Voiçi quelques uns de ces retournements ou des conséquences du vôte britannique pour le Brexit dont certains sont ahurissants et attestent, hélas, du scandaleux manque de moralité de la classe politique britannique et dont d'autres sont inquiétants sur l'évolution politique et économique de notre continent commun:  

  • Vous avez peut être remarqué le scandaleux "oubli" de la mort de la député travailliste Jo Fox qui s'était battu pour que ses compatriotes votent pour le Remain et dont, depuis le vote Brexit des britanniques, tout le monde semble avoir oublié jusqu'au nom alors que les mêmes, trois jours avant, lui rendait un hommage appuyé.Dans quel pays sommes nous que l'on puisse ainsi oublier soudainement une élue qui a donné sa vie à son pays, pour ses idées? Honte aux politiciens britanniques pour cet incroyable comportement!

  • Avez vous eu l'occasion de noter la suffisance extrème de Monsieur Nigel Farage, le Président de l'UKIP, à l'Assemblée européenne, où il est apparu, pour rire d'intervenants divers que la survenance du Brexit interpellait et pour se féliciter de sa victoire? Ce monsieur ose jeter aux orties ce que ses compatriotes ont voté et soutenu depuis des années et se féliciter que les mêmes compatriotes, suivant ses recommandations et celles de ses collègues aient pu choisir la grande aventure dont lui même etait incapable d'évaluer les risques. Quel orgueil monstrueux a  t il exprimé à l'occasion de sa dernière visite, - du moins peut on l'espérer-, à l'Assemblée européenne!

    Depuis son intervention à l'Assemblée européenne, Monsieur Farage a du depuis avouer que son argument majeur pour poussez les électeurs au Brexit, les 350 millions de livre que le Royaume Uni versait toutes les semaines à l'Union Européenne et qui étaient supposés, dès le Brexit, rester dans le budget britannique, n'y resteraient pas en fin de compte, car c'était un mensonge de sa part! Scandaleux, non ? Il vient d'ailleurs de démissionner de ce fait de la tête de l'UKIP

  • Troisième étonnant retournement de veste, celui de Boris Johnson qui après avoir été un intervenant majeur de la campagne du Brexit s'était déclaré dans un premier temps candidat à devenir Premier Ministre avant de retourner sa veste en 24 hrs, parce que son "complice" dans cette aventure, le Ministre de la Justice, Michael Gove, ami de Cameron devenu Brexiteur et coéquipier de Boris Johson, a préféré "lacher ce dernier et se mettre à son compte" parce que, d'après lui, Boris Johson n'avait pas le leadership et la capacité à travailler en équipe que la fonction exigeait. Alors que lui même, bien sur, les possédaient.

    Rappellons que c'est Boris Johnson qui avait été l'adversaire de son sucesseur à la mairie de Londres lors du dernier rassemblement et débat télévisé qui s'était tenu à Wembley juste avant le vôte.
    Rappellons aussi que Monsieur Johnson s'est déplacé partout en Grande Bretagne lors de la campagne dans un véhicule sur lequel était imprimé dans un grand encart sur fond rouge les 350 millions de Livres supposés revenir dans le budget du pays en cas de Brexit, dont Nigel Farage, son inventeur, a avoué depuis que c'était un faux grossier.C'est dire que son impact pour influencer le vôte de ses concitoyens et donc sa responsabilité dans son résultat ont été très importante. Honte à lui également !
     
  • Coté travailliste, à part l'oubli scandaleux de Jo Fox, ou peut juger que la mollesse et l'absence de toute personalité de Monsieur Corbyn sont assez consternant. Quant à Madame Theresa May, pour un parti censé defendre le Remain, c'est curieux que ce soit une partisante historique du Brexit qui puisse prendre la suite de son prédécesseur palichon avec pour seule ambition de négocier au couteau les conditions les meilleures pour sortir de l'Union Européenne

  • Coté français, notons l'apparition immédiate de Marine le Pen, à peine connus les résultats et sourire de contentement aux lèvres, pour faire savoir aux français qui'elle avait raison, bien sur, et que le vôte britannique prouvait bien que l'on pouvait quitter l'Union Européenne et l'Euro.
     
    Peut être au lieu de se précipiter, aurait elle mieux fait de "tourner sept fois sa langue dans sa bouche", car il n'est pas sur que le jugement des français n'évolue pas rapidement sur l'opportunité et les risques à quiter l'Union et l'Euro à voir les conséqences économiques potentielles qui se dévoilent au jour le jour en Grande Bretagne. Et encore dans le cas de la Grande Bretagne, le pays gardera sa monnaie alors que si en France, nous voulions abandonner l'euro , il faudrait en passer par la recréation du franc, ce qui serait une autre aventure avec des risques économiques bien plus grands!

    L'une des qualités à démontrer pour prouver que l'on peut être un homme ou une femme d'état est que l'on sait se donner le temps de la reflexion face aux évènements et ne pas prendre l'immédiateté de réaction pour une vertu cardinale. Madame Le Pen vient de prouver qu'elle;n'avait pas encore acquis cette qualité de jugement

  • Sur le plan européen, j'ai trouvé curieux la réaction du triumvirat nouvellement constitué avec l'arrivée de Mattéo Renzi pour s'exprimer au nom de l'Union Européenne. Entendre dans la même minute Mme Merkel affirmer que, l'article 50 étant ce qu'il est, il n'était pas possible de rien faire tant que le Royaume Uni ne demanderait pas officiellement son départ de l'Union Européenne et qu'il avait 2 ans pour cela, puis notre Président affirmer, lui, qu'il fallait aller vite car il n'y avait rien de pire que l'incertitude, m'a paru un signe fort de divergence d'opinion entre nos deux leaders.

    Visiblement c'est Angela Merkel qui avait défini la position et Francois Hollande qui jouait les suiveurs obligés. En tous cas, ce n'est pas rassurant de penser que finalement les britanniques
    peuvent, au titre des traités européens, tranquillement continuer pendant deux ans à profiter des avantages de l'Union Européenne. Comme, j'ai déjà eu l'occasion de le dire, où étaient nos politiques et notre haute administration au moment ou cet article 50 a été rédigé et signé?
             

 A suivre....