Je suis régulièrement les actes et le positionnement de la Turquie et de son Premier Ministre, Reccep Tayyip Erdogan, dans leurs rapports à l'Union Européenne,- qui veut bien d'eux dans l'Union-, à la France et à notre Président,- qui n'en veulent pas- et à l'Union Pour la Mediterrannée. Le postulat de base de la Turquie et de ses dirigeants était depuis longtemps qu'elle souhaitait entrer dans l'Union Européenne, jusquà ce que Giscard d'Estaing signale au monde qu'il y avait des limites physiques à l'Europe comme continent, qu'elles s'arrétaient  au Bosphore et que la Turquie, dont la majorité du territoire est au delà, c'est à dire sur le continent asiatique, n'y appartenait pas.

Repris par Nicolas Sarkozy, cet argumentaire, rajouté à la promesse de Chirac de nous demander notre avis sur l'adhésion de la Turquie par référendum, rend problématique l'adhésion turque à l'Union Européenne, même si les négociations se poursuivent, chapitre après chapitre, avec la Commission Européenne.

La proposition de Nicolas Sarkozy, dès le début de son mandat présidentiel, de créer une Union Pour la Méditerrannée,UPM, avait paru presque incongrue aux autres membres de l'Union et en particulier à l'Allemagne. Elle m'avait paru à moi, même s'il y a des intérêts communs à tous les peuples qui bornent notre mer commune,comme un lot de consolation éventuel pour la Turquie que nous repoussions. Car, avant la république turque d'Ataturk démocratique,laïque et non arabe, il existait l'Empire Ottoman qui s'étendait du Bosphore au fin fond de l'Afrique du Nord.C'est cet empire qui s'écroula à l'occasion de la première guerre mondiale et de l'émergence d'Ataturk

Or je constate que la Turquie et son Premier Ministre, semble porter de plus en plus d'intérêt à ses voisins immédiats d'abord, Irak, Iran, Syrie, voire à l'Etat d'Israël pour en limiter les débordements, et désormais aux pays du printemps arabe; Egypte, Lybie et Tunisie.Il est d'ailleurs en train de visiter ces pays en passant par la bande de Gaza.

La position très ferme adoptée avec Israël à l'occasion de l'incident du bateau parti de Turquie pour approvisionner la bande de Gaza et arraisonné par la marine Israëlienne, ainsi que la décision de faire désormais accompagner les bateaux turcs acheminant de l'aide humanitaire à Gaza par des bateaux de guerre turcs, et l'expulsion de l'ambassadeur d'Israël à Ankara, lui ont donné une grande popularité dans les nouvelles "démocraties arabes émergentes".Il a également reconnu le Conseil National de Transition Lybien comme représentant légitime du peuple lybien et sommé son voisin syrien par l'intermédiaire de son Ministre des Affaires étrangères " d'interrompre immédiatement et sans condition sa répression contre les civils".

A l'occasion de sa visite en Egypte est annoncé un discours à l'Université du Caire sur " La vision turque du Moyen Orient". De plus la,Turquie a les moyens financiers et humains d'aider toutes ces démocraties récentes à repartir sur de bonnes bases avec la coopération économique du frère turc.

Elément intéressant pour nous occidentaux, Reccep Tayyip Erdogan essaye de promouvoir les valeurs de la république turque actuelle, la démocratie, l'islam et la laïcité.Un petit couac néanmoins, l'appartenance de la Turquie à l'Otan et son accord récent pour le déploiement sur le sol turc d'une partie de son bouclier antimissile qui a provoqué  la réaction de l'Iran sur les contradictions de la diplomatie turque qui va obliger l'Iran a être vigilant. Signalons que le peuple iranien comme le peuple turc n'est pas arabe  et à ce titre un peu en compétition avec la Turquie pour un certain leadership sur les pays arabes de la zone.

Dernier point, Ankara n'a pas grande chose à gagner économiquement à entrer dans l'Union Européenne car elle dispose déjà d'un traité avec cette Union qui lui donne accès à l'Euro et la suppression des droits de douanes. C'est plutôt l'Union Européenne qui y voit un intérêt en forcant la Turquie à mettre en place une gouvernance( Lutte contre la corruption, liberté religieuse,liberté de la presse,laïcité,droit europén etc)  semblable à la notre.

Je crains donc que l'idée de Nicolas Sarkozy de promouvoir une Union Pour La Méditerrannée n'ait été trop bien compris par nos amis turcs pour que finalement il réorientent leur stratégie vers une forme de renaissance de l'Empire Ottoman.Ceci dit, dans la mesure où ce serait un empire démocratique, laïque,multiethnique et susceptible de se développer en bonne entente avec l'Union Européenne du Nord de la Méditerrannée, pourquoi pas?

NB: Chypre qui est dans l'Union Européenne et dont une moitié a été envahi en 1974 par l'armée turque, doit présider l'Union Européenne à partir de juillet 2012. Reccep Tayyip Erdogan a déjà annoncé un gel des relations de la Turquie avec l'union Européenne si les négociations turquo chypriotes n'ont pas abouti d'içi là...