Quand vous voyagiez en Angleterre il y a quelques années et que vous preniez les trains de banlieue, vous étiez habitués à entendre un message à chaque gare vous disant de faire attention à la marche ou à l'espace à franchir pour passer du wagon au quai de la gare. Il existait en effet un espace variable d'une gare à l'autre entre les deux dont il fallait se méfier pour ne pas chuter sur le dit quai. Le message disait en anglais "Mind the gap" qui veut dire attention à l'écart ou à la marche. Je n'y suis pas retourné récemment mais je suppose que le message est toujours utilisé içi ou là.

Si je vous en reparle aujourd'hui c'est en référence à l'annonce dans le Canard Enchainé de l'achat par la SNCF pour remplacer ses vieux trains Corail antédiluviens,de 2000 trains régionaux flambants neufs produits moitié-moitié par Alstom et par Bombardier.Très beaux trains au demeurant qui portent le nom de Régiolis ou Régio 2N suivant le fabricant. Curieusement ces trains sont financés par les Régions mais commandés par la SNCF sur la base de ses spécifications techniques et lui appartiennnent donc.

Pas de chance on s'aperçoit seulement à leur livraisons qu'ils sont plus larges que leurs prédécesseurs et ne pourront pas passer entre les quais des gares ! Etonnant non? On nous ressort à cette occasion que c'est la faute à la séparation des fonctions entre RFF, qui gère le réseau de voies ferrées, et la SNCF, qui l'exploite, et y fait rouler les trains à sa convenance. Sauf que, à ma connaissance, la SNCF s'est battue pour conserver le contrôle des gares qui lui permettait de maîtriser les velléités d'arrivants  nouveaux sur son territoire. Mais il fallait bien trouver un coupable qui ne pouvait être que .... la Commission Européenne qui imposait partout pour favoriser la concurrence, la séparation entre le gestionnaire du réseau, RFF et son ou ses exploitants.

Résultat de cette, ou ces, fautes professionnelles sans responsables, il va falloir "raboter" les quais des gares pour laisser le passage aux nouveaux trains. Il y a en quand même 1300 à rectifier, pour un coût évalué à 50 millions d'euros! Les régions se recusent à juste titre pour payer la facture, sachant qu'il est déjà assez curieux que ce sont elles, et donc leurs contribuables qui payent les trains.Ce sera donc vraisemblablement la SNCF qui paiera ce qui se traduira par une perte d'exploitation alourdie ou un moindre bénéfice distribué à son actionnaire exclusif l'Etat.

ET c'est ainsi que ce sera vous, contribuables nationaux, qui supporteront le montant de la bourde!

Mais revenons à ce qui a suscité le titre de ce message. Les trains plus anciens ne vont pas pour aurant disparaitre du jour au lendemain du paysage de nos voies et de nos gares. Ils vont donc devoir utiliser les nouveaux quais "rabotés" pour y déverser leurs voyageurs mais avec un espace train-quai supérieur à celui auquel leurs voyageurs sont habitués. D'où des risques de chutes que la SNCF essayera d'éviter en les prevenant  de cet écart inhabituel avec le quai. Et nous bouclons la boucle avec le "Mind the gap" dont je vous parlais en titre !