C'est la conclusion que l'on peut tirer de la modification des Allocations familiales en dehors du principe de l'Universalité jusqu'à présent admis depuis la création de la sécurité sociale en 1946.

Car si l'on commence à établir des tranches de revenus pour bénéficier d'allocations qui s'appliquent en principe à l'enfant et pas aux parents, c'est que l'on introduit quelque part un jugement moral sur le revenu que touchent les dits parents. Nous voiçi donc revenus aux sources du communisme qui voulait , à son origine, etablir que, quel que soit le travailleur concerné, ses compétences et ses responsabilités, tout les "travailleurs" toucheraient exactement le même salaire, balayeur ou patron. Un système dont les défauts apparurent très tôt dans l'histoire du communisme, en particulier en terme d'ardeur au travail, et à cause desquels "on" passa, vers les années 1930 au stackhanovisme, un système qui visait à promouvoir la productivité des ouvriers en la liant à leur salaire et à leur alimentation. Nous voiçi dont passées dans un socialisme plus rouge que rose.

J'avais eu l'occasion dans un article récent de faire ressortir la contribution de la classe sociale des cadres et agents de maitrise à la productivité, à la compétitivité et à l'innovation et qui est,qu'on le veuille ou non, le moteur de notre industrie et de sa croissance. Bien au delà de la contribution des ouvriers, employés et agents de maitrise dont je reconnais parfaitement les contributions mais qui ne participent que marginalement à l'innovation. Nous en avons donc particulièrement besoin de cette classe sociale dans la quète de l'excellence et du bond technologique qui, seuls, permettront le redressement de notre pays.

Or c'est exactement le contraire que nous faisons en les faisant passer pour des privilégiés et en les stigmatisant en parole ou en revenus. Pense t on  les patrons si stupides qu'ils soient prêt à payer cher un ingénieur ou un délégué commercial s'il pouvait s'en passer et se satisfaire des compétences des ouvriers et agents de maitrise? Or c'est exactement le message qu'en matraquant les classes moyennes, le pouvoir va leur passer.

Si vraiment nos politiques au pouvoir croient à une telle absurdité, qu'ils fixent eux mêmes les tranches de salaires qu'il juge être la rémunération "normale" pour telle personne avec telle ou telle compétence et qu'il prélève sur cette rémunération une imposition identique pour tous les salariés. Ce qui existe curieusement dans les anciens pays de l'est sous le nom de "flat tax". Plus besoin de système complexes pour discriminer, tout le monde vaut tout le monde et nous voila revenus aux débuts du communisme, dont on a vu les résultats économique qu'il a généré ! 

Incidemment, l'ineffable Monsieur Macron, dans une de ses premières prises de position publique, s'était plaint que les patrons avaient trop augmenté les salaires ce qui sans doute, d'après lui , était la cause de la perte de compétitivité de notre pays. C'est donc clair, d'après notre classe politique régnante, toute la classe moyenne qui fait fonctionner ce pays  est payée trop chèr pour ce qu'elle fait. L'ajustement récent des conditions d'attribution des allocations familiales n'est que le dernier avatar de cette idéologie!

On croit rêver!