ScBABV225

Connaissez vous les BABV? Probablement non. Il s'agit d'une nouvelle sorte de boisson dont vous avez peut être remarquée qu'elle avait envahi les rayons de vins de votre supermarché, à leur détriment d'ailleurs.

BABV veut dire Boisson Aromatisée à Base de Vin et selon une habitude bien française ont déjà été classifiés en plusieurs catégories.Les vins aromatisés tout court qui appartiennent au rayon des apéritifs et doivent afficher un titre alcoolique entre 7 et 14,5 degré d'alcool et doivent contenir 75 pct minimum de vin. 
Les vrais BABV, elles, ne doivent pas dépasser les 7 degrés d'alcool et doivent comporter 50 pct de vin minimum. Ce sont ces boissons là qui, à leur lancement en 2010 dans la grande distribution ont connu une croissance fulgurante, de 65 pct par rapport à l'année précédente où elles n'existaient pratiquement pas.
Deux chiffres plus parlant, 25 millions de litres écoulés et 90 millions d'euros de chiffre d'affaire

On y trouve une grande variété de saveurs, chaque marque y allant de sa dernière nouveauté ou testant le marché pour tel ou tel arome. Les plus appréciés, les saveurs 'rosé pamplemousse', 'blanc pêche' et 'blanc citron', ou encore 'rosé griottes cerises'. Les mélanges aromatisés à base de vin rouge sont moins fréquent, la clientèle étant plutôt jeune et féminine et donc moins encline à une base de vin rouge.

Les acteurs majeurs sont la société Montcigale, producteur connu de vins rosés,et filiale de Marie Brizard Fruits and Wine, précédemment Belvédère, qui détient 30 pct de ce marché. Le groupe bordelais Castel avec sa gamme VerY qui en détient 22 pct , le producteur de rosé Listel qui a lancé une gamme de rosé "leger" à 9 degré, dit Pink en plusieurs versions aromatisées, la Compagnie Vinicole de Bourgogne et les marques de distributeurs, très présentes sur ce marché émergent et qui font fabriquer à leur marque et saveurs.

Pour l'instant ça marche et ça progresse. On arrrive pourtant, -déjà-, à une stabilisation du marché en hausse de 10 pct en 2015 après une année 2014 en forte hausse, un certain nombre de saveurs qui se détachent, le rosé pamplemousse en particulier et quelques flops de çi de là pour telle ou telle saveur qui n'a pas pris. Les producteurs y croient et la grande distribution aussi qui observe aussi cette tendance à l'introduction de saveurs dans la bière et dans le cidre.

A suivre donc.