Catastrophe de Fukushima oblige, on vous parle beaucoup, ces temps çi  dans nos médias de radioactivité,on vous montre parfois tel ou tel appareil de mesure spectaculaire (le compteur Geiger en particulier) sans vous expliquer ce qu'il mesure et dans quelle unité. Bref on vous dit parfois tout et n'importe quoi. Un site internet, l'Internaute, s'est donné la peine de publier les données des mesures de radioactivité dans différents lieux de notre territoire fournies désormais par l'IRSN, Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire et d'en expliquer la signification. Je me suis permis de reprendre ces informations qui m'avaient parues intéressantes et d'y rajouter quelques commentaires et explications supplémentaires que je suis allé chercher pour vous sur le Net.

Grandeur mesurée
Système international (SI)
Définition (SI)
Dose absorbée
GRAY (Gy)
1 Gy :énergie déposée d'un joule par kilogramme de matière
Dose équivalente et dose efficace
SIEVERT (Sv)
Sv : Gy multiplié par un facteur de pondération propre à chaque rayonnement et organe  



Les facteurs de pondération des rayonnements

photons (gamma, X)
1
électrons (beta)
1
neutrons
5 à 20
protons
5
Particules alpha, ions lourd
20



Les facteurs de pondération des organes et des tissus

Gonades
0,20
Moelle osseuse, côton, poumon, estomac
 0,12
Vessie, sein, foie, oesophage, thyroïde
0,05
Peau, surfaces osseuses
0,01
Autres
0,05

L'IRSN mesure donc régulièrement en divers points de France la dose d'énergie radioactive présentes dans l'air dans l'unité de mesure internationale qui la mesure et qui s'appelle le Sievert, du nom d'un physicien suédois qui a travaillé sur ce sujet. Il s'agit d'une quantité (dose) d'énergie provenant des radiations reçues par unité de masse d'un corps absorbant, multiplié par un facteur de pondération suivant les types de rayonnement reçus Q, et encore multiplié par un autre facteur de ponderation qui prend en compte la sensibilité des receveurs et de leurs tissus P.

Ca commence fort me direz vous. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? La dose d'énergie absorbée par unité de masse du corps absorbant qui est celle qui est physiquement mesurée, est également utilisée telle quelle sous le nom de Gray, symbole Gy. Pourquoi la multiplie  t on par des coefficients correcteurs? Pour tenir compte du fait que tous les rayons ionisants qui constituent la radiation absorbée ne sont pas semblables entre eux  et n'ont pas la même dangérosité. Il y en a de plusieurs sortes, les rayons X,les photons, les rayons gamma, les plus pénétrants mais pas les plus destructeurs, les neutrons, protons et les particules lourdes. Le coefficient Q est donc un facteur correctif qui reflète le mix des radiations reçues. Ensuite l'effet des radiations varie suivant les espèces qui les recoivent( les insectes, par exemple, sont inifiment plus résistants que les mammifères) et chez ces espèces varie suivant l'organe ou les tissus touchés. Le coefficient P reflète l'hetérogéneité  et la réactivité des tissus absorbeurs à l'impact de la radiation incidente.

Le nombre de Gray mesure la dose létale lors d'une exposition brutale.A partir de 8Gy, c'est la mort qui vous guette.Les effets d'expositions brutales sont appelés des effets déterministes  Le nombre de Sievert lui mesure le danger lors d'un exposition à des doses de radiation faibles dans la durée mais pas le danger résultant d'une exposition brutale.Les effets d'expositions de longue durée à des radiations faibles sont appellés effets stochastiques

La méthodologie employée par l'IRSN a consisté à mesurer dans un certain nombre d'endroits de France dans la p^ériode du 1er au 15 mars la radioactivité toutes les heures, d"en faire la moyenne en nanosievert /heure et d'extrapoler à l'année entière ce qui donne des millisieverts/an. On trouve ainsi que le pic de radioactivité sur notre territoire est de l'ordre de 2,260 millisievert/an et qu'on le trouve...en haut de l'Aiguille du Midi à Chamonix. En plaine et en dehors d'élements émetteur de radiations (Ancienne mine d'uranium, proximité d'une centrale etc) on trouve un niveau de radioactivité de l'ordre de 1,399 à 1,600 millisievert/an.

Il existe dans l'air un bruit de fond de radioactivité naturelle et permanente qui provient du rayonnement cosmique,du rayonnement terrestre et des émissions d'un gaz radioactif, le Radon, que les roches et le granit en particulier relarguent à l'air libre sans dangérosité.Il existe ensuite une radioactivité liée à l'activité humaine et qui provient de matériels médicaux (Scanner, Rayons X etc) ou de matériaux à usage industriels. Au total, cette radioactivité représente 3.5 millisieverts par an dont 2.5 pour la radioactivité naturelle et 1.0 pour celle d'origine humaine. 

A suivre...