J'avais été surpris d'apprendre en juillet que le gouvernement et son ministre de l'Energie, Eric Besson, avait l'intention de lancer des études pour étudier l'impact et la faisabilité de la réduction de l'énergie nucléaire dans notre production d'électricité.Nous sommes en effet les champions du monde de la part de nucléaire dans notre production avec 75 pct d'électricité d'origine nucléaire. Etait ce l'accident de Fukushima, la sortie du nucléaire allemande, la hausse de la demande dans les années à venir à adresser ou de l'opportunisme politique qui avait provoqué cette décision surprenante, peu importe. A mon sens c'était une bonne idée de s'en préoccuper.

Voila donc la commission constituée. Elle s'appelera Energie 2050 et sera coprésidée par J Percebois,directeur du Centre de Recherche en Economie et Droit de l'Energie de Montpellier et Claude Mandil ex directeur de l'Agence Internationale de l'Energie. Elle comportera un douzaine d'experts choisis par le Ministre dont JC Jancovici, expert connu et membre de l'équipe de Nicolas Hulot lors de la précédente campagne présidentielle.Elle vient d'être installée par le Ministre  la semaine dernière.Canalblog 0001 001

Plusieurs scenarii seront étudiés, celui, de base, qui vise à doubler la part actuelle des énergies renouvelables dans notre parc de production et donc mecaniquement de diminuer d'autant celle du nucléaire à 65 pct environ.

Celui de réduction de la part du nucléaire d'içi 2050 à 50pct et celui de la sortie totale toujours au même horizon.

L'équipe prévue travailler sur ces simulations doit en étudier les conséquences du point de vue de leur faisabilité par rapport à l'évolution de la demande, de ses conséquences sur le prix de l'électricité , sur les émissions de CO2 et sur notre indépendance énergétique qui est un des points forts du nucléaire.

Rendu des copies pour fin décembre sans doute juste à temps pour les débats sur le sujet qui ne manqueront pas d'égayer la campagne présidentielle

Coté opposition, même préoccupation et mise en place d'un groupe de travail en commun avec les Verts avec la participation également de différents experts internationaux. Nul doute que les conclusions des deux équipes ne seront pas necessairement les mêmes tellement les idéologies ont tendance à dicter (d'avance?) les conclusions dans ce domaine.

Au moins verront nous émerger des élements d'information bien documentés et chiffrés ppru nous faitre notre propre idée. Bon courage en tous cas à tous les participants et à fin décembre pour les premières conclusions