néanmoins à un evaluation scientifique sérieuse de ces techniques. Alors que notre pays est fort pauvre en énergies primaires, il paraitrait ahurissant d'écarter d'un revers de main et sans la moindre évaluation, une technique qui a permis aux Etats Unis de redevenir exportateur net de gaz!

Mentionnons à cette occasion que nous disposons depuis plus de 50 ans d'un Institut Français du Pétrole, financé par une taxe sur le litre de super ou de gazole, devenu plus récemment IFP Energies nouvelles, dont on ne peut pas dire qu'il a révolutionné l'extraction du pétrole depuis sa création et dont j'ai entendu le directeur, lors d'une journée consacrée à présenter l'état de l'art de cette industrie il y a deux ans, quasiment avouer ne pas avoir d'idée précise de l'importance des gazs de schistes sur le territoire français. L'estimation parue récemment dans la presse et évaluant nos réserves en gaz de schistes à 90 ans de consommation était d'ailleurs d'origine américaine ! Alors vous pensez, sur la technique de forage et de fracturation, comme nous étions très loin d'un avis autorisé sur la question!

A suivre donc.