Savez vous qu'à Bretigny, la gare de la région parisienne où a eu lieu le 12 juillet 2013 la catastrophe du même nom, on faisait les inspections visuelle de l'état des fameuses éclisses et de leur boulons ...de nuit !!!  A la lumière d'une lampe frontale, parait-il. Alors pour voir des fissures....Une confirmation que la maintenance était mal organisée.

Ce n'est pas tout; il semble que l'on ait modifié en 2011 le pont Anatole France pour élargir la route qui passe sous les voies et y créer un passage à deux voies. Le tout sous la responsabilité de RFF en tant que maitre d'ouvrage (le propriétaire de l'ouvrage et du projet) et de la SNCF qui avait la maîtrise d'oeuvre des travaux (le responsable des travaux), le tout pour 7 millions d'euros. D'après le dossier d'instruction, ces modifications auraient crée des sollicitations sur les voies qui n'existaient pas avant et qui affectaient la durabilité des voies des boulons et des éclisses.

La justice n'a pas considéré qu'il fallait étudier la piste de l'endommagement crée par ces travaux. Sa décision, contestée, est passé en appel et l'on devrait connaitre le résultat de cet appel, en délibéré actuellement, le 26 novembre.

Enfin trois jours avant la catastrophe, les cheminots avaient du travailler pour consolider la voie 2 de l'autre coté.

A suivre