Notre Président, son Premier Ministre et notre Ministre de l'Intérieur, nous répètent dans un bel accord que le risque Zéro n'existe pas, que nous sommes en guerre et que malheureusement, nous devons nous "habituer" aux attentats répétés, aux fleurs et couronnes, au risque affreux de pouvoir perdre brutalement des parents, des enfants ou petits enfants ou des personnes chères, qui plus est dans des conditions affreuses. Moyennant quoi ils passent rapidement au sujet suivant. Pour eux, fatalistes, c'est comme ça, ce sont les risques de la guerre.

Après les sans dents, voiçi donc les sans coeurs. Nos princes ne semblent pas avoir compris que nous leurs avions confié notre protection, nos vies et celles de notre entourage et que nous aimerions qu'ils nous rendent des comptes détaillés sur cet aspect de leur boulot. Car malheureusement, après 7 attentats en un an et demi et 250 morts, on en est encore à nous raconter les mêmes histoires, la mobilisation de tous, l'état d'urgence, qui a bien failli sauter à un jour près et dont on a oublié de nous dire que la seule différence avec le non état d'urgence ,c'est que l'on n'a pas à demander l'autorisation du juge pour prendre telle ou telle mesure mais que cela ne change rien aux mesures à appliquer ni aux effectifs sur le terrain.

En d'autres termes avec ou sans état d'urgence, ce sont toujours les mêmes plans avec les mêmes effectifs que l'on applique. Et malheureusement, les français ont la fâcheuse impression qu'assassinat après assassinat, rien ne change dans le dispositif en place ni dans son commandement. Pourquoi le changerions nous d'ailleurs puisque c'est inévitable et que nous devons vivre avec.

Pour l'attentat de la promenade des Anglais à Nice, on essaye de nous faire croire depuis deux jours, avec la complicité des médias, que c'était un déprimé solitaire qui avait manigancé tout ça alors que dès le début ça paraissait trop bien monté pour qu'il n'y ait pas de complicités. Pour un type d'attentat qui avait été mentionné clairement par Daech en 2014 comme une de leurs méthodes,avions nous travaillé avant sur une réponse à apporter à une telle attaque pour l'empécher ou en minimiser l'effet? Si oui pourquoi ne l'a t on pas mise en pratique à Nice?

En 18 mois, sans effectifs ou avec un minimum de gens efficaces et astucieux ne pouvait on pas inventer des parades à tel ou tel type d'attaque et même les essayer sur le terrain, que nous n'apparecions pas comme totalement impréparés aux terroristes?

Si ces messieurs avaient été chefs d'entreprise, ils auraient été licenciés pour faute grave (250 morts !) pour leurs responsabilités dans de tel actes et envoyés en justice. Comme Ministre et élu, on passe simplement à la question suivante et on avoue son impuissance. Quel encouragement pour les Djihadistes ! Qiand à la dernière parade annoncée, le recours aux réservistes, c'est pathétique. On les a pas en nombre suffisant et on n'a personne pour les encadrer.

On aurait pu et du écouter les conclusions de la Commission d'enquète parlementaire qui avait étudié notre renseignement et les attentats précédents et avait à proposer des améliorations. D'après son Président qui avait demandé à en présenter les résultats au Président, au Premier Ministre et au Ministre de l'Intérieur sans réponse de leur part sauf un petit déjeuner sans conclusions avec le Ministre de l'Intérieur, ça n'avait pas eu l'air de les passionner. C'est sur que c'est un sujet moins important que la réussite de la coupe de l'Uefa , les bisbilles avec Macron , la préparation des prochaines élections ou la réussite du concert parisien ( très) au Champ de mars. N'a t on pas d'ailleurs sacrifié, en terme d'effectifs policiers au moins, le feu d'artifice Niçois au feu d'artifice parisien ? On peut se poser la question

Tout ceci pour dire que je suis personnellement très inquiet, pour la suite des évènements et notre sécurité personnelle, de la manière doint nos élus et responsables ministériels ont traité depuis 18 mois le problème du terrorisme en France et par des français. Il risque fort de ne rien se passer dans les 6 mois à venir avec les élections qui se profilent. Monsieur Cazeneuve avait d'ailleurs dit au Président de la Commission d'enquète parlementaire que c'était son successeur qui s'en occuperait! 

Alors messieurs Réveillez vous.Ma suggestion personnelle:Nommez immédiatement et avec tous pouvoirs, un vrai professionnel, issu de la police, de la gendarmerie ou du contre terrorisme pour qu'avec ses collègues, ils définisse une stratégie de lutte contre le terrorisme, mette en place les moyens à mettre en oeuvre pour le renseignement et la lutte, aille se renseigner aux Etats Unis, en Israêl ou dans le privé sur la manière dont eux le combatte et qu'on en finisse avec les bavards incapables.Je crois savoir que nous avons 2 ou 300 généraux hors cadre dont on ne sait pas quoi faire. Il doit bien s'en trouver un quarteron qui ait les compétences pour cà.