Je lis dans la presse qu'immédiatement après le Conseil Européen durant lequel ont été entériné les engagements européens sur les émissions de CO2, y compris par les pays jusqu'alors réticents, notre Président avait reçu la totalité des Associations de Défense de l'Environnement avec le Ministre du Développement Durable, Jean Louis Borloo, et sa Secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie,Nathalie Kosciusko-Morizet. Coté Associations, tout le gratin avec Greenpeace, WWF,la Ligue de protection des oiseaux LPO,le Réseau Action Climat,France Nature Environnement et Ecologie sans frontières,ESF.

Lesquelles associations se sont plaintes que l'Union Européenne ne soit pas allée assez loin, en particulier qu'elle n'avait pas pris des objectifs assez contraignants pour le Secteur Industriel.Ces braves gens auraient sans doute souhaité que l'on tue l'industrie de l'acier, celle de l'automobile sans compter celle de l'électricité, ou tout au moins passer la partie nucléaire de cette industrie à la trappe. Notre Président leur a donc expliqué que tout cela était une négociation, un compromis fait en temps de crise et face à des Etats qui, eux, souhaitaient préserver leurs industrie! Etonnant tous ces pays qui ne pensent pas rigoureusement comme nous...

Heureusement, le Président a proposé aux dites associations  de lui remettre début janvier des propositions nouvelles pour    "verdir" son plan de relance. Faut il qu'il soit convaincu que l'avenir de nos emplois passe par le verdissement de l'industrie française! Souhaitons qu'il ne se trompe pas car alors ce sera chomage à tous les étages.

Sans doute est ce la même logique dont il fera part aux associations de défense de l'emplois lorsqu'il les recevra,bientôt. J'avais oublié, nous semblons ne pas avoir d'Associations de Défense des Emplois. Sans doute à cause d'un manque de subvention pour les faire vivre. A moins que ce ne soit les syndicats qui soient ainsi considérés?

Trève de plaisanterie, comment se fait il que chacun déclare içi et là que l'industrie verte c'est l'avenir sans que les nombreux services de prospectives de l'Etat n'aient réussi à sortir un des rapports dont ils ont le secret et qui nous disent tout sur tout avant d'être rangés dans un tiroir?Quand l'Allemagne craint la disparition de 100 000 emplois du fait de la mise aux enchères des droits à émettre du CO2, il n'est pas possible que nos services n'aient pas développés des chiffres équivalents. Et qu'ils ne puissent pas nous dire plus précisement dans quels domaines les nouveaux emplois seraient développés? L'éolien, le premier fabricant mondial est le danois Vestas, le second l'Indien Suzlon qui a racheté l'allemand RePower à la barbe d'Areva. Le photovoltaique?Le premier fabricant de panneaux est allemand, Q cells, suivi par des japonais en nombre, celui de silicium, si mes souvenirs sont bons est norvégien.Aucun français dans ces nouvelles énergies.

Alors combien de nouveaux emplois, dans combien de temps et dans quels secteurs?