ScEaudanslemonde326

La question en titre se pose d'ores et déjà dans de nombreux pays du monde comme le montre la carte ci contre.Elle semble par ailleurs faire polémique avec des "prédictions" variables en fonction des instituts travaillant dans le monde sur le sujet et de leur sérieux.

C'est ainsi qie l'OMS, dans son rapport 2015 sur le sujet, se félicitait que les objectifs du millénaires aient déjà été atteint en terme d'accès à l'eau. Rappelons qu'ils consistaient à faire en sorte que 88pct des populations puisse avoir accès à des points d'eau dit améliorés, - c'est à dire non partagés avec des animaux-, diçi 2015. Or un tel objectif a été atteint dès 2010 ce qui ne laissait que 663 millions d'êtres humains sur la planète privés d'un tel accès.

L'université de Twente aux Pays Bas estimait, elle, dans un rapport récent, que les conclusions de l'OMS étaient biaisées par le recours à des moyennes en base annuelle ce qui cache les variations et sous estime le manque d'eau.En découpant les calculs par région et par période ils jugent, eux, que ce sont 4 milliards de personnes qui souffrent de pénurie sévère d'eau,-  c'est à dire en situation de demande deux fois plus forte que la disponibilité-, au moins 1 mois dans l'année, 1 milliard qui en souffre de 1 à 3 mois et entre 1,8 et 2,9 qui en souffrent de quatre à six mois par an. Des chiffres bien plus considérables que ceux de l'OMS.

La carte ci dessus a été établie sur la base de l'étude de l'Université de Twente. Elle montre que la moitié des 4 milliards de personnes qui en souffrent sont localisées en Inde et en Chine. On trouve également des zones très arides mais peu peuplées comme le cent
re de l'Australie,la zone sahélienne et la péninsule arabique puis des zones peuplées mais sans eau ou disposant de peu d'eau au Mexique, au Pakistan,au Nigéria,au Bangladesh et aux Etats Unis (Californie, Texas et Floride) où vivent à chaque fois 100 à 130 millions de personnes.

L'ennemi majeur du traitement du problème d'accès à l'eau est le phénomène d'urbanisation qui frappe,toute la,planète. D'içi 2050 en effet, 70 pct des populations vivront en zone urbaine. Or les infrastructures d'apport d'eau sont extrèmement coûteuses et surtout prennent beaucoup de temps à se mettre en place. Le droit à l'eau a été reconnu comme un droit fondamental par les Nations Unies dès 2010. Pour autant les financements d'infrastructures sont très loin de suivre la progression des besoins dans la plupart des pays du monde