Je vous avais signalé qu’EDF après avoir racheté British Energy, pris des engagements de construction de réacteurs nucléaires en Grande Bretagne, pas encore terminé Flamanville et annoncé un vaste programme à 50 milliards d’euros de « grand carénage », comme on l’appelle, de son parc actuel de centrales nucléaires en France, allait se trouver confrontée à ….un mur de besoins de financement qui se transformera peu à peu en un mur dette.

Il lui a donc fallu se lancer dans un refinancement majeur de la société. On aurait pu faire appel aux actionnaires et à l’Etat en particulier puisque chaque fois que vous entendez un syndicaliste ou un ministre à la télévision, ils vous affirment sans vergogne  que les actionnaires n’arrêtent pas de s’en mettre plein les poches. Il est vrai qu’aucun d’entre eux n’a jamais possédé la moindre action. Mais notre Etat impécunieux a refusé de s’en mettre plein les poches pour le plus grand bénéfice des contribuables ! Quel dommage !

Et donc EDF est allé sur le marché, ce pelé, ce galeux d’où nous vient tout le mal, comme aurait dit la Fontaine. Et comme ses besoins sont énormes, et les investisseurs difficiles à séduire, il a du être inventif . EDF a donc lancé, au coté d’emprunts à durée plus traditionnelle, deux emprunts à 100 ans et à 6pct de rendement. L’un en dollars pour 700 millions, l’autre en livres sterling pour 1,35 milliards. La monnaie dans laquelle ils sont émis vous éclaire d’ailleurs sur le pays dans lequel ces fonds sont prévus être utilisés

Il y a une certaine logique dans le cas d’EDF a émettre des emprunts sur une telle durée. Car EDF est une industrie ultralourde avec des centrales désormais construites pour durer 60 ans. Ces emprunts vont venir rapprocher le passif de son bilan de la durée de vie de son outil industriel. Qui, par ailleurs, a pu être attiré par un tel investissement? Les fonds de pension qui font fructifier les cotisations de leurs membres à un horizon de 30/40 ans et pour lesquels un tel placement garanti 100 ans à 6pct est une sécurité appréciable.

Quel dommage d’ailleurs que de tels fonds soient interdit en France, sauf pour les fonctionnaires, bien entendu !

Au total EDF a emprunté pour 9,1 milliards d’euros ce qui lui permettra incidemment de rembourser l’emprunt souscrit par les particuliers en 2009 qui arrive à échéance cette année pour un montant de remboursement de 3,3 milliards.

Allez, le financement des futures centrales anglaises est bien parti !