• La Pologne avait été identifiée comme une zone à potentiel élevé pour la découverte de gaz de schistes et avait suscité de ce fait des campagnes de forages des différentes compagnies pétrolières adjudicatrices de tel ou tel permis.
    De manière surprenante, ExxonMobil avait annoncé rapidement abandonner ces forages qui s'étaient a priori avérés infructueux alors que Total avait continué à en programmer sur ses propres permis.
    Or ce dernier vient d'annoncer qu'il n'avait pas renouvelé son permis qui venait à expiration fin mars du fait que le champ concerné ne récélait pas un potentiel suffisant. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de gaz de schiste en Pologne mais seulement sur ce permis, à l'Est du pays.
    Quatre pétroliers, ExxonMobil, Talisman, Marathon et Total ont donc quitté pour l'instant la Pologne. Deux autres, Chevron et ConocoPhillips les poursuivent.La Pologne n'est donc pas nécessairement l'Eldorado des gaz de schistes annoncé peut être un peu vite

  • GDF a changé de profil depuis qu'il est devenu GDF Suez en passant de celui d'une société nationale qui se satisfaisait de son monopole de la distribution de gaz en France à celui d'une société gazière intégrée avec ses propres activités d'exploration de gisement et de production. Une activité qui devient de plus en plus essentielle avec la baisse graduelle de production des gisements existants et la croissance de la demande dans le monde.
    Pour ce faire, GDF Suez a constitué avec le chinois CIC, China Investment Corporation,à 30 pct, une filiale spécifique GDF Suez E&P qui emploie 1800 salariés dans le monde et dont les investissements pour 2013 ont porté sur 954 millions d'euros.Rien d'extraordinaire par rapport aux moyens d'une major pétrolière classique mais c'est un bon début et ça permet de développer sa propre expertise.
    Le résultat c'est le développement du champ de Cygnus en mer du nord britannique comme opérateur avec 38,75 pct des parts du projet avec le gazier britannique Centrica( 48,75 pct) et Bayerngas(12,5pct). Un projet à 1,7 Milliards d'Euros pour lequel une plateforme de 1650 tonnes construite à Hartlepool sur la cote est anglaise est en cours d'acheminement sur le site de production en pleine mer  à 200 km de la côte. pour y produire 45 000 Barils équivalent pétrole par jour.Cette mise en production devrait permettre de faire passer la capacité de production de GDF Suez de 52 à 63 millions de barils par an et de compenser et au dela les baisses de production des gisements anciens.
    GDF Suez s'est impliqué également dans de nombreux projets nouveaux, en Norvège, au Royaume Uni sur des gaz de schistes en Algérie sur le champ de Touat (25 millions de Bep/an), en Azerbaidjian, en Indonésie et même en Australie sur le projet Bonaparte. Il est vrai que depuis l'acquisition de International Pétroleum, GDF Suez est devenu le second énergéticien mondial, très présent en Asie et donc avec des besoins en gaz partout dans le monde.Bravo!

  • Nous sommes désormais en France, dans le domaine de l'exploration pétrolière conventionnelle, sous le régime du pouvoir des juges. C'est ce qui est ressorti de l'interdiction faite à la société américaine Hess par le tribunal de commerce de Melun d'effectuer un forage vertical traditionnel sur des permis minier en bonne et due forme.
    Pas pour faute plus ou moins grave, puisque cet opérateur présent depuis 2010 en France disposait de tels permis en toute légalité qui les autorisait à faire un tel forage, mais pour suspicion que cet opérateur pourrait être tenté d'utiliser la fracturation hydraulique.
    La conclusion pour tout investisseur dans ce domaine est que la France fait désormais partie des pays à insécurité juridique dans lequel il vaut mieux ne pas investir.

  • L'exploration en Mer du Nord reprend car, quelles que soient les difficultés pour trouver et développer de nouveaux gisements dans une zone qui a été très explorée, ce n'est rien comparée à l'Arctique ou à la Caspienne. Simplement il faut aller explorer les zones les plus difficiles qui avaient été écartées dans les premiers temps du développement de la Mer du Nord  par exemple dans l'extreme nord et la zone des iles Shetland.
    Des développements qui sont à même de plaire particulièrement aux indépendantistes écossais!
    C'est ainsi que Total a prévu de développer les champs gaziers Laggan et Tormore à l'ouest des Shetland et dans les eaux territoriales écossaises. Il lui en coutera 2,8 milliards d'euros que le groupe assumera à 80 pct puisque son seul partenaire sur ce projet est le danois DONG energy.Le gaz extrait étant chargé en condensats, Il est prévu d'installer une unité de traitement de ces gaz sur une des iles Shetland 
    La zone des Shetland est estimée contenir 17 pct des réserves actuelles d'hydrocarbures du Royaume Uni et devrait permettre d'atteindre une production journalière de l'ordre de 93 000 barils/jours