• La nouvelle la plus importante dans le domaine pétrolier est l'annonce de l'Accord sur le nucléaire iranien qui rsique de bouleverser la donne dans le domaine du pétrole et du prix de son baril.

    Vous savez pour lire régulièrement ce blog que nous sommes dans un cycle d'offre de pétrole largement supérieure à la demande du fait de l'arrivée brutale des pétroles de schistes américain sur un marché lui même en récession du fait de la crise économique mondiale.Le prix du baril de ce fait s'est écroulé des 90/100 dollars auquel il se situait aux 50/55 dollars auquel il se situe aujourd'hui avec des conséquences fortes sur les pays dont les budgets en dépendent (Vénézuéla en quasi faillite, Nigéria, et même Arabie séoudite) et sur l'industrie pétrolière en général.
     
    L'Arabie Saoudite av
    ait choisi il y a quelques mois d'accepter la guerre des prix avec les producteurs de pétrole de schiste américains en considérant que c'était aux nouveaux arrivants sur le marché de participer à la régulation de ce marché et pas à eux mêmes qui avaient bien voulu accepter ce rôle depuis des années et qui avaient la capacité de soutenir une guerre des prix sur le long terme.

    Le prix du baril depuis s'est légèrement repris aux alentours des 50/55 dollars et, si les producteurs de pétrole de schistes américains ont certes réduit considérablement le nombre de nouveaux forages qui sont le mode de production "normal" de ce type de pétrole,on n'a pas assisté pour autant à une baisse significative de leur production existante. L'apparition de l'Iran de retour sur ce marché n'est donc pas une bonne nouvelle pour le prix du brut et pour l'Arabie Séoudite. L'Iran dispose de ressources pétrolières importantes mais manque de capacité de raffinage. Il ne peut instantanément accroitre sa production qui passe par de gros projets de développement avec l'industrie pétrolière mondiale mais peut se réveler à moyen terme un intervenant important qui influencera les fluctations de ce marché.

  • BP vient de solder définitivement les conséquences de l'explosion en 2010 de la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique.Rappelons que cette catastrophe avait fait 11 morts s'etait traduit par l'incendie puis le naufrage de la plateforme au fond du golfe et qu'il avait fallu à BP 87 jours pour boucher le puits au fond de la mer à 1500 mêtres de profondeur. De ce fait ce sont 5 millions de barils qui s'étaient écoulés dans les eaux du golfe avec les dommages écologiques que l'on peut imaginer.

    BP, l'opérateur de la plateforme T
    ransocéan, et le contractant Halliburton avaient été considérés par l'administration américaine comme les responsables de l'explosion pour avoir mal cimenté le puits. Par la suite la justice avait estimé que BP en était le principal responsable en raison de '"négligences grossières".

    BP  a dépensé déjà des sommes considérables pour nettoyer les conséquences du drame et en dédommager les victimes pour un montant enregistré comptablement à 43 milliards de dollars. Il était néanmoins confronté,en cas d'echec à trouver un accord avec le Ministère de la justice, à un amende de 13,7 milliards de dollars supplémentaires sans compter diverses amendes. Il a préféré négocier un accord global qui règle une fois pour toutes l'ensemble des contentieux. C'est cet accord qui lui coutera 18,7 milliards de dollars dont le paiement sera étalé sur 18 ans, à 1 milliard de dollars l'an.

    400 juridictions locales, étatiques ou fédérales vont se partager cette manne parmi lesquelles cinq états, l'Alabama, la Floride,la Louisiane, le Mississipi et le Texas.Il paiera également une amende record de 5,5 milliards de dollars pour violation de la législation fédérale rélative à la protection de l'Eau, le Clean Water Act.
    Globalement si vous faites le calcul, il en aura couté à BP 53,8 milliards de dollars pour régler complètement la catastrophe et clore ce chapitre peu glorieux de l'histoire de la firme soit davantage que la totalité de ses profits depuis 2012!  Les actionnaires de BP étaient anxieux de le clore pour pouvoir repartir sur des bases sures et ...retrouver la vrai valorisation de l'entreprise