• Le laitier français, Lactalis, anciennement Besnier et propriétaire de la marque Président, poursuit son développement industriel et commercial à travers le monde. Elle vient d'annoncer avoir conclu un accord pour racheter le laitier indien Anik, coté à la Bourse de Bombay et qui possède trois usines de production de produits laitiers, de beurre et de poudre de lait avec lesquels elle réalise un chiffre d'affaire de 90 millions d'euros.
    L'Inde est le plus gros producteur mondial de lait et toute société à ambition mondiale dans ce secteur se doit d'y avoir un pied à terre. C'est déjà le cas de Lactalis qui avait racheté en 2014 le laitier Tirumala qui possède 7 usines et y réalise 250 millions de chiffre d'affaire. Anik viendra completer ce dispositif, si les autorités de la concurrence acceptent, bien sûr, le rachat.

    ScDetteetsericeDetteFrance336
  • La dette de la France, sans surprise puisque on ne s'en occupe quasiment pas, continue d'augmenter, année après année, de 50 à 90 milliards d'euros en fonction du déficit annuel d'éxécution du budget. Elle a atteint les 2100 milliards à fin 2015, très exactement 2097. Par contre du fait de la baisse du coût de l'argent le poste "dette" de notre budget diminue régulièrement.
    Il a atteint seulement 42 milliards en 2015, en baisse de 4 milliards par rapport au pic des intérêts de la dette à 46 Milliards en 2012
    .
  • Une estimation de l'argent caché dans le paradis fiscal de Panama vient d'être faîte par un économiste spécialiste des paradis fiscaux, Gabriel Zucman. Sur le monde entier, il a donné le chiffre époustouflant de 7600 milliards de dollars dont seulement 350 milliards pour les "fraudeurs" français. Etonnant, non?
    Reste pour les services fiscaux des différents pays du monde à les récupérer! Et là ce sera sans doute moins évident qu'il ne peut y paraitre dans les médias. Entre les structures offshore légales et/ou illégales, les sociétés écrans nouvelles ou déja régularisées, les résidents fiscaux en France ou dans un autre pays,et l'absence d'accès pour l'instant au fichier des Panama Papers, l'identification des "vrais tricheurs" ne va pas être simple à faire. On leur souhaite néanmoins Bonne Chance.

  • On nous parle beaucoup des énergies renouvelables comme devant être, pour les porteurs de ces projets; comme une course d'obstacle, certes, mais qui les mêne véritablement au succès. La réalité n'est pas nécessairement tout le temps aussi brillante si on en juge par la déconfiture annoncée d'un des grandes énergéticiens espagnol  des renouvelables. Abengoa. Crée en 1941 à Seville, c'est devant le tribunal de commerce de cette ville qu'il vient d'accepter un moratoire sur sa dette demandé par ses créanciers en même temps qu'il mettait sa filiale amércaine sous la protection dite du chapitre 11.
    Son problème? Trop et trop vite. Une expansion à toute vitesse partout dans le monde et sur le continent américain, en Asie et au Moyen Orient pour y fournir des parcs solaire à technologie thermique à concentration et des stations de dessalement d'eau de mer. Le résultat? Une dette de 9,4 milliards d'euros à rapprocher d'un chiffre d'affaire de 5,8 milliards d'euros en 2015 et une perte de 1,2 milliards.
    Les créanciers ont choisi un ancien de KPMG pour restructurer une société qui employait 28 000 personnes dans le monde dont 7000 en Espagne. Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, hélas!
      
  • BP, comme vous savez, vient de vivre des années dramatiques après l'accident de la plateforme Maccondo dans le golfe du Mexique qui valu son poste au PDG de l'époque et qui a amené BP tout près de la faillite.Rajoutez par la dessus la chute du prix du baril de 110 à 40 dollars et vous comprendrez que la compagnie est dans de réelles difficultés financières qui vont se traduire, comme chez les autres pétroliers mais en pire par des coupes drastiques dans les budgets d'Exploration/Production et dans les effectifs.
    Cela n'a  pas empéché le Conseil d'Administration de proposer à l'Assemblée Générale de porter le package du PDG actuel, Bob Dudley, de 16,4 millions de dollars ( fixe+variable+ stock options+retraite) à 19,6 millions de dollars au titre de l'exercice 2015.
    Que croyez vous qu'il arriva? L'Assemblée Générale refusa l'augmentation proposée qu'elle jugea indécente alors que le groupe annoncait une perte de 6,5 milliards d'euros au titre de 2015. 
    Bravo les actionnaires!   

  • L'administration française n'est pas organisé comme une entreprise privée, sans doute parce qu'elle se considère comme étant au dessus des lois et des règles de sage gestion. Deux exemples: elle n'a pas de direction des achats ni de directeur des ressources humaines alors que toute entreprise importante en dispose et que ces deux directions sont devenues clés des performances économiques de nombres de sociétés.

    ScAchatsEtatFrance337

    Il n'est jamais trop tard pour bien faire ,néanmoins, et Bercy vient de décider de se doter, par un décrêt du 3 mars, d'une direction des achats rattachée directement au Ministre des Finances. L'objectif est de rationaliser les pratiques des 1200 acheteurs de l'Etat et d'amplifier les économies sur les 28 milliards d'achats( hors Défense et Sécurité) des services de ll'Etat pour les porter à 700 millions d'euros par an.
    5 ministères concentrent 89 pct de ces dépenses soit Défense,Finances,Intérieur,Justice et Ecologie. Quant aux postes de dépenses,  ce sont à 34 pct des travaux d'entretien, 22 pct des prestations, 18 pct d'achats dit métiers,15 pct des fournitures et du mobilier, 9 pct de l'informatique et des télecoms et 2 pct de divers.
    Un exemple récent l'état à renégocier récemment ses achats d'électricité en faisant jouer la concurrence et y a gagné 15 pct d'économie et obtient des ristournes de 18 à 25 pct pour les achats de véhicules.
    Signalons lui qu'au délà des ristourne on peut aussi jouer sur ..les nombres de bénéficiaires.