J'ai eu l'occasion dans ce blog de commenter la bagarre entre Carlos Ghosn, PDG de Renault/Nissan, et promoteur et créateur de l'Alliance entre deux constructeurs de culture, d'importance et de réussite différentes, et le dernier ministricule à la mode, Emmanuel Macron qui voulait démontrer la primauté du politique sur l'industriel!

Première manche pour Macron grace à la loi lui permettant de mettre en place au profit de l'Etat des vôtes doubles pour les actions du dit Etat au détriment des autres actionnaires, dont Nissan dont les actions n'ont même pas de droit de vote à l'Assembléee Générale de Renault!

Deuxième manche pour Carlos Ghosn qui a réussi à faire maintenir son salaire contre l'avis du gouvernement et contre les limitations édictées par les pouvoirs publics pour les patrons des entreprises publiques, mais surtout comme je vous l'indiquais dans un message du 11 mai, à mettre en place un "Accord de Stabilisation de l'Alliance" entre Renault-Nissan et le gouvernement français qui assure une certaine  prééminence de Nissan sur Renault , en donnant en particulier le pouvoir de nomination du PDG à ...Nissan.

ScRenaultNissanMitsubishi349

Troisième manche ces jours-çi pour....le vieux renard dans un autre accord industriel dont Renault, sans avoir rien eu à dire, tirera le profit également.Je veux parler du rachat par Nissan et Ghosn du constructeur japonais Mitsusbishi. Celui çi s'était empétré dans une tricherie semblable à celle de Volkswagen qui lui avait permis d'annoncer des émissions plus faibles qu'elles n'étaient réellement, et des consommations plus faibles également car les deux sont liées, pour les voitures à la marque aux trois diamants.

Dans la tradiion japonaise les dirigeants de Mitsubishi durent s'excuser publiquement devant le peuple japonais et démissionner en même temps que la valeur de l'action Mitsubishi baissait brutalement de 40pct. Or il se trouve que Mitsubischi produisait dejà sous le badge  Nissan et pour les 2/3 de ses volumes de production, les voitures de type midget qui existent seulement au Japon. Il allait donc falloir parler de compensations pour le préjudice subi par Nissan.
La discussion  fut rapide et se traduisit par...le rachat de 34 pct du capital de Mitsubishi par Nissan pour 1,9 milliards d'euros.  

Le résultat de ce rachat,,c'est que l'Alliance Renault-Nissan- Mitsubishi-Avtovaz va pouvoir jouer en première division, là où les volumes  de production de voitures des constructeurs qui s'y trouvent sont aux alentours des 10 millions de véhicules.

Elle y rejoint les trois grands mondiaux de l'automobile Toyota, Volkswagen et General Motors. Une grande avancée pour Renault-Nissan et pour Carlos Ghosn