Je suis extrémement surpris des commentaires que l'on a pu entendre à l'occasion des débats qui viennent de suivre les résultats des élections au Parlement Européen. Mes commentaires personnels sont les suivants:

  • On a eu l'impression que le principal enseignement de ce scrutin n'était pas la déculottée du parti socialiste mais les problèmes de l'UMP. Je sais bien que la majorité de notre population médiatique est de gauche mais tout de même la principale leçon de ce scrutin c'est le rejet de la politique actuelle dont les français ressentent le matraquage fiscal, qui ne croient plus que la politique suivie va faire reculer le chomage, qui constatent l'impuissance de notre classe politique qui, malheureusement, ne comprend rien à l'économie pratique.   
  • Le score du Front National a pour conséquence qu'à partir d'aujourd'hui il ne sera plus totalement inconvenant de voter pour le Front National alors qu'un des freins au vote FN pendant des décennies (avec la personnalité de Jean Marie Le Pen) etait ce sentiment de culpabilité qui empéchait les français de voter pour eux. Cette barrière vient de tomber avec pour la première fois un score de 25 pct des votants qui rend légitime désormais de voter pour eux. Une libération du vote FN qui aura sans doute des conséquences majeures à l'avenir
  • Ce dont les politiques nous parlent est complètement hors sujet. J'ai entendu Mme Guigou nous parler de l'Ukraine qui,elle, avait voté pour l'Europe (?), Mme De Sarnez qui ressent elle le besoin d'un référendum sur la moralisation de la vie publique (??), Mr Fillon qui nous a parlé des problèmes internes à l'UMP( ???), les intervenants du PS qui nous affirment tous n'y être pour rien car c'est la faute à Bruxelles, bien sur.
  • Un discours de Manuel Valls, sinistre, qui prend acte de la déculottée mais va continuer son programme comme si de rien n'était! Ce résultat n'est pas un choc, un séisme comme il dit, c'était parfaitement prévisible et ce n'est que le résultat de deux ans de politique à contre temps. A quoi sert de voter si tout le monde au gouvernement ou dans les partis campe sur ses positions. Et Mr Cambadélis qui met la responsabilité de cette déroute sur... Bruxelles bien sur.Et Jean Marc Ayrault qui en rajoute une couche en accusant lui aussi l'Europe de n'avoir pas su répondre à la situation économique...
  • Des résultats globaux au niveau du Parlement européen, qui sont ceux qui sont importants puisque c'est pour ceux là que l'on votait, qui montrent la montée des eurosceptiques mais pas particulièrement celle de l'extrème droite, et un équilibre maintenu entre membres du PPE ( droite européenne) et socialistes.Le résultat français ne s'est pas reproduit à l'identique dans les autres pays de l'Union ce qui montre bien que la situation franco-française avec un rejet fort de l'Europe npus est bien specifique.
  • Notre classe politique pense qu'il n'y a qu'à demander à l'Union Européenne la relance économique pour l'obtenir. C'est pourtant ce que Francois Hollande avait promis dejà au moment de son élection, ce qu'il a essayé d'obtenir et qu'il n'a pas réussi à obtenir. Pour avoir de la relance, il faut que les autres pays en soient d'accord et prêt à financer ...le notre. C'est pas gagné.

    A suivre