Parmi les sources d'énergie dont la disponibilité s'est largement accru ces dernières années, on trouve le gaz du fait de découvertes nombreuses dans le monde, au Moyen Orient, en Australie, en Asie,en mer Caspienne et dans les pays riverains, en Russie et plus particulièrement aux Etats Unis sous la forme des gaz de schistes. 

L'inconvénient du gaz c'est qu'il est sous forme gazeuse et donc pas transportable ou utilisable tel quel dans toutes les applications.Soit on le transporte dans des gazoducs qui traversent nos continents et irriguent les pays, soit on le transforme en GPL ou GNL, gaz de pétrole ou gaz naturel liquéfié, que l'on transporte par bateaux spéciaux des pays producteurs aux pays consommateurs où il est regazéifié et réinjecté dans le système de gazoducs, tout au moins pour les usages domestiques.

L'approvisionnement en gaz est fait pour l'instant à 70pct en gaz naturel et par l'intermédiaire du réseau des gazoducs et 30pct en gaz liquéfié avec transport par bateaux.A partir de 2020 et avec la montée en charge de la demande dans les pays du sud est asiatique, les volumes échangés devraient s'équilibrer entre les deux types d'approvisionnement et de produits.On table en effet sur la période allant jusqu'à 2020  et sur la base des dernières découvertes et des plans de développement des compagnies, à ce que douze nouveaux pays deviennent exportateurs de GNL et 28 importateurs nouveaux!

Le gaz est essentiellement utilisé pour des usages domestiques dont le chauffage,  pour de la production d'électricité et pour des utilisations industrielles dont, de plus en plus, comme composé de base pour la production de produits chimiques divers. Il est peu utilisé dans le transport et la mobilité alors qu'il offrirait un avantage significatif en terme de pollution et d'émissions de Gaz Carbonique par rapport aux carburants lourds tels le gazole ou encore bien plus le fioul lourd.Une tentative a bien été faite il y a quelques années dans une utilisation comme carburant dans les moteurs de voiture particulière mais sans grand succès pour cause de modèles mal adaptés et, en particulier, d'une malle réduite à la portion congrue.

Il existe pourtant des applications dans lequel le gaz offrirait des avantages significatifs. Le plus important me paraitrait être le transport maritime dont les moteurs marchent au fioul lourd, un carburant qui accumule tous les polluants que l'on a extrait du pétrole pour en produire les carburants legers,- essence,super,carburéacteur-, ou extraire certains composants indésirables des carburants plus lourds, comme le gazole. Il se retrouve ainsi lourdement chargé en soufre et métaux lourds qui est réemis en pleine mer. Les règlementations auxquelles sont soumis les moteurs marins sont de plus en plus sevères et vont obliger ce type de moteurs à évoluer vers des sources d'énergies moins polluantes, dont le gaz.Ce dernier émettrait 95pct de moins de dioxyde de soufre SO2 et d'azote et de 15 à 20 pct de moins de CO2.

On estime que, d'içi 2030, un tiers de la flotte maritime mondiale aura été converti au Gaz liquéfié, ce qui impliquera des modifications sensibles aux moteurs de bateaux.

Reste à essayer de pénétrer un autre marché encore plus important dans lequel une alimentation au gaz apporterait aussi une amélioration sensible en terme de pollution et d'émission de CO2, le transport routier voire ferroviaire.Aux Etats Unis, la compagnie ferroviaire BNSF, celle de Warren Buffet, a décidé de tester la conversion des moteurs diesel de ses locomotives du gazole au GNL.De même, les projets de conversions de flottes de camions ou de bus au GNL se multiplient. Il est vrai qu'au prix du gaz au Etats Unis, il en coute huit fois moins cher que de les alimenter au gazole.

Reste à amener le gaz liquéfié aux camions, locomotives ou moteurs concernés.Pour ce faire, il faut mettre en place un nouveau réseau de stations services (une société chinoise prévoit d'en créer 50 aux Etats Unis) et pour les usines isolées développer des camions de livraisons GNL spécialisés. Quant à la Chine,lourdement pénalisée par son niveau d'émission en zone urbaine, elle a érigé comme priorité le développement d'un parc automobile roulant au gaz.

A suivre donc...