Ce monde décidément ne peut plus se passer d’être « connecté », par téléphone, par internet, ou par Wifi, l’outil de la connectivité en mobilité.  Ce n’est pas que les tonnes de banalité que nous émettons soient essentielles à la bonne marche de notre planète, mais c’est un fait de société que de constater que dès qu’on lui en donne la possibilité, la race humaine éprouve un violent besoin de rester connectée avec sa tribu, qu’elle soit familiale ou professionnelle.

Le problème c’est que ce n’est pas techniquement possible partout et en particulier pas dans tous les moyens de déplacement mobiles que nous utilisons et, quand ça l’est, c’est souvent avec des limitations qui ne permettent pas d’effectuer toutes les taches que nous avons l’habitude de confier à ces outils de communication.

Il reste en particulier à assurer ces connections dans …les avions, alors que, dans certains cas, cela pourrait, ou aurait pu, être particulièrement utile d’en disposer. On s’est aperçu par exemple à l’occasion de l’attentat du 11 septembre que l’avion du Président des Etats Unis, dans lequel en urgence on avait embarqué Georges Bush pour le mettre à l’abri d’attentats éventuels au delà de ceux des tours du World Trade center, ne lui permettait pas de maintenir le contact avec la terre ferme.

Je vous rassure, si je vous en parle c’est que les choses sont en cours d’évolution dans ce domaine. Pour aller au delà en qualité de service de ce que l’on trouve dans quelques compagnies aériennes au dessus du territoire américain, il faut pouvoir disposer de satellites de télécommunication prévus pour fonctionner sur ce mode.

C’est l’alliance de Thalès et de l’opérateur mondial de satellites SES annoncé à l’occasion de la World Satellite Business Week de Paris, qui devrait le permettre. Thalès est le numéro 2 dans le monde derrière Panasonics dans  ce que l’on appelle le multimédia de cabines tandis que SES vient de commander à Thalès Alenia Space un satellite baptisé SES 17 qui sera doté de 200 faisceaux de télécommunications en bande de fréquence ka pour fournir de la bande passante aux sociétés de télécom de capacité et de puissance de transmission bien supérieures à celles existantes et surtout assurée sur la totalité du parcours de l’avion.

Dans une premier temps, c’est à dire 2020, date prévue du lancement du SES 17, ce service sera déployé au dessus du territoire des Etats Unis où se concentre l’essentiel du trafic aérien mondial. 5000 avions seulement sont déjà connectés et 5 à 10 pct des passagers seulement se connectent. On envisage  qu’avec le SES 17, le nombre d’appareils connectés passera à 23 000  et que le taux de passagers utilisateurs puisse tripler à court terme avant que cela de devienne une prestation standard disponible. Le voyageur du futur est prévu regarder un film en streaming sur son écran tout en lisant ses mails sur sa tablette!

L’être humain multitache s’approche. Aura t il pour cela, lois de l’évolution obligent, un plus gros cerveau, l’avenir le dira !