ScNavyaConfluence005

Vous venez peut être d'apprendre, à notre grande surprise, que la France faisait partie des pays de tête dans le développement des voitures autonomes !

Voiçi çi contre la photo du vehicule responsable de cette surprise. Il s'appele Navya  et va entrer en service à Lyon, dans le nouveau quartier de la Confluence dès Lundi 5 septembre à 7h30 du matin pour transporter, de l'arrêt du tramway face au batiment du Conseil Régional vers les immeubles de bureau nouveaux construits récemment tout au long de la Saône dans ce nouveau quartier de Lyon entre Rhône et Sâone

Ce n'est pas un véhicule individuel comme la voiture Google que nos médias vous présentent complaisamment tout au long de l'année, ou comme le Tesla dont la version autonome vient  de monter ses limites. C'est un véhicule de transport collectif destiné à compléter le transport public sur le dernier kilomêtre, celui que nous parcourons à pied pour aller du dernier arrêt du transport public à son lieu de travail.

Si je vous en parle, c'est qu'étant allé le voir, j'ai pu constater que c'était un véhicule très achevé, infiniment plus que la Google car, qui peut transporter jusqu'à 15 personnes et qui est d'ores et déjà industriel. Je suppose qu'il représente au moins 5 à 6 ans de développement par ses concepteurs, la construction d'une usine pour le produire, et la constitution d'une chaine de fournisseurs pour pouvoir passer à court terme dans une production industrielle.

Le tout sans que qui que ce soit, apparemment, dans nos médias ne nous en ait jamais parlé alors qu'il s'agit d'une première mondiale et d'une preuve concrète que notre pays, si souvent décrié, se trouve bien dans tel ou tel domaine d'avenir à la pointe de la technique mondiale. Bien sur, c'est une initiative et une réalisation provinciale et sans doute nos médias parisiens cherchent ils davantage leur documentation sur les dépèches des agences de presse internationales qu'au fin fond de nos provinces industrieuses. Le prédécesseur de Navya avait pourtant obtenu un prix au CES de Las Vegas en 2014 et il n'était donc pas difficile d'en suivre les développements ultérieurs. 

Sachez qu'une vingtaine de ces navettes ont déjà été fabriquées et que la toute dernière va partir aux Etats Unis pour aller y transporter les visiteurs du M-City, le plus grand circuit de test mondial de voitures autonomes. Une réference donc!

Son coût de fabrication, à ce stade de prototype, est de l'ordre de 200 000 euros la navette. Derrière Navya, on trouve Bruno Bonnell, ancien patron d'Infograme et son fond Robolution Capital.Il existe par ailleurs un autre intervenant français dans ce domaine d'avenir, Easymile, une coentreprise du groupe Ligier et de la société de robotique toulousaine Robosoft.

Dommage que tout cela ne se sache pas, ou si épisodiquement