C’est France Stratégie, un organisme d’études et de prospective économique  qui reporte directement au Premier Ministre et qui l’informe en continu de l’évolution de l’activité économique du pays qui le dit ! 

Son dernier rapport a trait à la compétitivité de la France qu’elle analyse en trois volets. En terme de balance commerciale globale qui s’est redressé  depuis 2012 grâce à la baisse du baril de pétrole tout en frôlant les 50 milliards d’euros de déficit en 2015. Nos parts de marché à l’exportation restent toujours très moyennes et notre attractivité pour y investir se dégrade face à l’Allemagne et à la Grande Bretagne du fait, air connu, du coût du travail, de la complexité administrative et fiscale, de la conflictualité du dialogue social et de la rigidité du temps de travail

La compétitivité dite « prix » s’est un peu améliorée vis-à-vis de l’Allemagne qui a vu ses salaires augmenter tandis que les nôtres augmentaient moins grâce au CICE et au pacte de responsabilité qui ne faisaient  cependant que compenser les hausses précédentes. Celle Hors prix, c’est-à-dire  l’attractivité de nos produits, leur design et leur aspect innovateur, ainsi que leur marketing restent en position très moyenne, fort loin des produits allemands. France Stratégie en accuse les faiblesses du management, un déficit de compétences, la faible diffusion du numérique et la complexité du cadre règlementaire.

Une grande claque, donc, pour notre pays et son industrie. On ne pourra pas dire que nous n’étions pas prévenu. Qu’en conclure ? Qu’il faudrait peut être simplifier la vie de nos chefs d’entreprise et leur donner les moyens de se battre à armes égales. Un enseignement qui fournisse les compétences attendues à un bon niveau de savoir, un choc de simplicité qui arrive enfin, des rapports avec syndicats et administration facilités par exemple? Ce n’est malheureusement par la direction que nous semblons prendre avec le recul en cours sur la loi travail.

Alors que faire. Attendre encore ?