Traditionnellement, nous sommes identifiés par nos empreintes digitales dont l'invention revient à Alphonse Bertillon que l'on peut considérer comme le plus grand criminologue français, connu à Londres comme à New York ou, bien sur, à Paris où il officia à la Préfecture de Police de Paris dans la période 1880 à 1914.Elles sont même utilisées maintenant pour permettre d'entrer sur certains smartphones haut de gamme à la place des sempiternels mots de passe dont l'extraordinaire accroissement en nombre, diversité et complexité annonce une fin prochaine. Elles sont une des rares choses universelles en ce monde.

Pourtant des scientifiques cherchent qu'est ce qui pourrait bien remplacer les empreintes digitales tout en offrant une sécurité au moins égale à celle de ces dernières et s'altérant moins avec l'age ou la maladie. Et savez vous ce qu'ils ont trouvé? Le réseau veineux du bout de nos doigts qui, parait il, est également unique à chaque individu, ne s'altère pas avec la vieillesse ou la maladie et est moins imitable ou réplicable que les empreintes digitales.

L'utilisation des empreintes veineuses est en cours d'essai en Pologne dans 2000 distributeurs automatiques qui prétendent vous offrir "du cash au bout de votre doigt". Ils sont également en cours d'essai à la Banque Barclays qui a commandé 30 000 lecteurs de ce type développés par l'électronicien japonais Hitachi.

A suivre donc