Je vous parle souvent dans ce blog de la Chine et de ses activités industrielles en progression constante. J'ai eu l'occasion de vous parler un peu moins de l'autre pays émergent important, l'Inde.

L'actualité récente montre une intense activité en provenance de ce pays et de ses familles puisque le capitalisme la bas est essentiellement d'ordre familial. En début d'année 2006, vous avez assisté en direct à la prise de controle tout à fait inattendue de notre champion européen de l'acier, Arcelor par l'Indien Mittal pour en faire le premier sidérurgiste mondial.

Dans la foulée, c'est l'autre sidérurgiste Indien, Tata Steel, qui, après une longue bataille avec son concurrent brésilien, le producteur de minérais de fer CRVD, vient de prendre à la fois l'avantage sur son concurrent brésilien et la maitrise du sidérurgiste batavo-britannique, Corus pour pas moins de 10.1 milliards d'euros.

Aujourd'hui c'est au tour d'une des sociétés de la famille indienne Birda, Hindalco, qui vient de racheter les anciennes usines de laminage d'aluminium issues d'Alcan et de Pechiney, activité dont Alcan voulait se retirer et qui avait été regroupé sous l'enseigne Novelis. Hindalco est une société intégrée, de l'alumine à l'aluminium transformé, leader sur le petit marché indien qui va se trouver propulsée à la tête des producteurs mondiaux de produits transformés en aluminium .

Autre exemple. Vous avez appris qu'Areva voulait se diversifier dans un autre secteur de production électrique non emittrice de CO2 que le seul nucléaire en rachetant le fabricant allemand d'éoliennes, REpower. De qui croyez vous que la contre attaque est venu? De l'Indien Suzlon Energy, cinquième producteur mondial, émanation du groupe familial Tanti, fortement implanté au Danemark et qui a l'ambition de rentrer à cette occasion dans le cercle des trois premiers fabricants mondiaux avec Vestas le Danois et Gamesa, l'espagnol. La bataille est loin d'être gagnée pour Areva.

Je passe sur les positions Indiennes dans le domaine des développements de logiciels informatiques, des centres d'appel ou encore des médicaments génériques...

Tout ceci se traduit par une croissance annuelle globale qui pour ne pas être au même niveau que celle de la Chine, n'en est pas très loin avec le chiffre prévisionnel qui vient d'être annoncé pour 2006/07 de 9.2pct. Après 8.5 en 2005/06, 6.9 en 2004/05 et 8.5 en 2003/04. Pas loin de 40pct sur quatre ans !!! Au point que l'économie indienne devrait l'année prochaine dépasser celle de la Corée du Sud pour devenir le troisième des tigres asiatiques derrière Japon et Chine.

Quelques inconvénients ou difficultés dans ce parcours. Tout d'abord une inflation forte de l'ordre de 6pct qui provient d'un "turnover" important accompagné de hausse de salaires et d'une certaine pénurie pour les ingénieurs, une bureaucratie extrèmement tatillonne qui freine la dynamique du pays  et surtout une demande d'énergie primaire en hausse forte qui s'appuie sur le charbon largement disponible dans le pays mais polluant...

A suivre... avec attention.