J'ai eu l'occasion de vous alerter sur la hausse continue des matières premières dans un message du 11 avril pour cause d'accroissement continue de la demande alimentée par le developpement rapide des pays émergents.

L'année dernière avait été une année particulièrement difficile pour l'acier et pour le minerai de fer qui permet de le produire, parce que les contrats pluriannuels d'approvisionnement d'acier de l'industrie automobile arrivaient à terme. Le résultat des courses, c'est à dire les nouveaux prix du minérai de fer après renégociation, avaient été parlant. 71.5pct d'augmentation pour tous les acheteurs  et à partir de tous les fournisseurs mondiaux, CRVD, BHP Billiton et RioTinto. Certains ont tentés de résister, en particulier le constructeur automobile Nissan mais sans succés.

Incidemment, les ententes sur les prix dans les pays occidentaux sont vigoureusement combattues car elles faussent la concurrence. Dans le cas de taux unifome d'augmentation du minerai de fer qui, à mon sens présuppose une entente entre fournisseurs, vous n'avez pas entendu de plaintes, ni des autorités de la concurrence ni de l'OMC. Curieux non? L'Opep est un autre exemple d'entente entre producteurs parfaitement reconnue.

Revenons à notre sujet. Nous aurions pu penser qu'après 71.5pct de hausse l'année dernière les choses allaient se tasser pour cette année.Eh bien, non. La bataille est lancée par le principal fournisseur mondial de minérai de Fer, le brésilien CRVD sur la base d'une hausse demandée de 24 pct supplémentaires. Les plus réticents sont les chinois de Baosteel qui ne veulent pas entendre parler de plus de10pct de hausse. Mais l'Allemand Thyssen Krupp vient de signer avec CRVD pour 19pct de hausse qui va servir de mercuriales pour tous les autres contrats .Et les producteurs d'acier japonais viennent d'accepter la même hausse.

Le résultat de ces hausses à répétition est facile a comprendre. Pression à la hausse sur les prix des voiture et de tous les materiels consommateurs d'acier mais comme le marché est plutôt excédentaire, l'autre variable d'ajustement sera une fois de plus les couts et donc les effectifs et les salaires. Lesquels salariés pourront moins  facilement remplacer leur voiture ou leru machine à laver... etc... etc. C'est ce qu'on appelle la spirale à la baisse.

L'autre effet est que ce sont les pays producteurs , de matières premières ou de produits pétroliers, qui bénéficient de ces trains de hausse pour se developper et pour certains d'entre eux sortir du sous développement.Vous avez peut être remarqué que la Russie, l'Algérie et je pense d'autres pays producteurs ont remboursés par anticipation leurs dettes auprès du Club de Paris qui regroupe les organismes prêteurs. En même temps, ils annoncent des projets d'aménagement et de construction d'infrastructures très ambitieux.

Des pays en voie de developpement riches en ressources naturelles en plein boom économique et des pays industrialisés mais pauvre en ressources naturelles qui peinent à maintenir leur train de vie et leurs emplois. Voila un retour de balancier autrement plus efficace pour l'économie des pays en voie de développement que la taxe sur les transports aériens de notre Président.