Une bourde d'hier matin, celle de notre Premier Ministre, Jean Marc Ayrault, interviewé par Elkabbach sur Europe 1 sur le problème de la concurrence entre taxis et VTC (Véhicules de transport avec chauffeurs) qui a fait un lapsus en confondant le prix de la licence de taxis, qu’il annonce à 230 000 euros par an, et celui de la redevance annuelle d’un VTC qu’il annonce à 120 euros par an ! Pas étonnant en effet qu’avec une telle distortion de concurrence entre ces deux types de transports, les taxis soient dans la rue.

En fait les 230 000 euros sont le prix d’achat, une fois pour toute, de la dite licence par un taxi qui entre dans ce métier à un collègue qui en sort pour prendre sa retraite, et pas une redevance annuelle ! Jean Pierre Elkabach n’a même pas, non plus, relevé la bourde !
Peut être sont ils, l’un et l’autre, si grassement rémunérés qu’ils ne se sont pas rendu compte qu’un tel prélèvement annuel n’était pas possible pour un métier qui  n’est quand même pas très rémunérateur.
Signalons aussi à ces messieurs que les 230 000 euros sont une version parisienne de ce type de transaction qui tombe à 85/ 90 000 euros en région lyonnaise et peut monter au-delà, à ma connaissance, sur la Cote d’Azur.

Certains ne connaissent pas le prix du ticket de métro, d’autres ignorent celui de la licence de taxi !Tous doivent être véhiculés, à nos frais, par les voitures avec chauffeur et service d’ordre de la République.

Autre bourde, celle de notre Ministre de l’optimisme et du travail réuni, Michel Sapin qui vient de se faire retoquer par le Conseil d’Etat pour son décret sur l’ouverture des grandes surfaces de bricolage le Dimanche. Celui çi avait  promulgué en effet en urgence le 30 décembre le dit décret pour autoriser l’ouverture de 178 magasins de bricolage en région parisienne, par dérogation à la législation sur l’obligation de repos hebdomadaire pour les salariés, jusqu’au 1er juillet 2015.
Pour ce faire il fallait pouvoir arguer d’une situation d’urgence, le non respect du repos hebdomadaire en région parisienne à cette époque, et d’un besoin légitime établi, en l’occurrence les besoins des bricoleurs du dimanche parisiens (!!).Le juge du Conseil d’Etat a bien voulu gober la légitimité des besoins des bricoleurs, par contre il n’a pas accepté une modalité annexe qui est la limitation dans la durée du dit décret au 1er juillet 2015. Car, dit il, si ce besoin est pérenne dans le temps, il ne fallait par borner le décret dans le temps!
Et zou, revoyez moi ça, Monsieur le Ministre ! Ce qui doit être fait en urgence, avant le week end prochain.

Dernière bourde en stock : Celle du contrat de fourniture de satellites de surveillance à Abu Dhabi pour lequel le Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian s’est beaucoup battu avec Thalès et EADS face à l’américain Lockheed Martin. Nos deux sociétés ont bien gagné l’appel d’offre  mais les dits satellites utilisaient des composants banaux fabriqués …aux USA mais mis sur la liste, dite Itar, de dispositifs qui nécessitent l’accord de Washington pour pouvoir les exporter. Or l’administration américaine a mis tellement de temps à nous accorder cette autorisation que le délai fixé dans l’appel d’offre pour la fourniture des satellites s’est trouvé dépassé et qu’il faudra renégocier avec Abu Dhabi.

Savez vous quand cette autorisation nous a été accordée ? A l’occasion de la visite d’Etat de François Hollande ! Coincidence ou excuse bienvenue, me direz vous ?