Peut être bien, peut être pas? Et portant vous payez régulièrement cette dette sociale, sous le nom de CRDS, Contribution pour le Remboursement de la Dette sociale et de la CSG, Contribution Sociale Généralisée, à partir desquelles on essaye, depuis bientot 20 ans, de la rembourser.sans y parvenir.

C'est une création du temps du premier ministériat d'Alain Juppé qui la créa pour trouver une solution à la maitrise de notre dette sociale sans accroitre le déficit du budget! Elle était prévue terminer sa mission c'est à dire le remboursement global de la dette, en 2025, date à laquelle elle devait disparaitre. A sa naissance, il lui fut transferé de l'ordre de 35 milliards d'euros de dette.Elle donna lieu à de très importantes manifestations contre Juppé durant tout l'automne 1995 

ScCADES294

Que croyez vous qu'il arriva? Quasi immédiatement après sa naissance,on commença à lui transférer régulièrement de nouvelles dettes. En septembre 1997 déjà, c'est Lionel Jospin qui  lui refilait 13 milliards d'euros supplémentaires et prorogea son existence jusqu'en 2014. Puis ce fut Douste Blazy qui lui transfèra 50 milliards de dettes de plus, y compris des déficits prévisionnels pour les deux années suivantes, ce qui révèle les curieuses méthodes de notre population politiques pour gérer notre argent ! Il remplaça même la date butoir de 2014 par la date d'extinction de la dette 

Et ça a continué comme ça depuis.Il y eut bien, en 2005, la Loi de Financement de la Sécurité Sociale, qui essaya d'interdire de prolonger cette dette sociale en obligeant de prévoir les nouvelles recettes de la Cades pour rembourser la charge nouvelle. mais personne ne la respectât.Et c'est ainsi qu'en 2009, on refila 27 milliards d'euros de dettes à la Cades puis Fillon y transféra 87 milliards d'euros de déficit prévisionnel pour 2009/2011 assorti d'une prolongation de sa durée de vie de quatre ans de plus jusqu'en 2025 !

Au total, on a ainsi transféré sur 20 ans 226,9 milliards euros de dettes de la Sécurité sociale à cette pauvre Cades.

Et coté remboursement me direz vous? Et bien son gestionniaire nous dit qu'il a réussit à amortir,- curieux vocable non ?-, 110 milliard de dettes. Pour arriver à tout "amortir", notre gouvernement lui a octroyé en décembre une plus grande surface financière pour pouvoir faire des levées de fonds sur le marché international plus importantes et  lui permettre de racheter ces dettes restantes à la Banque des organismes de Sécurité Sociale, l'Acoss.

Moyennant quoi, on peut espérer que, en 2024, les prélèvements de la CRDS et d'une partie de la CSG disparaissent enfin !