L'opinion publique a de la peine à croire à l'épuisement progressif des ressources pétrolières. Elle a vaguement etendu parlé du Peak Oil mais n'en continue pas moins à acheter des 4X4 ou des berlines de plus en plus grosses et en nombre de plus en plus important. Même les constructeurs français se lancent sur ce creneau ! Pourquoi s'en péoccupérait elle d'ailleurs puisqu'il y a toujours de l'essence à la pompe et que la production mondiale continue à croitre?

C'est pourquoi il n'est pas inutile de rappeller à nos concitoyens,Canalblog183 lorsque des élements concrets sont disponibles,que içi et là des gisements se vident progressivement  de leurs contenus . Voiçi par exemple, l'évolution de la production des gisements pétroliers de Mer du Nord, considérés comme un des fleurons de l'Europe lors de leur découverte;

C'est l'AEI, Agence Internationale de l'Energie, qui s'alarme de cette décroissance alors même que les investissements continuent à croitre dans cette zone. Normalement ils sont prévus servir à accroitre la production, force est de constater qu'ils ne suffisent même pas à la maintenir en l'état.

La faute au vieillissement des installations qui génèrent de plus en plus de problèmes techniques long et couteux à réparer, à l'intensité de la circulation matritime dans la zone qui génère des accidents mais surtout à l'épuisement des gisements. Au point que l'AEI a du réviser ses méthodes de calcul des prévisions de production pour tenir compe de cette maturité. C'est ainsi que la production dans la zone est prévu descendre désormais à 3 millions de Barils/jours dès 2012, la moitié du pic de production de 6.1 millions de Barils/jours atteint en 1999.

Le Brent risque de ne plus être très longtemps la référence de brut pour la fixation des prix du baril dans la zone Nord Est Europe...