Décidement, le trublion du gouvernement n'arrète pas de frapper, là où on ne l'attend pas et là où en principe, il n'a pas vraiment autorité pour parler!

Je fais allusion d'abord au fait qu'il n'est Ministre du Redressement Productif que par délégation du Ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, qu'il n'a que vaguement consulté, visiblement, avant de se précipiter goulument sur les micros qui sont sa vrai vie. Vous me direz, il est Ministre de plein exercice, une notion administrative que je ne connaissais pas jusqu'à présent et qui semble dire qu'il peut faire ce qu'il veut sur les sujets dont il est responsable sans reporter à son Ministre de tutelle! Une cerise sur le gateau que notre Président a du accorder à tous ces Ministres Bercyens, peut être pour leur faire admettre le partage à 7 de ce qui était précédemment partagé seulement entre deux Ministres. Parions également qu'il doit y avoir quelques privilèges statutaires qui y sont attachés, du type locaux et effectifs.

Je fais allusion également au fait que seul le Conseil d'Administration et l'Assemblée Générale de la société concernée, Daily Motion, ont le droit de se prononcer sur l'intérêt de l'offre de cession du capital de Daily Motion qui appartient, lui, à la société Orange qui aurait eu aussi à se prononcer sur une telle cession. Pour l'une ou l'autre de ces sociétés Arnaud Montebourg n'est juridiquement rien et la seule personne habilité à discuter avec le racheteur éventuel Yahoo est Monsieur Stephane Richard, comme PDG de Orange et France Télécom.

Face aux micros, Arnaud Montebourg ne pouvait qu'exprimer un avis personnel et seul les membres des Conseils d'administration de Daily Motion et d'Orange sont habilités à voter sur le sujet. Sont ils pour autant majoritaires dans ces Conseils d'administration alors qu'une partie du capital est dans le public, je ne sais. Il est même possible qu'en dépit de l'avis de Arnaud Montebourg, supposé relayé à l'identique par les representants de l'Etat au Conseil d'Administration, cet avis aurait pu être battu au sein de ce conseil. On est donc dans un cas d'excès de pouvoir manifeste de notre cher trublion.

Ceci dit,le fond le problème qui reste de savoir comment assurer le meilleur développement de Daily Motion dans un domaine, Internet, fondamentalement international, est posé et mérite réflexion. Or justement la question qu'Arnaud Montebourg aurait du aborder, - à savoir "Sa décision permet elle à Daily Motion d'assurer un développement harmonieux de ses activités dans le contexte qui est le sien?"-,ne l'a pas été devant les micros! J'ai cru comprendre que la maison mère de Daily Motion,France Télécom, à qui la reprise de la participation de l'Etat avait été imposée par les gouvernements précédents, ne s'était pas particulièrement impliquée dans la gestion de Daily Motion et n'avait pas été capable de lui apporter le soutien dont elle aurait eu besoin à l'International. D'où la question de la revente de cette participation dans le meilleur intérêt de cette "pépite" française, comme le dit Arnaud Montebourg, pépite qui risque malheureusement de se transformer en vil caillou si on reste dans la situation actuelle.

Incidemment, un partage des responsabilités 50/50 est bien connu par toute personne ayant dirigé une société,- sauf nôtre redresseur productif-, comme étant une situation rapidement ingérable. Il est étonnant que l'on n'ait pu trouver un accord sur un 51/49 ou sur une montée progressive au capital de Yahoo dans le temps, si ce partenariat présentait un réel intérêt pour une société qui n'a pas vocation à demeurer dans le giron d'un Etat moderne comme on le conçoit maintenant.

Stéphane Richard, lui, en est bien conscient qui part aux Etats Unis entamer une tournée là bas de "promotion" de Daily Motion à la vente que les interventions intempestives d'Arnaud Montebourg vont simplement rendre plus délicate. Le résultat en restera celui que Montebourg devra finir par accepter, la vente de Daily Motion à un opérateur capable d'assurer son développement international.

Beaucoup de bruit pour pas grand chose au final!