Peut être avez vous assisté hier soir à l'émission de Ruquier,"On est pas couchés", dans laquelle notre Premier Minsitee avait accepté de se produire sous le prétexte qu'il venait de publier un vague petit livre dont on a découvert qu'il ne contenait que ses deux derniers discours prononcés à l'occasion des évènements dramatiques que le pays a vécu cette année et encore très récemment.

Une émission qui se borne d'habitude à une "agression" controlée de l'invité par deux interviewers musclés, de type littéraires ou philosophes, choisi par le maitre d'oeuvre de l'émission, Laurent Ruquier, pour leur pugnacité. Ce fut Zemmour et Naulleau à un époque, c'est maintenant Lea Salamé et Yann Moix.

Notre Premier Ministre y a été brillant, capable de résister aux attaques de ses interviewers sans jamais perdre son calme et passant son temps à défendre les valeurs de la France,  et la philosophie qui sous tend la décision de notre Président de mettre en place, via une modification de la Constitution, la déchéance de nationalité pour les bi nationaux.Une mesure qui défraye la chronique, dont le fondement est en effet difficile à défendre, qui a déjà occupé la scène médiatique depuis deux mois au détriment sans doute d'autres débats et mesures tout aussi capitales pour le pays et dont l'efficacité dans la lutte contre le terrorisme est pour le moins douteuse.

Le débat y fut intéressant et Manuel Valls su se monter un "débateur" compétent, convaincant et pugnace face à ses contradicteurs plus respectueux que d'habitude de leur "proie". En d'autres termes, il y a montré des qualités de philosophe dont je suppose, - je ne connais pas son parcours- , qu'il les a acquise dans un parcours universitaire de type Sciences Po ou ENA, avec une grande connaissance de l'histoire de notre pays et de la République. Je dirais qu'il y a montré ce qu'il venait probablement y chercher, la démonstration qu'il possédait une hauteur de vue, philosophique du moins, digne d'un candidat potentiel à la Présidence de notre République.

Qui cela intéresse t il néanmoins? Peu de monde, à mon avis, qu'un tél débat peut motiver à passer deux heures entre philosophes à s'échanger des arguments sur les fondamentaux du fonctionnement de notre République.Il n'était pas inintéressant néanmoins de se rendre compte que cette République est désormais dirigée par des personnes de haut niveau intellectuels certes,... mais si éloignées de la vie des français moyens 

A la fin du débat, Léa Salamé a posé la question que les français qui, eux, volent rarement à cette hauteur de vue, attendaient. Celle du chômage et de son envol inexorable et de l'échec de la politique du gouvernement et de la majorité dans ce domaine. Monsieur Valls y a consacré trois minutes pour nous asséner que sa politique était la bonne, qu'il allait encore l'amplifier avec les annonces futures du Président, et que donc tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes,avant de repartir sur ses pensées philosophiques.

J'avoue avoir été un peu scandalisé de le voir évacuer avec une telle facilité et avec la complicité de ses soit-disants contradicteurs la question qui taraude les français, celle de la reprise économique et de la lutte contre le chomage. On ne peut être qu'inquiet de constater l'incompétence économique de ceux qui nous dirigent, leur suffisance pour répondre aux attentes des français et leur incapacité viscérale à accepter une remise en cause quelconque de leurs certitudes.

Manuel Valls, et sans doute pas mal de gens de son entourage,  je veux bien le reconnaitre, ont de grandes capacités intellectuelles et une aptitude à débattre et convaincre impressionnante qui en font des Présidents de la République potentiels pour des périodes de discussion philosophiques et conceptuelle, mais seraient incapables de gérer la moindre PME qui donne du travail à la très vaste majorité des français. Ce sont même des sujets qu'ils semblent mépriser, sûrs qu'ils sont des convictions qu'ils possédent!

Tant que nous serons dirigés par des énarques ou des Sciences Po, je crains que ce pays ne s'avère incapable de s'en sortir, économiquement du moins.....Triste constat!