Un titre à chantonner sur l'air à succès de Desireless Voyages...Voyages, mais à appliqué à notre monde politico-médiatique, toujours égal à lui même.

C'est la Photo, grave bien sur, de notre Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, assorti d'un article dans un journal du matin sur l'affaire de la disparition de cocaîne du 36 quai des Orfevres qui me fait réagir . Si l'on en croit le rédacteur de cet article, Monsieur Cazeneuve demande un audit complet de la Brigade des Stupéfiants sous la responsabilité de laquelle étaient placés la cocaïne provenant d'une saisie réussi de cet organisme.

Ma réaction est: A qui Monsieur le Ministre peut il bien demander un audit du fonctionnement de la Brigade des Stupéfiants?  A son prédécesseur, aujourd'hui Premier Ministre, Manuel Valls? Au Président de la République? Faut il monter aussi haut dans notre république plus ou moins bananière pour rendre une telle décision et un Ministre haut placé dans la hiérarchie des Ministres n'a  t il pas les pouvoirs de déclencher lui même, comme un grand, un tel audit? A moins qu'il ne faille créer auparavant un comité Théodule pour lui conseiller de la prendre?

J'aurais attendu une déclaration plus martiale, genre j'ai décidé de lancer un audit de ..., quelque chose qui montre que l'on est un homme d'action ou dans l'action plutôt qu'un bonimenteur comme beaucuop de nos Ministres et hommes politiques. Ou encore plus complet et plus pratique: J'ai décidé de faire un audit du fonctionnement de la brigade des ... et de revoir complètement le système d'accès au 36 Quai des orfèvres et celui de la protectioin des pièces sous scéllés.

Je sais bien que cette interjection est probablement une invention du journaliste de service mais le Ministre ou sa communication s'y prètent en fournissant la photo grave du Ministre.

Il faudrait quand même que nos Ministres acceptent les responsabilités qui justifient leurs salaires et agissent au lieu de se placer en commentateur des désordres des organismes qu'ils dirigent.. Monsieur Cazeneuve, c'est vous personnellement qui portez la responsabilité, non pas de la faute, mais de la réaction appropriée pour comprendre et surtout corriger le dispositif fautif

Dans le même ordre d'idée, Notre Président voulant sans doute donner une leçon au monde, nous déclarait hier dans son intervention sur les évènements de Gaza que l'on ne pouvait rester neutre et qu'il fallait agir lui aussi. Ne sommes nous pas, nous la France, Membre du Conseil de Sécurité de l'ONU qui me semble l'organisme le mieux placé pour intervenir ou prendre des sanctions? Si donc on veut agir la première chose ne serait il pas de demander une convocation d'urgence de ce  conseil de sécurité. A ma connaissance, nous n'avons rien fait de tel depuis le début du conflit qui date quand même de début juillet.

Le monde politique,- et notre Président n'est bien sur pas le seul dans cet exercice-, passe son temps à parler parler parler sans faire grand chose. Et curieusement le monde médiatique ne tique même pas à ces rodomontades dont il sait qu'elles n'ont aucun sens autre que la promotion personnelle de celui qui les énonce...Et le monde médiatique pourrait il poser les bonnes questions. 

Verbiages...verbiages, disais je. Curieux monde, non?