• ScAlstomNouveau356

    Les pertes successives par Alstom de pans entiers de ses activités l'avaient laissé comme un spécialiste mondial du ferroviaire sans que cette hyper-spécialisation ait vraiment  convaincu observateurs et investisseurs alors que ce marché relativement cyclique et limité en taille ne semblait pas promettre des lendemains qui chantent dans la constance et dans la durée.

    Faisons amende honorable, les résultats qu'annonce l'Alstom nouveau recentré semblent prouver que la vision initiale de Monsieur Kron était la bonne et qu'il y a bien une place pour quelques spécialistes de ce mode de transport dans le monde.Les résultats  annuels pour 2015 sont flatteurs en effet avec une hausse du chiffre d'affaire de 12 pct à 6,9 milliards d'euros, un nouveau record de commandes engrangées en 2015 de 10,6 Milliards et le succès fabuleux du contrat indien pour la fourniture de 800 locomotives et leur maintenance. Quand on connait l'importance du rail en Inde, c'est une voie royale qui s'ouvre devant Alstom dans ce pays.

    Les dites locomotives sont prévues être livrées entre 2018 et 28 et seront fabriquées dans une usine nouvelle à Madhépura dans l'état de Bihar et entretenues dans deux nouveaux centres de maintenance. Alstom avait décidé également de se developper dans la partie signalisation et services associés. C'est devenu une réalité avec pour la première fois cette activité qui a dépassé celles de la vente de materiels roulant et participé à la hausse de la marge

    Compte tenu de la quasi disparition de la dette du fait de la vente de l'activité énergétique à General Electric, le résultat a bondi à 3 milliards d'euros. Un Grand Bravo à Alstom pour ce retournement de situation inattendu

  • ScHyperloop357

    Puisque nous en sommes à parler de transports ferriovaires, signalons le premier essai de l'Hyperloop, la dernière idée de Monsieur Elon Musk dont vous voyez ci contre le principe. Il consiste à faire circuler des navettes à grande vitesse dans un tube sous vide. Sans la résistance de l'air il devient possible d'atteindre des vitesse de plus de 1000 km/hr ce qui mettrait Los Angeles à San Francisco en 20 minutes  ou si vous préférez Paris à Marseille en 34 minutes.

    Il existe deux compagnies concurrentes pour développer ce concept, Hyperloop Transportation Technologies qui travaille sur le principe de la sustentation magnétique avec des participants bénévoles en quelques sortes puisque remunérés en stock option seulement et Hyperloop One qui est une société classique qui vient de lancer une levée de fonds à 80 millions de dollars après en avoir déjà levé une vingtaine et qui est celle qui a crée une ligne expérimentale dans le désert du Nevada dans laquelle elle a réussi à faire "rouler" des maquettes de capsules de train à 600 km.

    La filiale commune à la SNCF et la RATP, Systra, est supposée participer au projet Hyperloop One pour identifier les endroits où un tel concept pourrait être développé. Quand à la SNCF elle même, elle a été annoncée par Hyperloop One comme une des sociétés contributrices à leur levée de fonds ( avec votre argent chers contribuables) mais ne l'a pas officiellement confirmée elle même.

    En tous cas sur le plan technique, ça a l'air prometteur!   

  • Autre réussite pour Monsieur Elon Musk mais dans un tout autre domaine dans lequel il est également impliqué, celui de la fabrication de fusées, futures concurrentes de nos fusées Ariane, dans le cadre de la société Space X.

    Le coût d'un lancement de fusée étant très élevé, Space X et Elon Musk travaillent à en diminuer drastiquement le coût en rendant la dite fusée....réutilisable ! Idée géniale sans doute mais loin d'être simple à mettre en pratique car, pour pouvoir réutiliser la dite fusée, il faut déjà trouver le moyen de la récupérer sur terre en bon état de marche.Il faut donc la faire redescendre et maitriser cette descente grace au moteur de la dite fusée utilisé cette foi en position de freinage.

    Les premiers essais ont connus de fortunes variées avec échecs et réussites néanmoins qui ont montré que le concept technique pouvait en effet fonctionner.  Le plus récent et le plus abouti a été fait récemment avec un fusée Falcon 9 qui a emporté d'abord un satellite, JCSAT 14, vers une orbite géostationnaire, similaire de celles des satellites emportés par Ariane 5, et de faire redescendre la fusée jusqu'à se poser sur une barge située à 600km au large de la Floride.

    Le lanceur, dans cet exercice, descendait à 2km/s soit 3 fois plus vite qu'en descente en orbite basse comme il avait été fait précédemment et il existait donc un risque qu'il ne puisse supporter l'échauffement à la rentrée ans l'atmosphère. Tout s'est bien passé finalement et le premier étage de la fusée a pu être récupérée au large de la Floride sur la barge.

    Il reste à .... faire les comptes du bilan énergétique et financier car pour pouvoir récupérer la fusée on gaspille de 30 à 40pct de sa capacité d'emport ou du carburant embarqué.Et ensuite il faudra prouver que le lanceur récupéré est également susceptible de repartir pour une seconde mission avec les mêmes chances de succès..

    A suivre donc