J'avais eu l'occasion de vous signaler que dans tous ce qui est négociation sociale, les retraités, qui constituent une population importante et fortement croissante de l'ensemble du corps social français, sont uniquement représentés par les syndicats officiellement reconnus par...les pouvoirs publics, c'est à dire ceux élus par les salariés qui travaillent.

C'était encore compréhensible tant que les conditions de retraites étaient reliées assez automatiquement aux conditions de salaires et que nous étions dans un système de gestion paritaire de l'équilibre des caisses.Quand on commence à faire du matraquage fiscal une technique de gouvernement et que l'on institue une Conférence Sociale de deux jours à forte exposition médiatique, il devient à mon sens anormal que cette catégorie de personnel puisse "se faire tondre", car c'est de cela qu'il s'agit; sans pouvoir être représenté par qui que ce soit.

Car les questions de retraite font appel à des techniques et des connaissances, en particulier mathématiques, dans les calculs dit "actuariels" auxquels il est fait appel pour évaluer l'évolution des équilibres des caisses dans le temps en fonction de diverses hypothèses, qui sont inexistantes chez les élus des syndicats reconnus officiellement. Rajoutez y comme c'est ça vient d'être le cas dans le rapport Moreau des questions purement fiscales très invalidantes pour les retraités mais qui ne touchent absolument pas les salariés (l'abattement des 10 pct)  et vous comprendrez que les intérêts des retraités ne sont pas défendus par la réprésentation qui leur est assignée.

Il existe pourtant des syndicats de retraités, mais ceux ci ne sont pas reconnus par les pouvoirs publics. De ce fait leurs représentant  sont reçus par des sous directeurs de cabinet quand ils ont le temps et en passant par la porte de derrière.Les médias ne s'y intéressent pas puiqu'ils ne représentent rien.Il s'agit de la CFR, Confédération Française des Retraités, qui regroupe associations de retraités .Ci après quelques morceaux chosis de leur communiqué de presse:

"la CFR, comme la majorité des Français, demande des mesures fortes de convergence des régimes de retraites."

".La CFR s’étonne de constater que la Commission pour l’avenir des retraites s’est écartée de sa mission en préconisant des mesures concernant la fiscalité des retraités qui n’ont rien à voir avec le rééquilibrage financier des régimes de retraites... malgré l'engagement du chef de l'Etat de ne plus aggraver la pression fiscale"

" La CFR ne peut accepter des mesures qui aboutiraient à un matraquage fiscal des pensions très modestes en raison des effets en cascade qui résulteraient, par exemple, de la suppression de la déduction fiscale de 10%. 

 

De telles mesures rendraient imposables des retraités modestes qui sont actuellement à la limite d’imposition. Elles auraient des conséquences cumulatives redoutables : le déclenchement de l’application du taux plein de CSG (qu’il est par ailleurs question d’aligner sur celui des actifs), la suppression de l’exonération des impôts locaux et de la redevance de télévision, et la suppression des aides liées à des conditions de ressources calculées sur le revenu fiscal."

A vous de juger