Je vous ai signalé la crise financière qui se passe à EDF et que révèle la démission de son Directeur Financier, Thomas Piquemal. Voici quelques détails révélateur de l'ampleur de cette crise:

  • ScPrixelectriciteEurope2015324

    Depuis le 1er janvier, les tarifs reglementés auxquels les opérateurs industriels étaient soumis ont été supprimés et les dits opérateurs ont massivement procédé à des appel d'offres pour renouveler éventuellement leurs fournisseurs. Résultat des courses, EDF a perdu trente pct environ de ce marché. Comme les centrales ne se sont pas arrétées pour autant, ce volume de production s'est retrouvé sur le marché libre européen de gros de l'electricité
    .
    Or EDF marchait précédemment sur au minimum le prix du Kwhr, aprement négocié avec les industriels ou les fournisseurs alternatifs, sous l'égide des pouvoirs publics, à 42 Euros le MWhr, dit tarif Arenh.Entre temps les tarifs sur le marché de gros ont baissé fortement, affectés qu'ils etaient par l'électricité produite à partir de charbon ou de gaz importés en particulier des Etats Unis, une conséquence lointaine de l'émergence des gaz de schistes américains. Par ailleurs les énergies renouvelables, dont l'électricité résultante bénéficie d'une priorité d'injection absolue sur les réseaux de distribution, ont fortement affectés les débouchés de l'électricité "classique". et en particulier du nucléaire dont l'avantage est qu'il fonctionne 100 pct du temps à plein régime, y compris la nuit.

    Ce qui était vendu à 42 Euros, l'est maintenant au prix du marché soit 28 euros, du moins dans l'industrie car pour les particuliers ( 91 pct encore), c'est toujours sur la base du prix Arenh qui compte. Mais les fournisseurs alternatifs par contre ont désormais un prix d'approvisionnement compétitif  qui leur permettte de prendre des clients à EDF.L'avenir pour les ventes d'EDF et ses marges est donc assez sombre...

    ScParcThermique325

  • EDF disposait d'un parc important de centrales d'appoint au fioul  ou au gaz qui avait pour but de fournir les appoints temporaires d'électricité que le système de base ne pouvait pas fournir.Un parc de centrale dit thermique dont l'utilité est de moins en moins évidente dans un monde désormais connecté et à fournisseurs multiples.

    Par ailleurs, avec l'arrivée des renouvelables qui sont intermittentes,  EDF a fourni de gros efforts pour rendre ses centrales nucléaires plus adaptables aux variations de la demande, ce que l'on appelle la manoeuvrabilité des centrales.Deux tiers des réacteurs contre 50 pct auparavant sont ainsi devenus capable de faire varier leur puissance de 80 pct à la hausse ou à la baisse en 30 minutes.

    Moralité, nous n'avons plus, ou très rarement, besoin du parc thermique dont il a été annoncé la fermeture par anticipation de 5,2 gigawatts de capacité de production ou 50pct de ce parc.

  • Autre impact significatif à venir pour EDF, l'application de la Loi de transition énergétique, qui prévoit de faire passer la part du nucléaire à 50 pct de la production d'électricité d'içi 2025. En clair, cela veut dire réduire d'un tiers la production d'électricité nucléaire d'içi 2025, ce qui signifie fermer 17 à 20 réacteurs nucléaires  et donc de multiples conséquences sociales qui, malheureusement, n'ont pas encore été calculée.
    Nous sommes un pays qui décident sans connaitre les conséquences de ces décisions. Etonnant non?