Vous savez qu'outre la chute du prix du baril de pétrolen le monde a assisté dans le même temps à la forte baisse de la demande en matières premières, elle même générée par le ralentissement économique dans les pays émergents et en particulier en Chine.

Il existe 5 très gros acteurs dans le monde de l'exploitation minière, BHP Billiton, Rio Tinto, Anglo American, Vale le brésilien, et Glencore. Ils viennent tous d'annoncer leurs résultats pour l'année 2015 qui sont globalement catastrophiques.,Rio Tinto, le moins affecté, a annoncé une perte de 866 millions de dollars, Glencore de pas loin de 5 milliards et le pire, Vale de 12 milliards. Quant à BHP BIlliton il a coupé son dividende pour la première fois de 75 pct. C'est dire combien la situation est sérieuse.

Les perpectives de remontée de la demande et des prix ne sont pas brillantes non plus et l'ensemble de la profession prévoit désormsi une période prolongée de prix bas et donc "une période de rendement faible ou nul pour les groupes miniers".  

Comme toutes ces sociétés s'etaient lancées dans des investissements ou des rachats importants portées par la bonne conjoncture de ces dernières années, ellles se trouvent toutes fortement endettées.On estime leur niveau d'endettement global à 95 milliards de dollars. Et en amont, comme dans le cas de l'industrie pétrolière, vous trouvez des fournisseurs de services ou de materiels en mauvaise posture et encore plus en amont les banques qui ont financés ces investissements et ne sont pas sures de retrouver capital et intérêt. 

La recette bien connue c'est de couper sur les coûts d'exploitation, ce qui, à ce niveau de dette, signifie fermer des unités d'exploitations. On cherche donc à vendre pour quelques dizaines de milliards de dollars de mines ou d'usines mais il est, de toute évidence, difficile de trouver preneur et, quand on en trouve, d'en tirer un prix correct. Coté personnel ce sont des dizaines de milliers d'emplois qui ont, d'ores et déjà, été supprimés.

La France qui ne dispose pas de ressources minières importantes est sans doute moins touchées que d'autres pays par cette déroute des groupes miniers et beneficie au contraire des bas prix des minerais ou des métaux qui en découlent.
Elle l'est néanmoins à deux titres. ArcelorMittal son producteur d'acier avait, contrairement à ses confrères aciéristes, pratiqué une politique de partage des risques avec outres ses actifs dans des acieries, d'autres actifs miniers qui assuraient un tiers de ses besoins dans ce domaine. A ce titre il est touché par les pertes dans ce secteur de son activité.

L'autre secteur touché est celui du nickel et du manganèse utilisés pour l'inox et les aciers spéciaux,pour lesquels un des grands du secteur est Eramet, une société minère et métallurgique d'origine familiale très présente en Nouvelle Calédonie qui est un rocher de minerai de Nickel surnommé de ce fait le Caillou. Un territoire politiquement et socialement  sensible que notre Premier Ministre avait prévu d'aller visiter en même temps que sa visite en Australie.

La dite visite a été repoussée du fait du probleme rencontré avec l'acceptation de la loi El Khomry au Parlement mais le problème d'Eramet et surtout de la SLN est loin d'être réglé. Il faudrait que l'ensemble des actionnaires et les représentants du peuple calédonien qui sont partis prenantes au capital de la SLN, se mettent d'accord sur le constat de la situation de la société et sur les remèdes à y apporter ainsi que sur le problème de la centrale électrique qui alimente l'usine est vétuste.

Prépârez vous cher contribuable, tout cela va vous coûter beaucoup d'argent.

A suivre