Je reviens de la région de Nice où je suis arrivé au surlendemain de l'attentat de la promenade des anglais et où j'ai eu l'occasion d'échanger avec nombre d'habitants de la région sur l'horreur de cet attentat et sur ses circonstances et ses conséquences.

J'ai déjà eu l'occasion de m'exprimer sur l'environnement politico-médiatique de la couverture de cet évènement et n'y reviendrais pas. Je persiste et maintiens que l'Etat et peut être les collectivités locales n'ont pas fait leur travail et que malgré le soi-disant état d'urgence, ils ont géré la situation depuis deux ans comme si la menace n'avait pas vraiment existé! Quant aux médias, je ne serais pas fier personnellement d'en faire partie, en particulier tous ceux qui, dès le premier jour, on essayé de nous fait croire que l'assassin était un déprimé, pas radicalisé du tout. Si ce n'est pas de la désinformation,je ne sais pas ce que c'est! 

Je reprends la plume pour revenir sur le fait qu'il existe une tactique que pratiquent les candidats criminels pour éviter de se faire répérer dans la vie de tous les jours avant de réaliser leur forfait. Ca s'appelle la taqiya qui veut dire en arabe la méthode de dissimulation de la foi qui est autorisée aux djihadistes et qui leur permet d'enfreindre les règles de l'islam pour mieux se fondre dans la population et s'y cacher le plus lontemps possible. Il parait que cette taqiya était enseignée dans les camps d'Al Qaida dans les années 90.

Nos services de renseignements ne devaient pas être au courant, non plus que notre Ministre de l'Intérieur, que j'appréciais assez jusqu'à récemment, mais qui se grandirait peut être en démissionnant.

Tant que j'en suis à parler de désinformation, signalons que notre Président, après l'attentat de Munich, hier soir, s'est empressé de le qualifier d'attentat terroriste. Pas de chance pour lui, le lendemain, le procureur allemand nous,-et lui-, apprenait qu'il n'y avait aucun lien entre le germano-iranien coupable de cet attentat et Daech, ce qui n'était pas difficile à deviner, Daech étant d'obédience sunnite et les iraniens chiites, les ennemis intimes des sunnites. Sans doute notre Président, habile mais électoraliste, avait il pensé qu'un tel attentat en Allemagne allait le dédouaner un peu de sa responsabilité en France. Pas très brillant!