Le rapport annuel de Ernst and Young sur les projets d’investissements annoncés dans l’Union Européenne est plutôt globalement positifs, mais malheureusement pas très flatteur pour l’attractivité d’implantations dans  notre pays auprès des investisseurs.

ScAttractivitéEurope363

Globalement, c'est les difficultés financières et industrielles dans les pays émergents qui attirent les investisseurs vers les pays du bloc européens réputés comme rassurants et stables. Le nombre de projets recensé y est en effet en hausse de 14 pct par rapport à l’année précédente avec 5803 projets  qui devraient générer 217 696 emplois créés en hausse de 17 pct.

La répartition de ces projets et emplois par contre, comme vous pouvez voir sur le graphique çi contre n’est pas vraiment favorable pour la France avec un calme plat observé par rapport à l’année précédente  tant en nombre de projets (598 en recul de 2pct) qu’en nombre d’emplois espérés ( 13 639 en hausse de 8 pct)

C’est le Royaume Uni qui remporte la palme avec 1065 projets annoncés et 42 336 emplois espérés devant l’Allemagne qui en affiche 946 avec 17 126 emplois espérés. Par exemple, les entreprises chinoises ont annoncé 74 projets en Allemagne et 68 en Grande Bretagne contre 14 seulement dans notre pays. Les implantation de centres de décisions, qui sont différent des sièges sociaux, très liés aux considérations fiscales mais peu créateurs d’emplois, sont en hausse globalement de 80 pct  mais  ne s’implantent que faiblement en France ( 11 seulement contre 150 en Grande Bretagne). Nous restons en tête néanmoins pour les installations industrielles avec 212 projets mais surtout des projets d’extension d’importance limitée. Ce sont toujours les niveaux de charges sociales, de la fiscalité et l’inflexibilité du droit du Travail qui sont mentionnés comme des obstacles à implantations futures.

Pas très brillant tout çà. Encore cette revue n'a-t-elle été faite que pour 2015. Les évènements récents risquent, hélas, de rendre celle de 2016 à venir encore plus problématique