Scjour_liberation_fiscale_2016

Tous les ans, je vous transmet dans ce blog la date de ce que l'on appelle le "jour de libération fiscale", c'est à dire le jour à partir duquel nous arrêtons de travailler pour l'Etat et commençons à travailler pour nous mêmes et nos familles. C'est Contribuables associés, une association qui lutte pour défendre les contribuables de la rapacité bien connue de nos gouvernements et de notre administration qui a crée ce concept et fait le calcul tous les ans de cette date de libération.

Cette année, comme en 2015, ils ont du travailler jusqu'au 26 juillet, soit 207 jours pour financer les dépenses de la sphère publique et il ne leur est resté que 159 jours dans l'année pour s'occuper d'eux mêmes et de leurs petites familles. La moyenne dans la zone Euro de cette libération se situe au 26 juin ce qui signifie que nous travaillons une mois de plus que le reste de l'Europe pour financer notre administration et nos politiques. Etonnant non?

Nous venons, d'après une autre étude de l'Institut Molinari, d'avoir remplacé la Belgique comme championne de la fiscalité européenne avec 57,53 pct de fiscalité contre 56,9 pct à la Belgique.De sorte que pour disposer de 100 euros de pouvoir d'achat, un français doit avoir supporté 135 euros de charges et d'impôts alors qu'un européen moyen n'en aura payer, lui, que 85 euros.

Nos grands concurrents, allemands, britanniques ou italiens, sont respectivement libérés de la pression fiscale au 11 juin pour les premiers, 7 juin pour les seconds et 2 juillet pour les derniers.

Ce "jour de libération fiscale" n'est donc pas un gadget à vocation politico-médiatique, mais un indicateur fort de l'inconséquence des comportements de nos hommes politiques et un élément de comparaison du sérieux de la gestion des différents pays européens et de leur compétitivité. C'est dire combien cet indicateur nous est et nous sera précieux, dans le contrôle par les peuples de l'action de leurs dirigeants...  

Merci à Contribuables Associés de l'avoir créé. 

l