• Le photovoltaïque n'est plus ce qu'il était si on en juge par les résultats de Q-Cells, le fabricant de panneaux solaires allemands pour l'année 2009. Son chiffre d'affaire s'est effondré de 35pct à 801 millions d'euros du fait de la baisse considérable des prix des cellules solaires.La faute à la baisse de la demande cette année mais surtout aux surcapacités de productions liées à l'arrivée en masse des productions chinoises à bas coût.La faute aussi au quasi monopole chinois de la fabrication de silicium cristallin qui a eu pour conséquence le laminage des marges des constructeurs européens.Résultat pour Q-Cells, une perte de 411 millions d'euros sur le seul quatrième trimestre,500 emplois nsupprimes sur 2600 et la délocalisation en Malaisie d'une partie de la production. Ca devrait aller mieux l'année prochaine avec les mesures prises. Espérons le pour Q-Cells et pour toute l'industrie européenne du panneau photovoltaïque.
  • 2009 s'est traduit par une baisse  très forte de la production industrielle en France qui s'est littéralement écroulée avec 11.9pct de baisse en 2009 après déjà 2.4pct de baisse en 2008. La faute à la crise bien sur et ce malgré les mesures de relance mise en place par les pouvoirs publics.L'inconvenient, c'est que derrière des chiffres moyens se cahnet des disparités considérables et ...des cadavres dans certains domaines. Lesquels ne se reveilleront pas quand la printemps sera venu.Les français, eux, ont bien compris que le reprise est incertaine et d'une ampleur plus modérée que l'on veut bien le leur dire
  • Signe positif néanmoins, l'annonce par ArcelorMittal qu'il se préparerait à rallumer quelques hauts-fourneaux en Europe pour répondre à une demande accru d'acier dans le monde au dernier trimestre 2009. La demande d'acier etant un très bon indicateur de l'activité industrielle, voila une bonne nouvelle pour l'économie mondiale. Par contre le fait qu'un groupe comme Arcelor Mittal annonce le rédémarrage de ses hauts fourneaux en Europe ne veut pas dire que c'est en Europe qu'en cette reprise se fait jour mais simplement que c'est là que sont implantés les hauts-fourneaux d'ArcelorMittal . C'est la zone de l'Asie du sud est qui désormais mène le monde économique et industriel.
    Le taux d'utilisation des capacités de fabrication d'acier va ainsi passer de 50pct seulement au plus fort de la crise à 75 pct prévu pour 2010.Avantage pour ArcelorMittal, sa politique, unique dans la profession, de maitrise d'une partie de ses besoins en minerai (50pct de ceux en minerai de fer et 15 de ceux de charbon) le met en position bien meilleure pour repondre à cette demande tout en protégeant ses marges.
  • L'orthographe est devenue sinistrée en France comme l'attestent les observations de tous les cabinets de recrutements. La faute sans doute à l'Education Nationale, à ses programmes, à ses méthodes et à son absence de réaction vis à vis de cet échec patent sur une bonne cinquantaine d'année tout de  même.On semble s'en accommoder comme d'un phénomène naturel auquel on ne peut rien et surtout pour lequel, en dépit de déclarations régulières sur le sujet de tel ou tel Ministre de passage, il ne se passe toujours rien.
    A l'autre bout de la chaine, pour les employeurs, il faut bien s'en préoccuper car embaucher un commercial qui ne sait pas faire une lettre d'offre à un client sans y faire trois fautes par ligne ou un ingénieur que ne sait pas faire un rapport technique à moins de cinquante fautes la page( Non, non,je n'exagère pas, malheureusement, c'est le cas de beaucoup de futurs diplomés que je cotoie) c'est quand même un handicap sérieux. L'ennuyeux, c'est de trouver comment vérifier ces aptitudes othographiques.On ne peut pas quand même soumettre tout futur candidat à l'embauche à une dictée!
    La solution c'est un test développé par une société lyonnaise , appellée Woonoz, qui a développé un test scientifique avec une équipe d'expert. Il est basé sur 300 phrases d'un questionnaire à choix mulitples qui vont en difficulté croissante.Il commence par phrase qui intègrent des accords faciles et des règles élementaires avant de passer à des accords plus complexes (couleurs, chiffres) des homonymies etc.Au total l'épreuve comporte 65pct de règles grammaticales,15pct de regles sémantiques,15pct de règles de syntaxes et 5pct de règles de syntaxes.
    Ce test se termine par une note entre 0 et 1000 ,un peu comme le Toefl ou le Toeic.En dessous de 300, on est au niveau des 50 fautes par page. A 500 on a un niveau correct sans plus. Et pour un ingénieur ou un diplomé en gestion/management il faudrait un minimum de 700.
    Maintenant qu'on a un outil de mesure, ca va devenir dur de ne pas faire quelque chose pour améliorer la situation, n'est ce pas, Messieurs de l'Education nationale? C'est sans doute pour ca qu'en France on n'aime pas les instruments de mesure....