C'est la réflexion qui me vient après avoir rédigé mon dernier article sur l'enseignement de l'économie, car nos journalistes me semblent être une bonne illustration de l'ignorance de l'économie des Francais. J'aurais même pu ajouter nos hommes politiques car eux aussi me semblent dans le même cas. A moins qu'ils ne la comprennent parfaitement au contraire mais qu'ils préférent "faire la bête" dans leur communication publique pour les raisons électoralistes que l'on devine.

Prenons un exemple, l'affaire Heuliez.Politiques et médias nous ont affirmé que c'était un des fleurons de l'industrie française, une société émergente dans le monde de la voiture électrique, cette panaçée des médias modernes. Alors que Heuliez n'etait jamais qu'un carrossier de taille moyenne qui travaillait en sous traitance pour l'industrie automobile française pour produire pour leur compte les véhicules de niches (coupés, cabriolets, series spéciales etc) à faible ventes et avenir limité pour lesquels ces derniers trouvaient un intérêt à les faire fabriquer à l'extérieur de leur propres usines. Parmi ceux ci les quelques centaines de Peugeot 106 électriques que Peugeot réussit à vendre à des clients obligés(Poste, administrations etc) dans les années 95. Et nos médias en font immédiatement un champion de la voiture électrique? Ce n'est pas sérieux.

Il ne suffit pas de mettre quelques batteries dans une caisse en plastique, aussi jolie soit elle, pour croire que sans aucune expérience commerciale ni réseau(!) on va devenir du jour au lendemain le champion français de la voiture électrique.Que nos hommes politiques aient fait semblant de le croire et essayé de le faire croire à leurs électeurs, je n'en suis pas surpris, même si moralement ce n'est pas brillant. Que nos journalistes aient relayés comme un seul homme un telle absurdité est plus étonnant.

Toujours dans cette affaire, que l'on ait pu nous présenter la Macif, société d'assurance mutualiste sans aucune expérience industrielle et dont on peut penser que les adhérents et clients se seraient inquiétés immédiatement de cette diversifaction hasardeuse avec leur argent, ait été présenté sans hésitation comme un repreneur potentiel est tout aussi confondant. Son seul avantage etait d'être du Poitou Charente et d'une mouvance, le mutualisme, sensible aux arguments éventuels de Madame Royal. De là à gober et reprendre la nouvelle, Ce n'est pas sérieux ou bien c'est de la manipulation politicienne.

Autre exemple du même tonneau, l'affaire de la raffinerie de Dunkerque et du groupe Total. Tous les ans à la même époque, nos journalistes font semblant de ne pas comprendre que dans un groupe multinational les bénéfices annoncés par la maison mère ne sont pas fait nécessairement en France et qu'ils n'appartiennnent pas...aux salariés français. Non plus que de vouloir bien comprendre qu'il peut y avoir dans un groupe, des branches bénéficiaires à l'extérieur de France( en l'occurence la production de pétrole brut) et déficitaire en France( hélas le raffinage et la distribution)

De même je ne les ai jamais vu alerter que le rachat imposé par l'Europe des quotas de CO2 et encore plus l'institution  en France de la taxe carbone allait tuer à terme cette industrie sur le sol national au profit d'importations parfois lointaines qui ne seront pas, elles, pénalisées de cette manière dans leurs prix de revient.

Enfin on ne peut pas applaudir tous les jours aux attaques constantes contre l'utilisation de la voiture pour s'étonner que des industries qui leur sont trés liées, équipementiers comme Heuliez ou raffinage, soient soumis à restructuration. L'écologie a un cout économique et donc social que l'on peut juger indispensable à assumer, c'est d'accord, mais il ne faut pas ensuite faire les hypocrites en pleurant sur le sort de ceux qui en sont les victimes.

Alors un petit cours de rattrapage économique ne leur ferait pas de mal...