Nous avons eu l'avantage (?) pendant  des semaines d'assister à la longue épopée de la réunion de la COP 21 au Bourget et d'assister aux efforts ( valeureux) de notre Ministre des Affaires Etrangères et de toute son équipe pour arriver à ce que se signe l'accord qui marquera la fin de cette conférence internationale.

Nos médias n'ont eu de cesse, à lépoque, de glorifier les acteurs de cette conférence et donc de porter un jugement très positif sur l'action dans ce domaine de notre Président, de Laurent Fabius, de Ségolène Royal et de la France et des français en général. Dont acte.

Ce week end se tenait aux Etats Unis une grande cérémonie de signature de l'accord obtenu par les 175 pays qui l'avaient acceptés. Et là changement d'attitude des mêmes médias. Ils font semblant de découvrir que le dit accord n'est en rien contraignant pour qui que ce soit, qu'ils faudra des mois pour que les parlements nationaux, 175 tout de même, les entérinent et qu'ils ne les entérineront que parce que justement ils ne sont pas contraignants !

Pourquoi ne nous l'ont il pas dit au moment de la COP 21 du Bourget alors que s'était connu de tous les journalistes qui suivent les question d'écologie? Je ne sais. Que nous vaut ce changement de pied de notre presse? Les conditions d'accueil là bas n'étaient elles pas suffisamment de qualité à leur gout? Les cocktails pas suffisamment haut de gamme?La reconnaissance de la tache accomplié ( pas par eux) pas suffisamment brillante? Je ne sais.

Une chose est sure s'ils avaient fait leur métier à Paris et reporté les vrais enjeux qui s'y jouaient, ils n'auraient pas à se déjuger maintenant. Ceci dit faire en sorte que 175 pays et leurs représentants arrivent à se mettre d'accord sur un texte, même de principe, même non engageant, est une tache qui demande des efforts surhumains et je pense que notre contingent journalistique devrait reconnaitre cet effort exceptionnel de notre diplomatie plutôt que de faire la fine bouche sur les résultats concrets d'un exercice dont on peut effectivement considéré a postériori qu'il n'est pas aussi concluant que certains voulaient le voir